Les poèmes de MadieCat  

 

Mes voeux pour vous!

Joyeux Noël et Bonne année à toutes et à tous!

À celui et celle qui sera seul(e) en ce temps béni
Je donne mon amitié et mon amour aussi

À celui et celle qui a perdu espoir
Je crie courage,espère et tu vas voir

À celui et et celle qui a perdu un être cher
Mes sympathies les plus sincères

À celui et celle qui vit un abandon
Je souhaite la paix et réconciliation
`
À tous ceux qui vivent la souffrance
La guérison,et aux autres la tolérance

Aux futures mamans et leur bébé
Un accouchement super,joies ajoutées

A vous tous,poétiquement
Plein de bonheur,joie et santé
Et bénissez ce nouvel an
Qu'il vous apporte bien d'l'agrément!

Santé!

(MadieCat)
    MadieCat!
    29 novembre 2008.

 
J'écris!
La vie, l'amour, et l'amitié
La peur, la joie où le chagrin
Quand on les couche sur papier
Ils s'adoucissent ou prennent fin

Ça ne prend ni force,ni courage
Seulement une plume, un encrier
Nos émotions sur une page
Ne reste qu'à les partager

Où en silence les enfouir
Dans un tiroir,une chemise
Et attendre de mourir
Pour que la succession lise

Et moi,qui ne suis pas poète
Comme Virgile où bien Verlaine
Me comparer serais bien bête
J'aime les mots oui,mais quand même

Ce soir,hé oui j'ai le cafard
Mais des amis m'ont rappelé
Qu'avec vous et vos regards
Je peux ma peine partagée!

 
    MadieCat!
    29 novembre 2008.

 

Rêve,emporte-moi!

Tu es l'espoir d'un amour tant désiré
Où le renfort d'une guerre qui meurtrit
Sur un nuage où un château inventé
Tu nous emportes dans ce mirage, une autre vie

Sans toi, que ferait celui qui pleure
De sa souffrance, de ses cris étouffés
Et puis l'enfant qui grâce à toi n'a plus peur
Car ses demains se dessinent au bonheur

Emporte-moi dans ce monde meilleur
Où la misère n'est plus que souvenir
Emporte-moi quand je ne supporte plus l'horreur
De ce monde dans lequel il y a tant de soupirs

Reste beau, rayonnant accessible
Car pour plusieurs tu es le sauveur
Reste présent, surtout pour les petits
Rêve de bonheur et rêve d'ailleurs
 
    MadieCat!
    30 août 2008.

Ces mots!

Les mots sont puissants
Quelques-uns sont écrits
Avec des lettres de sang
Ce sont des mots maudits

Y a les mots du plus fort
Dont les enfants ont si peur
Avec ces mots qui font tort
Qui font d'une vie que douleurs


Il y a les mots d'enfants
Ceux-là qui nous font sourire
Il y a les mots d'antan
Qui eux, nous amènent le fou rire

Il y a les mots charmants
Qui font les coeurs chavirés
Il y a les mots blessants
Qui peuvent briser une amitié

Il y a des mots si lourds
Que nous apportent la souffrance
Tl y a ceux qui un beau jour
Nous donnent enfin la délivrance

Il y a les mots dits érotiques
Qui nous font vivre dans le délire
Et il y a les mots cahotiques
Qui eux absolument rien dire


Il y a aussi les mots d'honneur
Qui font d'un homme chevalier
Et il y a ceux qui font très peur
Car ces mots-là, eux peuvent vous tuer

Il y a aussi des mots d'amour
Qui deviennent notre allégorie
IL y a ceux, qui entre amis(es)
Sont tellement précieux à leur tour

Il y en a d'autres assurément
Les principaux sont dévoilés
Laissez-moi vous dire à présent
Que j'ai besoin de votre amitié

Je vous embrasse tendrement
De votre amie, poétiquement!
 
    MadieCat!
    30 août 2008.

Solitude!

