Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Humour ou sarcasme ?

Pourquoi?

Marcel Pepin (1924+2000)

Chartrand & Simonne

Y en n'aura pas d'référendum!

Il faut remplacer Chrétien au plus sacrant!

Banques et Caisses Pop: même combat?

Pinochet: inapte à subir son procès?

OUF! Je l'ai échappé belle.

Le projet de loi Dion

Le spectacle qui m'a la plus plu.

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

 
7 juin 2000


Le financement occulte du gouvernement canadien.

Le chat est sorti du sac. Les émissions de télévisions, animées par Robert-Guy Scully, et que d'aucuns croyaient être des émissions d'informations objectives ou des capsules d'histoire destinées à faire connaître des canadiens et canadiennes qui se sont illustré-e-s dans différentes sphères d'activités s'avèrent n'être que de vulgaires textes de propagande.

En effet, le ministère du Patrimoine ou devrait-on dire de la Propagande, a utilisé des prête noms pour commanditer ces deux émissions de RDI, le réseau d'informations continues de Radio-Canada. La "pauvre" multinationale Bell Canada, par sa filiale BCE, c'est vue octroyer une subvention de 1 250 000,$ pour servir de commanditaire de l'émission "Le Canada du millénaire" et la non moins "moribonde" fondation Bronfman a reçu 7 500 000$ pour prêter son nom aux "Minutes du patrimoine". Est-il besoin de rappeler que c'est cette même Fondation Bronfman qui, il y a quelques années, transférait 2 milliards de dollars canadiens aux USA sans verser un seul sou d'impôt. Cela démontre bien que le gouvernement fédéral est seul à croire à la viabilité du Canada, à moyen et à long termes, puisque les véritables décideurs, ceux qui ont l'argent, refusent d'injecter un seul centime de leurs avoirs pour soutenir cette chimère.

Une autre forme de propagande se retrouve dans des subventions que le ministère accorde à des organismes pour des projets spécifiques. Ainsi, un projet destiné à permettre à des enfants de milieu défavorisé d'avoir accès à des camps d'été à reçu un chèque de 3 000,$ du ministère de Sheila Copps ainsi qu'une grosse boîte de drapeaux, de macarons, d'épinglettes, de brochures, de décalcomanie et de circulaires, le tout pour une valeur approximative de 1 000,$. Pourquoi ne pas avoir versé mille dollars de plus à l'organisme, ce qui aurait permis d'accepter plus d'enfants, plutôt que de diffuser de la propagande qui, dans bien des cas, finira à la poubelle.

Plus récemment, le gouvernement fédéral utilisait la famille Molson et le club de Hockey Les Canadiens de Montréal, pour financer, toujours en cachette, les obsèques de Maurice Richard. On aurait, d'ailleurs, retardé l'annonce de la mort du Rocket pour permettre l'organisation de cette mascarade. Bien sur, la famille du Rocket est à exclure de cette machination; mais ce n'est ni Molson, ni le Club de Hockey, ni le gouvernement du Québec, malgré le fait que se soit lui qui ait décrété des funérailles nationales, qui en ont défrayé le coût mais bien le gouvernement fédéral.

La raison de cet obscure financement était d'empêcher le Parti Québécois de se faire du capital politique sur le dos du Rocket. Que Jean Chrétien et sa bande dorment en paix. Les centaines de milliers de personnes qui ont tenues à rendre hommage à Maurice Richard lors de son décès savaient, depuis fort longtemps, que celui-ci représentait un modèle pour les québécois francophones, fatigués de se faire traiter avec dédain et mépris par les conquérants anglais et leurs serviles acolytes du Parti Libéral du Canada.

Voilà qu'au moment d'écrire ces lignes, on apprend que le gouvernement fédéral alloue 75% d'un budget de 6 500 000,$ aux célébration de la Fête du Canada au Québec. Encore là, il fut impossible pour les députés du Bloc Québécois, d'avoir confirmation de ce montant en chambre. C'est comme si le députés et ministres libéraux avaient honte d'avouer qu'on voulait acheter le sentiment d'appartenance des québécois et québécoise à cette entité moribonde qu'on appel Canada. Ce n'est pas en nous faisant danser que l'on va cesser de revendiquer un pays où nous pourront nous développer politiquement, économiquement et culturellement selon nos propres valeurs et notre propre projet de société.

Pour réagir à ce texte, cliquez sur Le Forum de La Page @ PRINCE

Francité
VOTEZ S.V.P.

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.