Gratton, Joseph-Olindo (Olindo), Canadien. Sculpteur. Né à Sainte-Thérère-de-Blainville/Québ., 23. 11. 1855; décédé au même endroit 14. 11. 1941. Études : École normale Jacques-Cartier, Montréal. 1872 (ca.)-74 apprenti du sculpteur Charles-Olivier Dauphin; vers 1874-79 associé de l’architecte Joseph-Henri-Arthur Dauphin; 1881-88, premier employé du sculpteur Louis-Philippe Hébert (1883-84 élève de Hébert à l’école du Conseil des arts et manufactures). Vers 1886-87 aurait fréquenté l’Institut national des beaux-arts de l’abbé Joseph Chabert. 1887, ’94-99 enseigne le modelage et la sculpture à l’école du Conseil des arts et manufactures – parmi ses élèves figurent Jules Leprohon, Elzéar Soucy, Cléophas Soucy et Alfred Laliberté. 1888-91 fonde l’atelier Gratton & Laperle avec le sculpteur Philippe Laperle. En 1982, la Ville de Sainte-Thérèse a créé le Centre culturel J.-Olindo-Gratton (devenu en 2002 le Centre des arts visuels J.-Olindo-Gratton). – Sur une période s’échelonnant de 1877 à 1941, Gratton a pratiqué toutes les formes de sculpture : bas et haut-relief, ronde-bosse (bustes, statues en pied), en plâtre, pierre, bois, bois recouvert de cuivre, bronze. Fidèle à la double thématique Religion et Patrie, propre à son milieu et à son époque. A produit des œuvres d’inspiration religieuse, destinées à de nombreux lieux de culte de l’Église catholique romaine, et à des collèges et couvents, principalement pour l’archidiocèse de Montréal et ailleurs au Québec, en plus de Fall River/Mass. et de San Diego/Cal. A aussi réalisé des œuvres profanes commémorant des personnages publics (hommes politiques et fondateurs religieux) du Québec. Œuvres publiques / collections : JOLIETTE/Qué. : monument Barthélemy-Joliette. – Musée d’art de Joliette. MONTRÉAL, Église Saint-Enfant-Jésus : groupes L’Étoile de Bethléem et Le Jugement dernier sur la façade. – Église Sainte-Madeleine d’Outremont : Christ en croix. – Basilique-cathédrale Marie-Reine-du-Monde et Saint-Jacques-le-Majeur : treize statues sur la façade. – Maison Saint-Gabriel : Marguerite Bourgeoys. – Musée de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal : Saint Joseph. – Musée des maîtres et artisans du Québec : Saint Joseph (Gratton et Laperle), Sacré-Cœur. – Musée Marguerite-Bourgeoys : Ange gardien, Saint Michel Archange, huit anges (Gratton & Laperle); Marguerite Bourgeoys et enfants. – Université du Québec à Montréal : Sacré-Cœur (attribué à Gratton); Saint Jacques le majeur (Gratton et Laperle). QUÉBEC, Musée de la civilisation : Vierge de l’Immaculée-Conception. – Musée national des beaux-arts du Québec : Vierge de l’Immaculée-Conception, Saint Joseph et l’Enfant Jésus; Saint Henri (Gratton et Laperle); Curé Labelle. SAINT-BONIFACE/Man., Musée de Saint-Boniface : Adélinde Préfontaine. SAINTE-ANNE-DE-BEAUPRÉ/Qué., Musée de sainte Anne : autel de la chapelle de la Sainte Face (Gratton à l’atelier Louis-Philippe Héberrt). SAINTE-THÉRÈSE-DE-BLAINVILLE/Qué. : monument Curé-Ducharme. – Collège Lionel-Groulx (bibliothèque) : sept statues de saints. – Musée régionale Joseph-Filion : Saint Joseph. Expositions solo : 1918 Montréal, Bibliothèque Saint-Sulpice*. – 1942 Sainte-Thérèse-de-Blainville, Musée du Petit-Séminaire. Expositions de groupe : Montréal : 1891 Exposition provinciale de Montréal (diplôme d’honneur); 1911 Club Saint-Denis : Premier Salon de peinture et de sculpture. – Bibliographie : André Comeau, Artistes plasticiens, Montréal, Éditions Bellarmin, 1983; Bernard Mulaire, dans David Karel, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord, Sainte-Foy (Québec), Musée du Québec et Les Presses de l’Université Laval, 1992, p. 362 et 363. – John R. Porter et Jean Bélisle, La sculpture ancienne au Québec : Trois siècles d’art religieux et profane, Montréal, Les Éditions de l’homme, 1986; Bernard Mulaire, «La statue de saint Henri», Continuité, Québec, n° 37 (automne 1987), p. 47; Mario Béland, «Au Musée du Québec : Acquisitions récentes», Cap-aux-Diamants, Québec, vol. 4 n° 1 (printemps 1988), p. 78; Idem., «Les débuts du sculpteur Joseph-Olindo Gratton», Cap-aux-Diamants, Québec, n° 44 (hiver 1996), p. 62; Bernard Mulaire, Olindo Gratton, 1855-1941 : religion et sculpture (catalogue), Montréal, Éditions Fides, 1989; Idem., «Olindo Gratton et Louis-Philippe Hébert : une relation professionnelle entre deux sculpteurs à la fin du XIXe siècle», The Journal of Canadian Art History – Annales d’histoire de l’art canadien, Montréal, Université Concordia, vol. XII, n° 1 (1989), p. 22 à 49; Danielle Lord, Les anges sculptés : Regard sur le visible (catalogue), Joliette, Musée d’art de Joliette, 1991; Mario Béland (dir. de la réd.), Restauration en sculpture ancienne, Québec, Musée du Québec et Centre de conservation du Québec, 1994; Femmes, corps et âme, exposition itinérante du Musée da la civilisation, Québec, 1996; Bernard Mulaire, «L’atelier de Montréal : 1882-1888», dans Daniel Drouin (dir. de la réd.), Louis-Philippe Hébert, Québec, Musée du Québec, 2001, p. 66 à 79; Idem., «Un saint regaillardi», Continuité, Québec, n° 96 (printemps 2003), p. 17 à 19.