Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Ferrari: des tricheurs ou des calculateurs?

Va savoir !

Maurice Duplessis: 40 ans après.

OUF! Un gros merci.

Soigner la maladie ou le malade?.

Le Drapeau de Montréal est en berne.

Les choses se précisent

Traitable ou intraitable

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

6 novembre 1999


On honorera les Patriotes à Saint-Denis
le 21 novembre 1999

Un laconique communiqué, du directeur général de la Maison nationale des Patriotes de Saint-Denis-sur-Richelieu, annonçant l'annulation, pour raison de sécurité, de la traditionnelle fête au monument des Patriotes pour célébrer la seule victoire remportée lors de la révolte de 1837, a suscité de vives réactions chez les révolutionnaires du clavier qui se sont mis à inonder les forums et à traiter de pleutres ceux qui avaient pris la décision de se retirer du dossier.

Ces braves patriotes de salon qui n'ont jamais participé à quelque rassemblement que ce soit pour honorer les Patriotes, se scandalisaient du fait que, cette année, ce ne soit pas la corporation Les Patriotes du Pays qui organise le rassemblement.

Que connaissent-ils du dossier et des événements qui ont justifié cette décision? Qui sont-ils pour juger de la situation qui prévaut dans le moment à la Maison nationale des Patriotes? Comme, au Québec, il est plus important d'assurer le prestige de l'organisation à laquelle on appartient que de soutenir solidairement la cause que l'on défend, il n'est pas rare que des conflits surviennent autour d'un événement, d'une idée ou d'un projet dont tout le monde se réclame.

Née, il y a plus de quinze ans, de la volonté de quelques militants et militantes et de l'ardeur de Jean-Pierre Charbonneau, l'actuel président de l'Assemblée nationale, la Corporation "Les Patriotes du Pays", qui gère la Maison nationale des Patriotes a, sans cesse, été aux prises avec une divergence de vue des administrateurs quant au rayonnement que devait avoir ce centre d'interprétation sur l'Histoire des Patriotes. D'aucuns, dont ma conjointe Mariette qui en a présidé le conseil d'administration durant près de 10 ans, voulait en faire un véritable centre NATIONAL, d'autres souhaitaient plutôt que le centre serve d'abord les intérêts locaux de Saint-Denis et réponde aux besoins d'une population qui n'a jamais voulu de cette institution et qui se défend bien, en majorité, d'être des descendants de ceux que nous célébrons en héros.

C'est encore ce même problème qui est à l'origine de la tentative de prise de pouvoir, soutenue par des organismes membres dont les délégués à l'assemblée générale ne connaissent les données ni d'Eve, ni d'Adam. On a donc substitué la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal à la Maison nationale des Patriotes et que la fête continue. Pourtant, encore cette année, des groupuscules parasitaires continueront de célébrer entre eux et à leur manière cet événement qui, à l'origine se voulait rassembleur. Comme quoi c'est encore une fois le " ma-cause-est-meilleure-que-la-tienne" et le "m'as-tu-vu-comme-j'ai-fait-ça-mieux-que-l'autre" qui prévaudra.

-Tous à Saint-Denis-sur-Richelieu le 21 novembre 1999
-Pourquoi déjà?
-Bien eh...
-Ah! oui, les Patriotes !

Francité
VOTEZ S.V.P.

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.