Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Le verdict: 5 ou 10 ans avec sursis

L'homme propose et ???? dispose

La Religion dans les écoles

OTAN en emporte le vent.

L'horreur boréale

Le printemps du Québec à Paris: l'hiver d'Ottawa

Salut Camille !

Monika L . . .

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

4 juin 1999


Une île, une ville.

Pourquoi pas ! Ce vieux rêve de Jean Drapeau qui refait surface, suite à la fusion des villes du grand Toronto, pourrait se réaliser plus vite qu'on ne le croit. En plus d'être économiquement avantageux pour la majorité des contribuables de l'île de Montréal, cette fusion ferait disparaître des inégalités, des mesquineries et des comportements d'esprit de clocher qui ne devraient plus avoir cours à l'aube du XXIe siècle.

Songez aux gens qui habitent le côté ouest de la rue Atwater qui ne pourraient plus snober les gens du côté est, sous la fallacieux prétexte qu'ils habitent à Westmount.

On pourrait vendre, à la ferraille, la clôture qui ceinture Ville Mont-Royal.

On pourrait, en fin, rejoindre les tronçons du boulevard Cavendish et en faire une artère nord/sud qui dégagerait l'autoroute Décarie aux heures de pointes.

Les péteux-euses de l'Ile des Soeurs seraient content-e-s de ne plus payer de taxes à Verdun.

La ville de Montréal-Nord pourrait perdre le nord sans perdre la carte.

Ville d'Anjou ne se sentirait plus visée.

Il n'y aurait plus de murailles autour de Lachine.

Les trous et le nids-de-poule dans les rues seraient répartis sur un plus grand territoire ce qui donnerait une chance égale à tous les automobilistes de l'île, de subir des dommages à leur voiture.

Il ne serait pas nécessaire de dresser une frontière avec des postes de Douanes suite à l'Indépendance du Québec et la partition des villes anglophones sur l'île de Montréal.

Il y aurait quelques 900 "patronneux" de moins avec l'abolition des différents conseils de ville.

Sérieusement, nous en aurions fini des querelles pour savoir qui va payer le transport en commun, l'extension du Métro, les subventions, sous forme de réduction de taxes, au Centres Molson et au futur stade des Expos et les dépenses de voyages du maire Bourque en Chine ou ailleurs. Plus moyen, pour les mieux nantis de se dérober à leurs obligations de subvenir aux besoins de la métropole du Québec.

Ah! Une île une ville, quelle panacée à tous nos maux.


Ce site participe au Top PPOD
Francité
VOTEZ S.V.P.

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.