Simone de Beauvoir

Écrivaine française

«On ne naît pas femme:  on le devient.»

Simone de Beauvoir est née à Paris le 9 janvier 1908 et est morte dans la même ville le 14 avril 1986.

VIE

Simone Lucie-Ernestine-Marie-Bertrand de Beauvoir, issue d'un milieu aisé (son père est avocat), est l'aînée d'une famille de deux enfants.  Sa mère est une catholique dévote qui élève ses deux filles dans un cadre strict et traditionnel.  À l'adolescence, Simone de Beauvoir devient athée et décide de consacrer sa vie aux études et à l'écriture.

Elle étudie la philosophie à la Sorbonne à Paris où elle rencontre Jean-Paul Sartre avec qui elle partagera sa vie.  Elle passe son agrégation en 1929 à l'âge de 21 ans.  Elle enseigne la philosophie à Marseille, Rouen et Paris jusqu'en 1943, année où son premier livre, L'invitée, est édité.  Ardente avocate de l'existentialisme incarné par son compagnon Jean-Paul Sartre, elle soulève des questionnements afin de trouver un sens à la vie dans l'absurdité d'un monde dans lequel nous n'avons pas choisi de naître.   Associée à celle de Sartre, son oeuvre s'en différencie dans la mesure où elle aborde le caractère concret des problèmes préférant une réflexion directe et ininterrompue sur le vécu.

Paru en 1949, le célèbre Deuxième sexe, où s'exprime avec virulence et sur un ton nouveau le refus de l'infériorité "naturelle" de la femme, devient l'ouvrage de référence du mouvement féministe mondial.  À partir de 1947, les voyages se succèdent, aux États-Unis, où elle séjourne en 1950, en Afrique et en Europe.  En 1954, le prix Goncourt attribué à son roman Les mandarins où revivent les années glorieuses du groupe existentialiste confronté à des choix politiques et intellectuels délicats attire sur son oeuvre l'attention du grand public.  Elle continue à voyager, en Chine (1955), à Cuba et au Brésil (1960), en Union soviétique (1962) tout en poursuivant la rédaction de ses mémoires et son action pour la libération de la femme.  En 1971, elle assure la direction d'une revue d'extrême gauche "Les Temps Modernes" qu'elle a fondée avec Sartre.

À partir de 1980, après la mort de Sartre, sa santé physique et mentale se détériore à cause de sa dépendance à l'égard de l'alcool et des amphétamines .  Elle meurt à l'âge de 78 ans et est enterrée dans la même tombe que Sartre.

OEUVRES

1943:  L'invitée (roman)

1945:  Le sang des autres (roman)

           Les bouches inutiles (théâtre)

1949:  Le deuxième sexe (essai)

1954:  Les mandarins (roman)

1958:  Mémoires d'une jeune fille rangée (essai-autobiographie)

1960:  La force de l'âge (essai-autobiographie)

1963:  La force des choses (essai-autobiographie)

1964:  Une mort très douce (récit sur la mort de sa mère)

1972:  Tout compte fait (essai-autobiographie)

1981:  La cérémonie des adieux (essai-autobiographie)

CITATIONS

«La parole ne représente parfois qu'une manière, plus adroite que le silence, de se taire.»

«Voilà le privilège de la littérature [...].  Les images se déforment, elles pâlissent.  Les mots, on les emporte avec soi.»

«Dans toutes les larmes s'attarde un espoir.»

«Il m'était plus facile de penser un monde sans créateur qu'un créateur chargé de toutes les contradictions du monde.»

«Toute réussite déguise une abdication.»

«Sans échec, pas de morale.»

Hit-Parade