Premier échec notoire pour Québec
By Stéphane Cadorette; Toronto GM and senior writer for LGE

Habitué d'empocher les victoires pendant que les autres DG de la LGE ne peuvent que l'envier en rotant, Alain Gingras, DG de Québec, a subi un cuisant revers il y a quelques semaines, alors qu'il n'a pu obtenir de billets pour le match hors concours de l'Avalanche contre la Sainte Flanelle en septembre prochain.

Si tous s'accordent pour dire que le DG de Québec fait preuve d'un flair et d'une ardeur hors du commun lorsqu'il négocie une transaction, ils ne peuvent en dire autant de sa vitesse d'exécution. En dépit du fait que les billets pour l'événement étaient mis en vente dès 9 h, M. Gingras n'est pas parvenu à appeler avant midi. Interrogé par les médias à propos de son retard impardonnable, il n'a pu cacher l'horrible vérité.

" J'avais la ferme intention de téléphoner à 9 h tapant, mais en quittant le portique ce matin là, j'ai aperçu Ilya Kovalchuk et Dany Heatley sur mon balcon. L'occasion était trop belle, moi qui ai toujours rêvé d'une relation à trois ", a-t-il mentionné. En colère, les gens dans la salle n'ont pu se retenir de lancer des asperges au DG.

Conversation endiablée

Ce n'est que lorsque les trois compères eurent terminé leur course folle vers l'orgasme que M. Gingras s'est remis au travail en composant affectueusement le numéro de la billeterie. " Je veux des billets pour les Nordiques ", lança le sympathique gérant d'un ton légèrement niais.

" Les Nordiques ne sont plus à Québec. J'en profite aussi pour te rappeler que Normand Rochefort, Pat Price et Paul Gillis n'y seront pas. Pour sa part, Michael Tatarinov est reparti snapper des pucks dans sa vitre de salon pour changer d'air ", lui a sèchement répondu le commis en le suppliant d'aller invoquer ses ancêtres ailleurs.

Insatisfait de s'être fait répondre de la sorte, Alain Gingras ne s'est pas arrêté là. " Euuuuuuuuuuuuuuuuuh, je voulais dire l'Avalanche! Il est clair que vous ne savez pas à qui vous vous adressez espèce de rectum. Je suis dix fois détenteur du trophée Alain-Gingras ", lui a-t-il répliqué en ajoutant toute la panoplie de mots qui meublent habituellement la messe de minuit.

 
 

Le gérant de Tampa comptait sur Alain Gingras pour lui procurer des billets "privilège", qui lui auraient permis d'assister au match en plus de faire une visite du vestiaire des CACAS de Michel Terrien.

Et son rival lui répondit aussitôt. " Pour être franc monsieur, je considère qu'un trophée qui se nomme Alain-Gingras, ça frôle le ridicule. Vos compétiteurs ne doivent certainement pas être motivés à vous battre avec un prix si grotesque en bout de ligne ", a rétorqué le téléphoniste en se grattant la poche.

" Je ne perdrai pas mon temps avec vous plus longtemps, vous m'avez l'air très menstrué. Je veux juste savoir si je peux avoir des billets ", hurla M. Gingras.

C'est le moment précis où un déchirement humain s'est produit. Tandis que le téléphoniste hurla un non qui retentit jusqu'aux confins du Togo, le DG de Québec ressentit une onde de choc lui traverser le corps. Un peu comme si on lui refusait l'accès à une boîte de Jos Louis ou à un pâté aux poils d'aisselles de Maman Dion, il laissa tomber l'appareil téléphonique au sol, non sans avoir promis au préalable d'aller se crasher dans la billeterie du Colisée, un jour, en pédalo…

 

Heuseusement pour notre nouvel interné, des amuseurs publiques viennent le visiter. Certains même arrivent de TORONTO, comme ce clown ridicule...

 

Gingras interné

Devant cette menace, le téléphoniste a dû faire appel aux spécialistes pêcheurs de Robert-Giffard, qui ont mis peu de temps à mener M. Gingras près de ses semblables, dans sa nouvelle demeure. Appellés à commenter ces événements d'une gravité insoupçonnée, les autres DG de la LGE ont versé tantôt dans la complaisance, tantôt vers le mépris.

" Je trouve cela dommage, mais au moins je garde de très beaux souvenirs d'Alain, car plus tôt cet été, il m'a légué la moitié de son équipe ", a affirmé Louis-Sébastien Roy, DG de Dallas.

 

Pour sa part, Michel Lemieux, de Pittsburgh, parvenait à peine à retenir ses larmes. " Nous étions les seuls dans cette ligue à connaître les joueurs atomes qui évoluent au Sri Lanka. C'est triste de perdre un fin connaisseur, un analyste réputé et un amateur de poutine de la sorte ", a-t-il commenté.

 
 

Pendant que le DG de Québec peut à peine réclamer une peanut derrière les barreaux de sa chambre, Gilles Maheux, DG des Hawks, a l'air d'un crisse de freak sur son hood.

Les sentiments ne semblaient pas être les mêmes du côté de Gilles Maheux, joint à ses bureaux de Chicago. " Puisque le sang américain ne coule pas dans les veines de M. Gingras, je suis obligé d'admettre que je me balance complètement de son sort. D'autant plus que je ne lui pardonnerai jamais d'avoir ri de Milan Hejduk quand je l'ai repêché. Selon moi, de toute façon, ses jeunes auraient fini un jour ou l'autre par se vautrer dans le crack ou encore pire, dans le sexe oral avec les membres de N'Sync ", a-t-il indiqué.

Avenir de l'équipe

La question que tous se posent, qu'adviendra-t-il de l'équipe de M. Gingras ? Pour le moment, deux hypothèses sont émises. Il est probable, d'une part, que les autres DG se partagent les joueurs en se remémorant de bons souvenirs de leur DG interné. Comme la fois où au terme de trois mois d'efforts, il est parvenu à soutirer un choix de première ronde et d'autres friandises sordides contre le père Oates, à un bon samaritain d'Ottawa. D'autres préfèreront sans doute se souvenir des nombreuses fois où M. Gingras a eu la frousse en devançant ses plus proches rivaux au classement par la maigre marge de 1286 points, tout en parvenant miraculeusement à se rajeunir et à obtenir des choix hautement placés.

Advenant le cas où son équipe ne serait pas partagée avec les autres DG, on chuchotte en coulisses qu'elle pourrait être mise sous la tutelle des dirigeants d'une cause qui a toujours tenu à cœur au DG, soit l'Association des femmes victimes de pilosité au menton.

The insider report :
Transactions cette année

 
 

Voici un des nombreux prospects
danois proposés par ANAHEIM lors de la date limite des échanges. Nous n'avons pu obtenir son nom, car au dernier instant, nos démarches ont chié dans le bas-cul.