Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Une bataille de coqs

Savoir partir

Deux poids deux mesures

Avancez en arrière avec le p'tit Charest

ARCHIVES
1996-97

1997-98

1998-99

1999-2000

2000-2001

 
18 mars 2002


Jean-Paul Riopelle.

                    Un autre géant québécois vient de mourir. Monsieur Jean-Paul Riopelle, bien avant Céline Dion, a contribué à faire connaître le Québec sur la scène internationale par son immense talent de peintre, de sculpteur et d'innovateur.

                    Dès l'annonce de son décès, une image m'est venue à l'esprit. En 1984, à l'occasion du centenaire du journal La Presse, on avait fait un sondage pour connaître les personnalités des 100 dernières années. Les résultats avaient donné Jean-Paul Rioppel et Maurice Richard comme étant ceux qui s'étaient le plus illustrés dans leur domaine respectif. On avait alors réuni les deux hommes pour la première fois et une photo nous les montrait se donnant la main à la manière de tireurs du poignet. C'est à l'occasion de cette rencontre que Riopelle avait remis au "Rocket" un tableau peint sur une porte à laquelle il avait fixé un bâton de hockey. J'ose espérer que la famille Richard n'a pas inclus ce tableau dans l'encan des objet ayant appartenus au "Rocket".

                    La mort du grand artiste est soulignée à la une des principaux journaux du monde tellement sa renommée était grande. La décision de sa dernière conjointe, Huguette Vachon, de tenir la cérémonie funèbre à l'église, a suscité bien des remous. En effet, Jean-Paul Riopelle, signataire du Refus Global, est un anticlérical notoire et c'est très mal connaître le parcours de cette homme que de le faire pénétrer, à son heure dernière, dans un endroit qu'il tenait comme le symbole de l'asservissement du peuple. Il rirait sans doute de bon coeur de voir ses amis et co-signataires de ce manifeste, embarrassés par ce paradoxe. Pour lui, ce qu'il combattait, c'est l'Église et non un bâtiment qui est de plus en plus converti en condominium.

                    J'écris ce texte, quelques heures après avoir suivi, à la télévision, l'hommage funèbre à ce géant de la culture québécoise. Les moment les plus émouvants de cette cérémonie furent sans doute les silences bien que le tonitruant "Qu'est-ce qu'on boit?", lancé par son petit-fils, était fort à propos et que le texte des Loco Locas rappelait le caractère bouillant et révolté de l'artiste. En guise d'hommage personnel, voici quelques oeuvres de Jean-Paul Riopelle

                  

               

Tableau 1 L'été indien; Tableau 2 Mi-Carême; Tableau 3 Pavane; Tableau 4 Les Oies; Tableau 5 Vallée
Tableau 6 Paysage Tableau 7 Ici là bas Tableau 8 Perroquet vert
Francité

Votez pour ce site au Weborama

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.