Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Salut Camille !

Monika L . . .

Nos Amours infidèles

Paul Martin: l'anti Robin des Bois

Ça fera les Galas là !

Les médecins: de vrais professionnels !

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

27 mars 1999


Le Printemps du Québec à Paris:
l'hiver d'Ottawa.

A peine Lucien Bouchard avait-il amorcer son voyage vers Paris, que sa visite à Barcelone faisait des vagues qui décoiffaient Stéphane Dion et Jean Chrétien. Ils ont donc renfoncer leur tuque jusqu'aux oreilles et commencé à ânonner des idioties sur la capacité d'Ottawa de représenter la culture québécoise mieux que les québécois eux-mêmes. Personne ne les a cru.

Personne? Oh que non! Il y a bien eu le premier ministre du Nouveau-Brunswick qui à déclarer, à sa sortie d'une rencontre avec Jacques Chirac, que les intérêts de sa province auraient été aussi bien servis par Jean Chrétien que par lui-même. Mais que diable allait-il faire dans cette galère! Si j'étais nouveau-brunswickois, j'exigerais le remboursement immédiat des dépenses encourues par mon Premier Ministre pour un voyage qui, de son propre aveu, n'a rapporter rien de plus que si Jean Chrétien y était allé. Lorsqu'on sait ce que rapporte Jean Chrétien lorsqu'il va quelque part . . .

Il est impératif, à l'heure de la mondialisation de l'économie et de la globalisation des marchés, que le Québec parle de sa propre voix dans les différents forums internationaux. Nul, mieux que lui, peut défendre les intérêts du peuple québécois dans les domaines névralgiques pour son développement économique, social et culturel. Si Ottawa refuse au Québec une place à la table des États membres de ces forums, il ne reste que l'indépendance pour nous assurer de cette place.

Ne laissons pas aux trois concombre: Dion, Pettigrew et Chrétien, le soin de défendre nos intérêts nationaux. Le passé étant garant de l'avenir, on sait ce qu'il adviendra de nos priorités de développement, ils seront subordonnées aux intérêts prioritaires de la nation canadienne. Lorsqu'on sait que ne nous ne sommes, pour ces tristes sires et pour le reste du Canada, qu'une ethnie parmi d'autres, on est en droit d'être inquiet.


Ce site participe au Top PPOD
Francité
VOTEZ S.V.P.

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.