Poème de Françoise Cocheril.

Mon Coq

 L'horizon se farde de rose,
Un voile léger se dépose
Avant les premiers rayons d'or
Dame nature sommeille encore.
C'est alors que dans le lointain
Brisant le silence du matin
Un joyeux coq lance son chant
Qui résonne au soleil levant.
 
Puis tous les coqs des environs
"Cocoricotent" à l'unisson.
Et toujours de plus en plus fort,
Réveillant ceux qui dorment encore.
 
La nuit a fait place au grand jour
Les coqs se taisent tour à tour
Et retournent au poulailler
En lissant leurs plumes hérissées.
Françoise Cocheril, France
28 décembre 2000.
 

Retour à la page d'accueil

Recommandez ce site à vos amis !

 

Pour écrire à Françoise