Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Va savoir !

Maurice Duplessis: 40 ans après.

OUF! Un gros merci.

Soigner la maladie ou le malade?.

Le Drapeau de Montréal est en berne.

Les choses se précisent

Traitable ou intraitable

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

23 octobre 1999


Ferrari: des tricheurs ou des calculateurs?

On fait grand cas de la supposé tricherie que l'équipe Ferrari a utiliser pour gagner le Grand Prix de Formule 1 de Malaisie. En effet, quelqu'un aurait prévenu la FIFA que les ailerons des voitures de la Scuderia dépassaient la limite permise de 10 millimètres. Est-ce suffisant pour crier au scandale? Pour les inconditionnels de Ferrari certes non mais pour tous les autres, commentateurs sportifs inclus, ce n'est pas la grosseur du délit qui importe mais le fait qu'il y ait délit.

Examinons la question sur un autre angle. Depuis de début de la saison, Eddie Irvine, ce pilote numéro 2 se comporte, au volant de son bolide comme à l'extérieure de la piste, comme quelqu'un qui en a marre de jouer les seconds violons derrière Schumacher. Tout allait bien malgré tout tant que ce dernier était en mesure de prendre part à la course; mais sa blessure à la jambe à tout déclencher.

Fort d'une voiture supérieur à la McLaren d'Hakkinen, voilà Eddie qui monte au classement des pilotes jusqu'à devenir le prétendant au titre de champion du monde. En même temps, il fait sa petite colère de "diva" clamant sa détermination à ne plus être dans l'ombre de "Schumi". Chez Ferrari, qui ne croit pas Irvine capable de ravir le titre, on lui montre la porte s'il persiste à taper du pied. Eddie recherche donc une autre écurie et trouve preneur. Puis, parce que sa Ferrari est performante, il continue à accumuler des points au classement des pilotes. C'est à ce moment là que ça va commencé à se gâter.

L'équipe de mécaniciens qui faisait des prodiges de vitesse lors des approvisionnements, 8 secondes, quelque fois moins, prend soudainement 12 18 et même 23 secondes à ravitailler la voiture d'Irvine. Son bolide qui était remarquablement fiable depuis le début de la saison à soudain des ratées. Tout ça prive Eddie de précieux points au classement. Avec le retour de Schumacher on croit la question "Irvine" réglé définitivement mais celui-ci déclare que s'il est devant Irvine, il va le laisser passer pour lui permettre de gagner la course. Comment faire alors pour éviter le pire? Tricher. Et pour être sur que cela va marcher, il font eux-mêmes le coulage de l'information sur l'aileron interdit à la FIFA. Irvine est donc disqualifié et ses chances de championnat compromises à jamais.

Si mon scénario est vrai, ne vous attendez pas à une défense imparable de la part de la Scuderia lors de l'audition de l'appel. Cela fait trop leur affaire. Ils savent que les italiens ne leur pardonneraient pas de laisser partir un champion du monde et aux yeux de Ferrari, il n'y a qu'UN champion du monde et c'est SCHUMACHER qui reçoit d'ailleurs plus d'un million par course. Lorsqu'il y a des sommes d'argent aussi importantes d'impliquées comme c'est le cas dans le cirque de la Formule 1, ne croyez pas que l'on s'attarde à sauver l'ego de Irvine, on va le sacrifier même si cela veut dire que l'écurie ne gagnera pas le championnat des constructeurs eux qui ne l'on pas gagner depuis des décennies.

Francité
VOTEZ S.V.P.

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.