Poèmes de Sindy Bernard.  

 

La maladie
 
Tout va pour le mieux
Le jour suivant
C'est la catastrophe
La maladie frappe par l'arrière
Comment réagir après un tel résultat
 
Comment l'apprendre à ceux que t'aime
Tu sais qu'ils vont être frustrés
Tu sais qu'ils vont pleurer
Et des fois plus que toi
Tu veux en parler
 
Mais à qui te confier
Je ne veux pas de pitié
Je veux ton soutien et ton amitié
Mais j'aime mieux me taire
Et vivre avec cette misère
 
Comment vivre avec un sourire
Quand tu sais que tu vas partir
Tu sais plus quoi penser
Car il faut te préparer à les quitter
Je regarde devant moi
 
Et j'envie ceux qui sont en santé
Mais on n'a pas tous cette chance là
C'est ma destinée
Je ne peux plus reculer
Juste un petit conseil
 
Avant de vous quitter
Vivez le jour pour le jour
Profitez de la vie et de votre santé
Et ne laissez jamais
La maladie vous ronger........
 
Sindy Bernard.
05 février 2003.

 


Mon enfant de guerre 

Quatre ans que je suis partie
Que j'ai disparue
Que je me suis enfuie de ce pays
Où j'ai laissé une partie de ma vie
 
Jamais je n'y avais pensé
Jamais je n'aurais cru
Qu'un jour il faudrait quitter
Ce monde sans issue
 
J'y ai abandonné
Ma vie, mon enfance
Et me voilà à l'adolescence
Avec tous ces souvenirs endoloris
 
En arrière, ma famille, mes amis
Tous ceux que j'ai tant aimés
Je les ai laissé sans préavis
Ceux à qui je pouvais me confier
 
Pendant ces neuf ans
J'ai vu la guerre
Personne ne s'aimait
Que des souvenirs amers....
 
J'y voyais des gens se faire tuer
Mais jamais je n'aurais pensé
Rester gravement marqué
Par ces souvenirs blessés
 
Aujourd'hui je revois difficilement
Les visages innocents
De ces gens tués dans la rue
Mutilés inconnus...
 
Aussi, le bruit des fusils
Retentit dans la nuit
Des appels de minuit
Annonçant la fin de la vie
 
À présent, je suis en sécurité
Dans un pays de liberté
Mais encore dans cette terre de guerre
Souffrent des gens dans la misère
 
Et à jamais sera marquée
Cette jeune enfant mutilée
Car au creux de l'adolescence
Rejaillit encore la triste enfance
 
Qui essaie de rattraper
Toutes ces années passées
Retrouver le bonheur
À la place du malheur
 
Peut-être qu'un jour je sortirai
De mon cocon bien isolé
Mais pour l'instant personne ne comprend
Issue de la guerre cette jeune enfant.....
 
Sindy Bernard.
25 septembre 2002.

 


               La force d'aimer

Le temps passe
Je compte les secondes
Je me sens parfois
Si seule au monde
Je vois dans mes yeux
L'objectif d'une caméra
Je regarde la vie comme
Si je n'y étais pas
Où est donc l'homme qui
M'aimera vraiment?
Que je puisse sourire
En l'attendant
Je n'ai aucune trace
Aucune piste
C'est horrible d'être
Aussi triste
 
 
Tous les hommes
Que j'ai adorés
Tour à tour
Se sont éloignés
Sans un bruit
Sans un mot
J'ai peur de ne plus
Aimer a nouveau
C'est difficile juste
D'y penser
On m'a enlevé
La force d'aimer
 
Mon dieu
Qu'est-ce qu'il m'arrive?
Ma tête et mon coeur
S'en vont à la dérive
Je crie, je pleure
Je désespère
J'en veux
À la planète entière
Qu'est-ce que j'ai faite
Pour qu'on me déteste
Les gens m'évitent
Comme la peste
Je dois avoir
Une mauvaise attitude
J'en ai assez
De la solitude
 
Pourquoi moi?
Pourquoi pas une autre?
C'est mon problème
Jamais le vôtre
Qui est-ce qui
Se préoccupe de moi?
Personne ne me prend
Jamais dans ces bras
J'ai envie de hurler
De défoncer les murs
Enterrer les soupirs
Et les murmures
Pourtant, j'aurais
Tellement besoin
Qu'on me dise que mon
Calvaire tire à sa fin
 
Tous les hommes
Que j'ai adoré
Tour à tour
Se sont éloignés
Sans un bruit
Sans un mot
J'ai peur de ne plus
Aimer a nouveau
C'est difficile juste
D'y penser
On m'a enlevé
La force d'aimer.........
 
