Une brillante carrière jetée aux ordures

 
Brian Sipotz était tout sourire lors de sa sélection surprise au dernier repêchage.  
By Stéphane Cadorette; Toronto GM and senior writer for LGE

NDLR : Version spéciale pour Daniel Cadorette, qui ne lit qu'à double interligne...

Groenland - Certains reprocheront à Tampa Bay d'avoir lancé la serviette avec trop d'empressement dans le cas de Brian Sipotz. D'autres chuchoteront en coulisse que le DG de l'équipe est un être sans sentiments. Toutefois, pour encore combien de temps Tampa pouvait se permettre de maintenir dans son organisation l'un des choix les plus honteux de l'histoire de la LGE?

Rappelons d'abord les faits : Désespéré et visiblement amoché de la raclée que ses quelques bières lui ont infligé la veille, le DG de Tampa Bay, Daniel Cadorette, a jeté son dévolu sur une des pires créations de Dieu, soit Brian Sipotz. Ce dernier, au cours de sa dernière saison, n'a pu faire mieux qu'une fiche de 1 point en 32 matchs. Cette fiche, aussi peu reluisante que l'arrière-train d'un orang-outan, a confondu le nouvel apôtre de la LGE, qui a admis par après " avoir sauté une ligne dans sa liste ". À ce sujet, il a d'ailleurs embauché dès le lendemain une équipe multidisciplinaire d'experts internationaux chargés de lui dresser une liste à double interligne.

 
  Un moment émouvant du dernier repêchage : Daniel Cadorette en larme après le choix de Brian Sipotz. Malgré les encouragements des autres D-G, il n'a pu que se rendre à l'évidence que son choix était pourri.

Après avoir tout de même procuré une chance au jeune Sipotz, le DG a perdu patience. Mais plutôt que de réagir violemment en lui lançant des cordes à danser, il lui a polimment indiqué la sortie.

" Va donc découvrir ton point G ailleurs que dans mon équipe petite pisseuse! ", a déclaré le DG au jeune Sipotz, alors qu'il ne se doutait pas que notre équipe de rédaction s'était auparavant glissée dans son bureau en se déguisant en tapis pour que le subterfuge ne soit pas découvert.

Réactions variées

Mis au parfum de cette choquante mise à pied, l'ex DG du Canadien de Montréal, Réjean Houle, a bien voulu émettre ses commentaires toujours plus loufoques les uns que les autres. " C'est bien dommage! Brian était à mes yeux un joueur bourré de talent et de poil au niveau pubien ", a-t-il laissé entendre.

Lorsqu'il a été question du talent réel de Sipotz, Houle en a même ajouté, " C'est un bon joueur, ainsi qu'un beau petit bonhomme jeune et musclé. Faut croire que même un beau cul ça fait de la marde ", a-t-il savamment renchéri.

Pour sa part, Gilles Maheux, DG de Chicago, n'était pas du tout de cet avis. Selon lui, Tampa n'avait d'autre choix que de laisser tomber ce jeune joueur qui ne faisait pas la différence entre le filet adverse et un filet de sole. " M. Cadorette n'aurait jamais pu vivre avec son choix de 10e ronde. Tant qu'à moi, il aurait été préférable de repêcher un coupe-ongles ", s'est-il exprimé avec un sourire digne des grands moments d'Alakazoo.

Le mot de la fin est cependant revenu au DG de New Jersey, affectueusement coiffé du surnom Tapinou par ses collègues. " Iolll, Sipotz pourtant he hot fire crisss ", s'est-il contenté d'affirmer via un éloquent communiqué transmis via MSN Messenger.

Sipotz en pleurs

Alors qu'il quittait le bureau de son cruel et impitoyable DG, Brian Sipotz a été aperçu en pleurant comme une gamine. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'opposait avec fermeté à son congédiement.

 
Brian Sipotz a quelque peu changé depuis son introduction à l'hôpital d'asile de Minneapolis.  

" Il me jette à la rue avec ma sacoche sous prétexte que j'ai seulement un point en 32 matchs. Par contre, c'est facile d'oublier les statistiques impressionnantes que j'ai compilées dans la ligue mineure du Burkina Faso ou encore dans la ligue amateure des manchots victimes de vaginites ", déplorait-il alors qu'il tentait en vain de " taper " sa palette.

Avant de brûler ces deux ligues, Sipotz avait pris part à quelques joutes amicales visant à recueillir des fonds pour les grosses matantes qui suent de la moustache. Sa brève carrière étant abruptement terminée, l'ex-défenseur au nombril mousseux songe désormais à se faire remarquer par son étonnante capacité à entonner l'hymne national en flatulant.

Encore une fois, commentez cet article sur le forum de la LGE.

Article à venir prochainement : À la surprise générale, Alain Gingras, DG de Québec, n'obtient pas de billets pour la rencontre Avalanche - Canadiens le 28 septembre 2002 au Colisée Pepsi.

Salut tous les LGE'rs!!! Bonne saison!