En construction, comme le pays du Québec...

Bonsoir! Elllle èèèest partie!

Jour 36


Non! Il ne s'agit pas d'une balle frappée par Henry Rodriguez par-dessus la clôture du champ gauche du parc Olympique. Il s'agit de la campagne électorale fédérale, une vulgaire ligue de garage, où deux divisions, la Québécoise et la Canadienne, tenteront de faire élire le plus de candidats et candidates possibles susceptibles de servir servilement les grands décideurs du monde économique.

Dans la division Québécoise, les Libéraux, conduit par le Casey Stangle de la politique canadienne, Jean Chrétien, tenteront de mettre un frein à la monter des souverainistes qui misent sur le lanceur de relève Gilles Duceppe et sur la détermination du « clean up man » Yves Duhaime. Dans la division canadienne, les néo-démocrates, les réformistes et les conservateurs se battront farouchement pour la dernière place au classement.

Les chefs des équipes Libérales et Conservatrices se disent très confiant de l'emporter dans leur circonscription respective, pourtant, la campagne en est à sa première journée et déjà nos deux Jean « bons » Chrétien et Charest ont passé plus de temps dans leur comté que durant les 3½ ans de leur dernier mandat.


Retour

Et si Jacques Parizeau devenait le rassembleur du Bloc Québécois?

Jour 31


Il est incontestable que la campagne du Bloc est très mal partie. Un chef qui se cherche entre un candidat défait qui prend trop de place et Lucien Bouchard qui ne veut pas céder la sienne, une organisation qui a des ratés, les médias qui ne sont pas tendre envers l'image de Gilles Duceppe; voilà autant de raisons qui font que le Bloc Québécois est tout aussi sur la pente descendante que l'option souverainiste ne l'était avant l'entrée en scène de ce même Lucien Bouchard dans le camp du OUI.

Magnanime, Jacques Parizeau a su reconnaître le charisme de Bouchard et n'a pas craint de lui laisser toute la place qu'il réclamait allant même jusqu'à souscrire à une entente de partenariat, a laquelle il ne croyait pas beaucoup. Je crois que ce serait faire preuve d'audace et d'habilité de la part de Gilles Duceppe de faire appel à celui dont l'engagement souverainiste n'est pas entaché de coupures dans les avantages sociaux de québécoises et de québécois.

En se donnant le mandat de plaire aux créanciers du Québec plutôt qu'aux québécois(e)s et ce sans avoir été élu pour le faire, Lucien Bouchard est devenu suspect pour bien des souverainistes; non pas qu'ils mettent en doute son credo séparatiste mais ils s'interrogent sur la pertinence de devenir souverain dans un État où les mesures sociales et les politiques culturelles sont inféodées à la cote de crédit de Moody. DE PART LES POSITIONS QU'IL A DÉFENDU TANT LORSQU'IL ÉTAIT PREMIER MINISTRE QUE DEPUIS SA DÉMISSION, JACQUES PARIZEAU A FAIT LA PREUVE QUE L'ON PEUT AVOIR UNE AUTRE VISION D'UN QUÉBEC SOUVERAIN QUE LA TRISTE DEMEURE QUE BOUCHARD NOUS PRÉPARE.


Retour

Le fantome des chefs répudiés, hante Gilles Duceppe

Jour 17


La guigne semble s'attaquer à la campagne du Bloc Québécois et s'acharne, plus particulièrement, sur le chef Gilles Duceppe. Or, l'histoire récente au Québec, laisse croire que l'électorat ne prise guère les coups fourrés et les poignards dans le dos que certains distribuent allègrement pour changer le leadership d'une formation politique.

On se souvient du sort que les québécoises et québécois ont réserver à Pierre-Marc Johnson qui avait montré la porte à René Lévesque. Son frère Daniel, qui a magouillé dans le dos d'un Robert Bourassa malade, à subit un sort identique. Il semble que le même syndrome ait atteint Gilles Duceppe. Tous savent qu'il fut un des ténors du concert de dénigrements qui a forcé Michel Gautheir à céder sa place. D'aucuns se demandent maintenant si ce dernier n'aurait pas fait meilleur figure malgré le fait qu'il porte un nom moin connu que Duceppe. ON A OUBLIÉ QUE LE DUCEPPE QUE LES GENS CONNAISSAIENT ET AIMAIENT, C'ÉTAIT JEAN ET NON GILLES.


Retour

Si la tendance actuelle se maintien...

Jour 04


Si la tendance actuelle se maintien, La Page @ PRINCE annonce que le prochain gouvernement du Canada, sera un gouvernement minoritaire.

Le Parti Libéral ayant remporté le plus de sièges, sera appelé à tenter de former le gouvernement. Eux qui claironnent que 50% des voix plus une ne constitue pas une majorité suffisante pour remporter un référendum aurons du mal à justifier leur ligitimité puis qu'ils n'auront reçu que 42,6% des votes exprimés.

Preston Manning qui prétendait que les Chrétien et Charest défendaient trop les intérets du Québec à Ottawa, devra ravaler ses paroles puisque que les deux chefs de parti se seront fait battre dans leur comté respectif. Cela prouve que pour les québécois et québécoises, on ne saurait faire alliance avec ceux et celles qui veulent restreindre les droits du Québec et prétendre en même temps défendres ses intérets.

Les anglophones et les minorités ethniques du Québec vont encore une fois donner raison à Pierre Bourgeau et Jacques Parizeau en votant massivement pour le Parti Libéral. Ben bon pour eux, ils continueront à avoir un représentant d'Ottawa dans leur comté plus tot qu'un représentant de leur comté à Ottawa.

Le Bloc Québécois va encore une fois former l'opposition officielle. Donald Longuépée va être élu dans Verdun parce que les Libéraux du comté ont tenu à se débarasser de Raymond Lavigne.

Il se peut que je me trompe sur toute la ligne...mais ca ma fait du bien d'en parler.

Celles et ceux qui trouvent ce site trop partisan
cliquez ici.

À DÉFAUT DE VOTER POUR LE BLOC:
VOTEZ PSC

La Page @ PRINCE