Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Les oeufs limpides.

Enfin! on reconnaît la valeur de l'homme.

L'homme par qui l'indépendance du Québec se fera.

Un Hells en enfer

Le bébé de Céline

Exit: Lucien Bouchard

Que sont ses amis devenus?

Ça nous en Bush un coin !

ARCHIVES
1996-97

1997-98

1998-99

1999-2000

 
6 novembre 2001


Élu maire sous fausse représentation.

                    L'élection de Gérald Tremblay et de son équipe à l'hôtel de ville de la méga-ville de Montréal, est le résultat de la publicité trompeuse. Dire que l'on va faire marcher cette nouvelle ville d'un côté et promettre que l'on va soutenir financièrement ou autrement le tenants de la défusion, c'est parler des deux côtés de la bouche en même temps. Or, au Canada, il n'y a que Jean Chrétien qui puisse faire cela sans qu'on s'en aperçoive.

                    Il est donc malheureux de constater que les montréalais n'aient pas voter massivement pour faire échec à cette supercherie. Ce n'est pas un secret pour les visiteurs réguliers de ce site que je ne suis pas le plus fervent supporteur de Pierre Bourque mais, en occurrence, la méga-ville aurait été entre meilleures mains dans celles d'un horticulteur plutôt que dans celle d'un emberlificoteur. Recruter, pour faire partie de son équipe, des maires de municipalités qui n'hésitent pas à dilapider les fonds publique dans une cause perdu d'avance, si on considère l'état de la jurisprudence dans le domaine municipal, et de prétendre qu'ils vont travailler de bonne foi à l'édification de la nouvelle ville, c'est prendre les contribuables pour des valises.

                     Et que penser de Jean Charest qui n'a pas trouvé mieux à dire, au lendemain de l'élection, que lui et son Parti seront toujours près à entamer des procédures de défusion si quelques irréductibles anglo-saxons veulent conserver jalousement leur petit coin d'Albion. Pourquoi faire tant de galipettes alors que les votes de ce coin de la future cité lui sont déjà acquis.

                    Heureusement que Piere Bourque a décidé de siéger à l'Hôtel de Ville à titre de chef de l'opposition. Pour pousser droite et forte, la méga-ville aura besoin d'un bon tuteur. Notre horticulteur national verra sûrement à ce que cela se fasse.

Francité

Votez pour ce site au Weborama

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.