Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Il faut remplacer Chrétien au plus sacrant!

Banques et Caisses Pop: même combat?

Pinochet: inapte à subir son procès?

OUF! Je l'ai échappé belle.

Le projet de loi Dion

Le spectacle qui m'a la plus plu.

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

12 février 2000


Y en n'aura pas d'référendum!

Les plus vieux d'entre les indépendantistes, dont je suis, se rappellent que, alors que Pierre Bourgeau et ses acolytes du R.I.N claironnaient haut et fort la nécessité pour le Québec de devenir un pays indépendant, Olivier Guimond faisait fureur dans une publicité pour la brasserie Labatt où il disait: "Y en n'aura pas de commercial". Eh bien, Lucien Bouchard et sa "gang" pourraient dire: "Y en n'aura pas d'référendum!".
En effet l'acte de foi sans cesse renouveler de notre Premier Ministre dans l'établissement des conditions gagnantes avant de procéder à un nouveau référendum, risque de reporter ce dernier au calandres grecs. Au lendemain de l'élection de novembre '98, Lucien Bouchard faisait de l'atteinte du déficit zéro LA CONDITION PRÉALABLE À LA TENU D'UN RÉFÉRENDUM. Il a fait le mauvais calcul. En choisissant le déficit zéro à tout pris au détriment de l'appauvrissement zéro, il s'est fait des amis chez les investisseurs mais des adversaires chez les gagne-petit et les démunis. Comme ces derniers sont plus nombreux, l'appui à la cause qu'il prétend défendre, diminue.
Son premier objectif ayant été atteint sur le dos des contribuables, le voilà qu'il se fixe une autre CONDITION PRÉALABLE: le rétablissement du réseau de la Santé que, ses politiques pour atteindre son premier objectif, a jeté dans le marasme le plus complet. Il a beau faire distribuer des centaines de millions pas sa dauphine Pauline Marois, les urgences et les listes d'attente restent encombrées. Outre les investissement dans le béton pour le nouveau CHUM à Montréal, le reste est acheminé vers une classe de privilégiés qui rêvent de revenir à la pratique privée pour pouvoir décider du droit de vie ou de mort des malades, selon leur âge ou la grosseur de leur portefeuille.
Nul doute qu'avec l'ampleur des surplus du gouvernement québécois cet objectif, de restaurer le réseau de la Santé, sera atteint dans une couple d'années. Nous seront alors rendu à la fin du second mandat du gouvernement Bouchard. Je suis de ceux qui croit qu'il ne faut pas exclure que le Parti Québécois soit réélu pour un troisième mandat consécutif. En effet, la question de l'indépendance du Québec étant continuellement mise sous le boisseau, le Parti ne fait plus peur à personne et ses multiples courbettes devant les soi disant décideurs économiques peut faire en sorte que ces derniers refusent de mordre la main qui les nourrit en votant pour les Libéraux de Jean Charest qui ne sait toujours pas ce qu'il est venu faire dans la galère provinciale.
Mais même réélu pour un troisième mandat, l'Éducation deviendra LA NOUVELLE CONDITION PRÉALABLE, puis L'AUTOROUTE ÉLECTRONIQUE, puis LES ROUTES, puis MONTRÉAL, puis, peut-être enfin, L'APpAUVRISSEMENT ZÉRO. Donc, la question claire, c'est pas pour demain.
Un peuple qui veut vraiment son indépendance politique, économique et culturelle, il ne la quémande pas, IL L'EXERCE.

Francité
VOTEZ S.V.P.

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.