Sindy Bernard.
25 septembre 2002.
 

 

Grand-Maman

Je ne peux t'oublier
Toi que j'ai aimée
Toi qui m'a protégée
Et qui m'a parfois consolée

La mort est venue te chercher
Et t'a emportée
Tu avais 64 ans
Et jamais tu n'auras 65 ans

Pourquoi cet enfer?
Pourquoi cette misère?
Pourquoi es-tu morte?
Toi qui étais si forte

Tu étais pareille comme une amie
De qui j'étais très fière aussi
Mais je sais que plus jamais
Je ne te reverrai

Dans mon esprit
Tu n'es pas encore partie
Mais je sais que tu as complètement disparue
Disparue de ma vue

Un jour au ciel,je te retrouverai
Mais d'ici là, n'oublie surtout pas
Que même si tu n'es plus la
que je t'aime encore

de ta petite fille qui t'aime xxxx 

Sindy Bernard.
25 septembre 2002.
 

              Lettre d'une ado à son père absent

Même si tu m'as fait pleurer
Je ne peux que t'aimer
Je ne peux t'oublier
Depuis que je t'ai rencontré

Tu dis que tu m'aimes
Mais tu ne me laisse pas ma liberté
Serait-ce de la haine
Que tu ne peux exprimer

J'ai tant besoin de toi
De la chaleur de tes bras
Est-ce trop te demander
Seulement de te rapprocher

Ai-je tort de vouloir
Ne serait-ce qu'un regard
De celui qui m'a créé
Et qui m'a abandonné

je t aime malgré tout papa

Sindy Bernard.
25 septembre 2002.
 

 

LA DROGUE

Tu te réveilles un bon matin
Tout est en noir et blanc
C`est ta faute
T`es comme un animal
Pris dans une cage
T`es l`otage
L`otage de la drogue

Méfie-toi de ce qui pourrait t`arriver
Tu te trahiras
Et tu le regretteras
Ca peut aller plus loin
Mais il faut que tu t`arrêtes
Recommence à zéro
Pars du bon pied

Pense à toi à ton avenir
Que t`arrivera-t-il plus tard?
T`as sûrement pas envie de gâcher ta vie
Il n`est pas trop tard
Il faut agir vite
Alors décide-toi
Et réagis...

Sindy Bernard.
11 juin 2001.
 

SOLITUDE

Un enfant seul pleure dans le noir
Et oui il pleure le désespoir
Il pense à la mort
Il n`a personne pour lui dire s`il a tort

Il est sans famille, sans amis
Il mange dans les poubelles, il est sans abri
Il pense au suicide
Peut-être sa meilleur solution

Il n`a pas d`idole
Personne à admirer
Il grandit seul
Sans personne pour l`encourager

Il est là, assis sous la pluie
Les passants rient de lui
Il mendie, voilà sa vie
Lui à qui on n`a jamais souri

Il n`a personne pour l`aider
Ce n`est qu`un droguer
Rejeté d`une société
Qui la condamne à se tuer

Il cherche la vraie liberté
Il se sent comme dans un pénitencier
Il ne pense qu`a se tuer
Lui qui n`a jamais été aimé

Il voudrait rompre le silence
Il n`a personne pour l`écouter
On se fou de ce qu`il pense
Il n`a qu`a nous déranger

Dans les journaux on ne fait que parler
D'argent, de sport, d`actualité
On a tendance à oublier
Ce qui se passe vraiment dans notre société

Il ne voudrait qu`un peu d`amour, d`amitié
Il était prêt à les écouter
Personne ne lui a parlé, ils l'ont enfermés
Au bout d`une corde, il a trouvé la liberté

Sindy Bernard.
11 juin 2001.
 

