«Introduction»

L'œuvre de Suzanne Gauthier n'admet aucune concession au joli, au familier, au rassurant.

Profondément engagée dans la recherche plastique, l'artiste sonde sans cesse un monde où s'opposent, pour ne pas dire s'affrontent, divers éléments contrastants. Nues, chevaux; arches, colonnes; intérieurs, extérieurs; lumière, noirceur. Monde où les rôles s'interchangent : forces passives, forces actives; le vulnérable, le menaçant. Monde d'érotisme quant à la tension toujours présente entre le sensuel et le sévère; entre la ligne courbe, sinueuse, et le trait coupé sans hésitation dans le matériau. Entre les symboles sexuels de l'escabeau, de ces états de l'attente, de la chute, de la suspension et la violence réelle ou latente; entre le sommeil, le rêve, et le geste éveillé.

C'est la femme qui est au cœur de ce monde, beaucoup plus que le cheval qui revient, personnalisé, assumant tous les gestes, et qui accompagne la femme presque toujours, comme en un songe. Car c'est elle qui, ici, décide d'être invincible ou d'attendre, assise.

L'artiste se sert du quotidien non pas pour le représenter mais pour évoquer une réalité qui se situe au-delà du temps et de l'espace.

Œuvre puissante souvent déconcertante. Œuvre d'autant plus riche que la structuration des images s'inspire d'une appréciation poussée de l'art classique romain ainsi que de l'art italien des 13e et 14e siècles. En plus, au classique de la présentation, à la solidité des formes, l'artiste ajoute le goût des blancs éclatants, des gris argentés, des noirs profonds.

L'œuvre de Suzanne Gauthier poursuit véritablement l'âme humaine jusque dans son plus mystérieux.