Les Iroquois et la guerre de sept ans
  • D. Peter MacLeod, Les Iroquois et la guerre de sept ans. Montréal: VLB éditeur, 2000.
  • Jean Pariseau, traducteur.
  • ISBN 2-89005-713-5
  • 276 pages, 1 carte, bibliographie, index
?????

Quelques voix de la guerre de sept ans

Nous sommes les Sept Nations indiennes confédérées du Canada ... et nous sommes venues avec les troupes de notre Père le Roi de France pour combattre ses ennemis les Anglais. Porte-parole de Kahnawake, 1755

En nous faisant régénérer dans cette même eau de baptême qui a lavé le Grand Onontio, nous n'avons pas renoncé à notre liberté, aux droits que nous tenons du maître de la vie. Chefs et mères du clan d'Oswegatchie, 1757

Si les Anglais et les Français ont un différend, qu'on les laisse se battre entre eux; nous n'avons pas à nous en mêler. Tecaughretanego, chef de guerre de Kahnawake, 1755

L'art de la guerre consiste à prendre nos ennemis en embuscade et à les surprendre, tout en les empêchant de nous prendre en embuscade et de nous surprendre. Tecaughretanego, chef de guerre de Kahnawake, 1758

Tu [Montcalm] as apporté dans ces lieux l'art de a guerre de ce monde qui est au-delà du grand lac; nous savons que dans cet art tu es un grand maître, mais pour la science et la ruse des découvertes, pour la connaissance de ces bois et de la façon d'y faire la guerre, nous l'emportons sur toi. Chefs de guerre amérindiens, 1757

Le bon travail de la paix. Ad'yadarony, chef de guerre de Kahnawake, 1760

haut de page
?????

Extraits du livre

Bien qu'un soldat français puisse marcher et combattre aux côtés d'un Agnier, les raisons de faire la guerre sont bien différentes de part et d'autre.

Plutôt que d'unir leurs efforts à ceux de leurs alliés pour atteindre un même but, les guerriers iroquois du Canada mènent des campagnes parallèles axées sur la capture des prisonniers

Pour les Amérindiens, participer à un siège en règle, c'est sortir de la forêt pour entrer dans une zone grise ... un espace sillonné de tranchés et dominé par des canons ... ou les êtres humains se blottissent sous le niveau du sol pour ne pas être tués.

Si les officiers français leur avaient semblé aussi dignes d'attention que les canonniers et les ingénieurs, les Amérindiens auraient pu constater un comportement typique des Européens de l'ère post-Gutenberg face à une nouvelle situation: la tendance à convertir les nouvelles expériences en succès de librairie.

Dans de bonnes conditions, une force amérindienne est capable d'anéantir une armée européene et de mettre en déroute des régiments entiers.

Face à une invasion victorieuse, les Français du Canada n'avaient d'autre choix que de se rendre ... Les Amérindiens ... étaient libres d'agir comme bon leur semblait pour protéger leurs intérêts. Cette liberté d'action leur a servi à négocier d'abord leur neutralité, puis leur alliance avec les envahisseurs.

haut de page
?????

Table des matières


haut de page
?????

Texte du couvre-livre

La question de la participation des Iroquois de la Nouvelle-France à la guerre de Sept Ans a longtemps été négligée. Pourtant, les conséquences de ce conflit influent encore sur l'histoire du Canada.

Cet ouvrage relate les campagnes de ce conflit pendant lequel Amérindiens et Français ont fair une «guerre parallèle», chacun restant fidèle à ses pratiques et à ses objectifs militaires. comme ceux-ci étaient fréquemment incompatibles, la guerre de Sept Ans est remarquable tout autant par les divergences culturelles qui opposaient les Amérindiens à leurs alliés français que pars leurs activités guerrières contre les Britanniques.

D. Peter MacLeod montre comment les Iroquois ont fait preuve d'indépendance en refusant tout contrôle extérieur et analyse les répercussions sociales et économiques de la guerre de la Conquête pour leurs collectivités.

haut de page
?????

Ilustration de la couverture

David Rickman, Eastern Woodland Indians, middle of the eighteenth century, Ministère de la Défense Nationale.

?????


haut de pageaccueilaccueil: histoireaccueil: cvcourriel

Copyright © 2001 D. Peter MacLeod

L'image au centre est David Rickman, Eastern Woodland Indians, middle of the eighteenth century, Ministère de la Défense Nationale.