     

PREMIER BAISER

Tes lèvres brûlantes sur les miennes
Ton corps chaud tout contre moi
Je respire avec peine
J`entends ton cœur qui bat

Mes idées se mêlent
Mes sentiments se confondent
Tendrement, tu me serres
Si près de toi que je déraisonne

Mon nom que tu répètes
Des aveux d`appartenance
Des paroles qui me laissent entendre
Qu`au piège tu te laisseras reprendre

Un baiser, un tout dernier
Laisse au fond de mon cœur
Un doux sentiment d`être protégée
Un indescriptible bonheur

Sindy Bernard.
11 juin 2001.
 

MON PETIT BÉBÉ

Je suis bouleversée
Je suis épuisée
Je ne peux oublier la nouvelle
Qui m`a été annoncée

Je dois y réfléchir,
Prendre une décision
Ce n`est pas facile d`en rire et de dire
Tournons la page et oublions

Tu es en moi, tu fais partie de moi
Et ce que je dois faire à présent
Ne me plait pas
Mais crois-moi, mon bébé, c`est mieux comme ça
C`est mieux pour toi, pour moi et ton papa

Tu ne verras jamais le jour
Je ne pourrai jamais te serré dans mes bras
Mais dans le monde où nous vivons
Nous ne pourrions, ton père et moi
T`apporter tout ce que doit avoir un enfant

Certaines personnes me disent que tu n`est
En ce moment qu`un tas de cellules
Mais moi qui te porte
Je sais qu`en quelque part
Tu vis, tu grossis

J`aurais tant aimé te garder
Mais je dois renoncer à cette idée
Pourras-tu me le pardonner
Oui, toi mon bébé....

Sindy Bernard.
11 juin 2001.
 

PRIÈRE D`UN ENFANT

Si je suis un enfant
Il faut me pardonner
Ne soyez pas méchant
Parce que je suis née
Je ne fais pas mal
Je veux juste vivre
Ne soyez pas brutal
Parce que vous êtes ivre
Je veux de l`affection
Est-ce trop vous demander?
Vous qui ne me portez jamais attention
Pourquoi me maltraiter?
C`est triste à dire
Mais vous m`avez poussée à bout
J`ai décidé d`en finir
Mais ça n`a pas d`importance pour vous!!!

Sindy Bernard.
11 juin 2001.
 

 
 
LE CHEMIN DE TON CŒUR

J'ai nagé dans l'océan de mes larmes
traversé le désert de mes souvenirs
volé les nuages abritant mes secrets.

L'océan, le désert et les nuages
m'ont tous conduit au même chemin
le chemin de ton cœur qui lui,
je le savais n'avait pas changé.

Sur mon passage,
j'ai tendrement caressé chacun des nuages
posé mes lèvres sur chaque grain de sable
dansé entre les vagues de l'océan.

Tout cela pour te retrouver
te sentir de nouveau dans mes bras.
 
Sindy Bernard.
25 mai 2001.
 

PARTIR ...

Tu dois t'en aller
loin de moi
loin de nous

On a grandi ensemble
on a eu de bons moments
on s'est aimé
on s'est laissé

Tout est fini
tu dois t'en aller

Pour toi c'est dur
pour moi, c'est déchirant
partir est un mot facile
mais une pensée difficile

On va s'écrire
on va s'appeler
on va rire
et jamais s'oublier

Sindy Bernard.
25 mai 2001.
 

TOUJOURS T 'AIMER SANS JAMAIS T 'OUBLIER

Quand je t'ai rencontré
tu m'as tout de suite attiré
tes yeux, ton sourire
tout en toi me faisait frémir

Cette belle histoire d 'amour
n'a duré que quelques jours
mais tu ne peux pas savoir
combien de larmes j'ai versées
après que tu m'aies quittée

Je sais qu'elle est plus belle
et que tu l 'aimes
mais comprends moi
il faut du temps pour t'oublier...
pour oublier tous ces rêves, que j'avais imaginés...

Pourquoi n'as-tu pas au moins
conservé notre amitié ?
Est-ce parce que tu ne m'as jamais vraiment aimée ?
si tu savais combien de fois j'ai voulu te téléphoner!

Simplement pour t'entendre parler...
tu es gravé dans ma mémoire
jamais je ne pourrai te détester
je voudrais que tu saches
que je t'aime encore et que je t'attendrai.

Sindy Bernard.
25 mai 2001.

Retour à la page d'accueil

Recommandez ce site à vos amis !

 

Pour écrire à Sindy.