Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Deux poids deux mesures

Avancez en arrière avec le p'tit Charest

ARCHIVES
1996-97

1997-98

1998-99

1999-2000

2000-2001

 
03 février 2002


Savoir partir.

                    Avez-vous remarqué que souvent, des gens ruinent les bons coups de leur carrière, en quittant intempestivement le domaine où ils oeuvraient. C'est le cas des trois députés du Parti Québécois, dépités de n'avoir pas eu les ministères qu'ils convoitaient et qui ont claqué la porte lors du remaniement ministériel de Bernard Landry.

                    Je me bornerai ici à parler de Guy Chevrette, d'abord parce que je le connais bien et ensuite parce que mes remarques s'appliquent, "mutatis mutandis", aux deux autres.

                    Ti-Cul Chevrette, comme on l'appelait lorsqu'il militait à la Centrale de l'enseignement du Québec, a toujours eu un caractère bouillant et un ego plus gros que lui-même, ce que les méchantes langues diront que ce n'est pas très difficile, vu le gabarit du personnage. Sauf erreur, il a été élu, la première fois, à titre de député du Comté de Joliette et non de Ministre. Comment en est-il venu, 25 ans plus tard à ne plus considérer son job de député comme important?

                    Peut-être parce que, à ma grande surprise, Chevrette a fait un excellent travail au sein des Ministères qu'il a parrainés; peut-être parce qu'il aurait voulu quitter la politique en abandonnant des responsabilités plus importantes; mais avait-il besoin, pour montrer sa frustration de mettre le Parti qu'il a servi tout ce temps dans l'embarras et d'insulter les Nations amérindiennes en jugeant pas important de s'occuper d'elles?

                    C'est vrai qu'il y avait quelque chose comme une démotion dans le geste de Bernard Landry mais lorsque vous voulez nommer Ministre plus de la moitié de votre députation, il faut, évidemment, diminuer les responsabilités de chacun. Le geste posé par les trois démissionnaires va sans doute forcer Landry à déclencher des élections générales plus tôt qu'il ne le voudrait; car comment justifier la tenue de 6 élections partielles alors que le mandat du gouvernement doit finir dans quelques mois.

                    C'est malheureux que le travail de 25 années soit ainsi terni par un geste irréfléchie dicté par la frustration.".

Francité

Votez pour ce site au Weborama

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.