Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Ça nous en Bush un coin !

L'Homo Électoralus Québécus

PET rend son dernier souffle

Un crime de lèse chrétienté

Le financement occulte du gouvernement canadien

Humour ou sarcasme ?

Pourquoi?

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

 
20 décembre 2000


Que sont ses amis devenus ?

                    Au plus fort de sa croisade contre les banques et les autres institutions financières qui ne laissaient qu'une trop maigre place aux petits investisseurs, Yves Michaud n'a jamais été traité aussi cavalièrement, injustement et de façon aussi déloyale qu'il ne l'a été, dernièrement, par ses amis(?) du Parti Québécois.

                    Quiconque connaît monsieur Michaud quelque peu, et cela inclus tous les députés de l'Assemblée Nationale de Québec, sait qu'il n'est pas raciste, qu'il ne l'a jamais été, qu'il n'est pas antisémite et ne l'a jamais été. Quelle mouche a donc piqué nos élu-e-s pour qu'il le condamne ainsi, sans nuance et à l'unanimité?

                    Yves Michaud a parlé de vote ethnique pour expliquer que, dans certains quartiers de Montréal, l'option souverainiste n'a obtenu aucun suffrage. Voila qui est facilement vérifiable et qui a été, effectivement, mainte fois vérifiés. Qu'a dit monsieur Michaud face à ce constat? Que sans doute les tenants de l'option souverainiste avaient été incapable de faire partager leurs points de vus par les membres de ses communautés. Voilà qui est fort poli et respectueux lorsqu'on se souvient que certains dirigeants, disant parler au nom de toute la communauté grecque, italienne et autre, sont venus affirmer, devant la commission Masse, qu'il ne voteraient jamais pour un Québec souverain. Si ce n'est pas là préconiser un clivage entre ces ethnies et les québécoises et québécois de souche, je me demande bien ce que c'est?

                    Bernard Landry lui-même, ci-devant ami(?) intime d'Yves Michaud, a tenu des propos similaires, au lendemain du référendum de 1995, et a du démissionner de son poste de responsable des communautés ethniques. Il n'a pas, que je sache, subit l'opprobre des autres députés de l'assemblée Nationale. D'ailleurs, si le vote ethnique n'avait aucune importance, pourquoi diantre les adversaires de l'indépendance accorderaient la citoyenneté canadienne à des milliers d'immigrants dans les semaines qui précèdent le référendum et ce, au détriment de leur propre loi, car la plupart ne parlent et ne comprennent aucune des langues officielles du pays. Ce n'est donc pas cette déclaration de Michaud qui lui a valu cette sanction unanime. Serait-ce parce qu'il a osé parler des Juifs?

                    Selon ce qui fut rapporté par les médias, Yves Michaud a relaté une conversation qu'il avait eu avec un sénateur de confession et de race juive et dans laquelle il aurait dit à ce monsieur que, dans l'histoire du monde, le peuple juif n'a pas été le seul à souffrir. Monsieur Michaud est le premier à reconnaître qu'il n'y a rien eu et qu'il n'y aura, espérons-le sans doute jamais, d'atrocité semblable que celle de l'holocauste. Ceci étant dit, les génocides, que ce soit celui des arméniens, des biaffrais et des rouandais sont également des atrocités qu'ils ne faudraient pas reproduire.

                    Je suis de ceux qui croient que jes juifs d'aujourd'hui brandissent l'holocauste pour un tout et un rien et s'en servent pour justifier et réclamer un traitement de faveur comme si l'humanité entière devait payer, pour le restant de ses jours, les crimes des nazis. Les canbogiens, cruellement décimés par le khmers rouges, les japonais des villes d'Hiroshima et de Nagasaki, complètement pulvérisés par les bombes atomiques des américains et dont les survivants et leurs descendants continus de mourir dans d'atroce douleurs conséquent aux cancers produits par les radiations, ont eux aussi de quoi se plaindre. Ils le font avec plus de circonspection.

                    Ce qui s'est produit à l'Assemblée Nationale est, dans le fond, assez simple a expliquer. Lucien Bouchard et sa meute, trop contant de trouver un moyen de se débarrasser d'un indépendantiste radical de la trempe d'Yves Michaud, ont tombé à pied joint dans le traquenard du Parti Libéral. Ils l'on condamné sans nuance et à l'unanimité. Quand l'objectif d'une formation politique et de former un bon gouvernement et de se faire réélire on a pas besoin d'un Michaud qui serait l'empêcheur de dormir en rond. Comme il est évident qu'il sera candidat dans Mercier et qu'il sera élu lors de l'élection partielle, quoi de plus simple que de la crucifier dans le Salon de la Nation québécoise. Or, je suis moi-même un indépandantiste de longue date et membre du PQ depuis des lunes; mais j'en ai marre d'un PQ qui n'est rien d'autre qu'un bon gouvernement. Je veux un PQ qui me parle d'indépendance, qui jette les bases de mon pays, le Québec, et qui fait tout en son pouvoir pour que cela se fasse dans les plus brefs délais.

                    Le plus triste dans cette auto-flagellation de l'Assemblée Nationale, c'est que chaque député présent a du se lever debout pour voter. S'il y en avait eu un seul qui s'était tenu debout avant...

Francité

Votez pour ce site au Weborama

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.