Tu es toujours là,au rendez-vous du soir
Doucement tu envahis mon être et mon âme
Aussitôt que descend de la nuit ce voile noir
Tu arrives,tu me prends ,et tu me berces l'âme

De toi naissent des pensées `
qui allongent mes nuits
Je te connais et tu le sais
Tu en est devenue presqu'une amie

Quand je suis avec toi,je ferme les yeux
Et du coup je m'envole,
comme un oiseau frivole
J'entrevois dans le noir
De belles lueurs d'espoir
Et mon coeur redevient
Dans un calme serein

Et quand je veux partir
De toi solitude m'enfuir
Tu laisses des mots lointains
Qui me disent"reviens"
Mais je ne peux pas rester
Car je ne veux abuser
De peur que pour toujours
Tu sois là pour le reste de mes jours

Je reviendrai, ma solitude
Mais je choisirai mon habitude

 

    MadieCat!
    30 août 2008.

 
Noirceur,tu me fais peur

Elle avait 23 ans
Heureuse, un avenir captivant
S'amusait avec ses 2 enfants
Elle riait, son coeur d'amour débordant

Elle prit 5 minutes, seulement 5 p'tites minutes
Préparer le repas, pendant que les enfants chahutent
L'espace d'un moment, elle entendit la chute
Partit en courant,oubliant la charcute

Consolant son enfant, elle sentit le brûlé
Embrassa ses enfants,leur disant"ATTENDEZ"
Mais trop tard, la charcute s'était mise à flambée
Vite, elle prit le poêlon pour allez l'arroser
Les rideaux au-dessus se sont enflammés
De ses mains, a éteint ce feu terrifiant
A crié aux enfants, le danger est passé
Mais la maison au complet, noire,désolant

Une semaine passée à tout nettoyer
Matelas,linge,rideaux,murs et planchers
Avec sa mère elle alla se changer les idées
Au bingo du village, elles aimaient y aller

Tout à coup,un voile blanc et opaque
Elle ne voyait que le contour des cartes
Elle dit calmement"maman je ne vois plus"
Mais au fond, la terreur ne se contenait plus

Lendemain,rendez-vous,et verdict horrifiant
Demain où peut-être jamais
La lumière qu'elle peut voir,s'éteindra à jamais
"Mon Dieu,protégez-moi,je veux voir mes enfants
Mes petits-enfants, ma famille,mes amis(es)"
Dieu a été bon car encore aujourd,hui
Je peux vous raconter cette étape de ma vie

C'est pourquoi j'aime autant la lumière
Car je sais qu'un jour,peut-être.....
Et tout ça pour un feu qui nous monte au visage
Un tout petit feu faire tant de ravages
 
    MadieCat!
    22 août 2008.

 
Et si c'était vrai!

Il est 6h00, un beau matin de mai, le 12 de mai.
Le temps semble magnifique…
car je suis encore dans la torpeur du sommeil
et mon ego se réveille lentement.

Brusquement, un vacarme infernal me sort du lit :
klaxons, crissements de pneus, hurlements…
Dieu, que se passe-t-il ?
J'entends aussi des cris, des pleurs
et même des gémissements d'animaux.
Qu'est ce qu'il y a à l'extérieur ?

Après coup, mon imagination se met en marche.
C'est peut-être un tremblement de terre
car je me souviens de ce bruit sourd venu de je ne sais où.
À part ça, je ne vois vraiment pas ce que ça pourrait être.

Jamais, au grand jamais je n'aurais pu imaginer
ce qui s'est réellement passé cette journée là. Jamais.

Après avoir repris mes esprits, je devins calme et positive.
Je m'habillai à toute vitesse pour descendre voir ce qui se passait.

Horreur ! Le ciel était devenu gris,
presque noir, d'un nuage qui semblait
vouloir envahir la terre. Je réussis à
demander à un homme qui déambulait, les larmes aux yeux…

- Que s'est-il passé ?
Mais j'appréhendais sa réponse car je
crois que j'avais compris.
Il me répondit tristement :
- Il est trop tard pour les abris nucléaires,
nous sommes faits comme des rats.

