Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

PET rend son dernier souffle

Un crime de lèse chrétienté

Le financement occulte du gouvernement canadien

Humour ou sarcasme ?

Pourquoi?

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

 
18 novembre 2000


L'Homo Électoralus Québécus.

          L'homo électoralus québécus est une espèce humaine qui prolifère au Québec tous les trois ou quatre ans, qui rend l'homme semblable à la bête et souvent le fait voter pour un Parti fédéraliste.

          Difficile de l'analyser en laboratoire, car les causes de cette mutation des québécois en homo électoralus québécus sont multiples on observe tout de même une constance chez ces individus. Ainsi, pour des raisons aussi fondamentales qu'une maigre augmentation de salaire, la fermeture de telle hôpital plutôt que de telle autre ou le prix trop bas du cochon ou des oeufs, ils se mettent à chanter O Canada, à déchirer leur carte du Parti Québécois, qui prône l'indépendance du Québec, et menace de voter pour le parti Libéral.

          La dernière trouvaille en date c'est le boycottage des candidats du Bloc Québécois, qui oeuvrent sur la scène fédérale, à cause de la fusion de certaines municipalités par le gouvernement du Québec. Pour l'homo électoralus québécus une élection n'est pas le moment privilégié d'élire des hommes et des femmes capables de défendre les intérêts des citoyens et citoyennes mais plutôt de faire payer un gouvernement qui ose avoir une vision de l'avenir et qui n'a pas peur de prendre des décisions pour favoriser l'ensemble du peuple québécois.

          On a les gouvernement qu'on mérite, parait-il? Si, pour assouvir quelque vengeance, on élit des "tatas" au gouvernement fédéral, ce n'est pas le gouvernement du Québec qui va en souffrir mais bien les "tatas" qui les auront élus.

          Si on est convaincu que la souveraineté du Québec est la seule solution à l'ingérence du fédéral dans les affaires du Québec, par quel raisonnement en arrive-t-on à voter pour des fédéralistes pour punir le seul Parti politique qui défend cette idée?

          Les homos électoralus québécus de la dernière vague vocifèrent contre le gouvernement du Québec parce que, selon eux, il est antidémocratique en ne tenant pas compte des consultations faites dans les municipalités récalcitrantes. Il convient de leur rappeler que ce qu'ils prêchent, eu égard aux élections fédérales, est tout aussi antidémocratique.

Francité

Votez pour ce site au Weborama

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.