Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Un crime de lèse chrétientéLe financement occulte du gouvernement canadien

Humour ou sarcasme ?

Pourquoi?

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

 
29 septembre 2000


PET rend son dernier souffle.

Il est de tradition séculaire que de louanger une homme publique au moment de son décès. Je veux bien m'acquitter, dès l'abord, de cette pénible tâche. Pénible, car il ne me sera pas facile de trouver des actions susceptibles de lui mériter des coups d'encensoir et pénible, car il est toujours regrettable de perdre un individu d'une intelligence supérieure, d'une grande culture et d'un charme incontestable.

En perdant Trudeau, à la veille de son 81ième anniversaire de naissance, le Canada a certes perdu son plus vieil adolescent. Pierre Trudeau à toujours eu le "je m'enfoutisme", l'arrogance, le mépris et l'entêtement d'un ado. Ses frasques et son cabotinage sont légendaires. Sa vision du Canada qu'il a tenté d'imposer contre l'avis même de ses supporteurs a placé le pays dans un cul-de-sac constitutionnel qui, à long terme, obligera peut-être le Québec à recourir à la violence et à la guerre civile, s'il veut se soustraire du joug d'un gouvernement de plus en plus centralisateur.

Emportés par l'émotion, certains députés qui ont servi sous ses ordres, ont tenté de nous faire croire que, ce soi-disant grand démocrate, a eu recours à la Loi de mesures de guerre, en octobre 1970, à son corps défendant. Pourtant, Trudeau est le même homme qui, quelques années plus tôt, avait menacé des québécois qui le chahutaient en disant:"...les p'tits gars, vous allez vous faire faire mal". C'est ce grand démocrate qui faisait espionner le Parti Québécois par sa police fédérale, et autorisait cette même GRC à voler des listes de membres, monter des dossiers sur des militants et militantes, placer des bombes chez Steinberg pour discréditer des syndiqués et incendier des fermes, toutes des tactiques de tyran et non de démocrate.

Ce que d'aucuns considère comme la plus grande réalisation de Trudeau, la Charte des droits et libertés, enchâssée dans la constitution, est elle même entachée par la façon dont elle a été adoptée et par l'exclusion du Québec. C'est un coup de force guidé par son entêtement à avoir raison, quelqu'en soit les conséquences. Or, cette charte prone la primauté du droit personnel sur les droits collectifs et rend anticontitutionnelle, toute loi que pourrait proclamer le Québec pour protéger sa langue et sa culture. Pour un québécois, quel gâchis.

Trudeau est un grand Premier ministre à cause de la petitesse de ceux qui l'ont précédé ou lui ont succédé. Je n'aurais jamais pensé partager quoi que ce soi de cet homme. Pourtant j'ai, comme lui, un cancer de la prostate qui, tôt ou tard, aura le dessus sur moi. Mais comme je n'ai que 65 ans, il me reste au moins 15 belles années devant qui, avec un peu de chance, me permetteront de voir un Québec indépendant.

Pour réagir à ce texte, cliquez sur Le Forum de La Page @ PRINCE

Francité

Votez pour ce site au Weborama

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.