Oh non, je n'osais y croire. Ils l'avaient leur guerre.
Eux qui ne cessaient de parler de paix, de désarmement.
Quel imbécile avait pesé le premier ?
Dans le fond, même si on le savait, ça changerait quoi ?

Je me suis mise à pleurer comme une enfant,
pensant à tous ceux que j'aime, à tous ces enfants innocents.
Pourquoi, pourquoi a-t-il fallu que ça en vienne là ?


Soudain je sursautai, toute en sueurs.
Ouf !!! Je suis dans mon lit, chez moi et tout est calme.
J'entends gazouiller les oiseaux… j'ai fait tout un cauchemar !

Mais j'y pense.......et demain,si c'était vrai....
Si ils pouvaient réaliser....
 
    MadieCat!
    5 août 2008.

Sarha!

Cette enfant aimait la vie
Elle n'avait que 9 printemps
Elle arrivait, sa soeur aussi
De l'école, son coeur content

Pour la fête de sa maman
Une carte, des mots choisis
Dans son sac l'avait rangé
Avec un joli coeur doré

Traversant tranquillement
Chauffeur de bus, lui attendait
Qu'elles soient rendues chez leurs parents
Mais un chauffard lui, dépassait

Sarah fut happée mortellement
Sa petite soeur, la vit par terre et elle cria
Cria si fort, qu'elle alerta sa maman
Qui arriva de suite, la prenant dans ses bras

Dans un sanglot, Steffie lui dit
Regarde maman, regarde Sarha
Se détourna, poussa un cri
"Non.non, mon Dieu, pas ma Sarha"

À l'hopital la transporta
Mais les ambulanciers savaient
Que c'était la fin pour Sarha
La mort sur son visage figeait

En arrivant à la maison
Steffie demande::"Où elle est Sarha"
Pourquoi tu pleures, dis-moi maman!
Quand elle revient à la maison?

À 5ans, on ne comprend pas
La mort pour eux n'existe pas
Steffie pleurait, elle s'ennuyait
De sa grande soeur qu'elle aimait

Maman lui a dit que plus jamais
Non plus jamais, elle ne la reverrait
Que Sarha vivait maintenant au paradis
Que pour toujours, elle était partie

Un jour Steffie dis à sa mère
"Je sais moi comment faire"
On va voir Sarha au paradis
On prend l'avion, dis oui,maman, dis oui!

Comment expliquer à un enfant
Que c'est trop loin le paradis
Comment consoler une enfant
De ce refus, de ce déni

Grand-maman vint faire un tour
Fût mise au courant de ce poids, trop lourd
Elle dit à Steffie"je vais te dire un secret"
Pour Sarha, je sais comment on fait!

En bordant la petite,elle lui dit son secret
Pense fort fort à Sarha, je te promets, elle viendra
Dans tes rêves, tu sauras
Qu'elle est belle et bien là!

Le lendemain, elle riait, elle chantait
Elle dit""grand maman avait raison"
Avec Sarha, j'ai joué, je me suis beaucoup amusée
Et on a chanté des chansons!

Maman, elle dit de ne plus pleurer
Elle est heureuse, avec grand-papa
Et papa, ton papa dit de ne plus douter
Car il t'a toujours aimé

Et maman, regarde dans son sac d'école
Il y a quelque chose pour toi
Elle dit que c'est une petite bricole
Qui va mettre ton coeur en joie

En ouvrant la carte, la photo de Sarha
Avec ces mots"Je t'aimerai toujours, petite maman"
Un coeur doré scintillait de l'autre coté
Tu me crois à présent, hein dis maman?


Je dédie ce poème aux enfants qui avaient toute la vie
devant eux.............

    MadieCat!
    4 août 2008.

 

Retour à la page d'accueil

Recommandez ce site à vos amis !

http://www.madiecat.com/

Pour écrire à l'auteur