Le
Castor
déchaîné

VOIR AUSSI:

Peau pourrieOn fêtera les Patriotes à St-Denis, le 21 novembre

Ferrari: des tricheurs ou des calculateurs?

Va savoir !

Maurice Duplessis: 40 ans après.

OUF! Un gros merci.

Soigner la maladie ou le malade?.

Le Drapeau de Montréal est en berne.

Les choses se précisent

Traitable ou intraitable

ARCHIVES
Tome 1
Déc. 96 @ Nov. 97

Tome 2
Déc. 97 @ Nov. 98

Tome 3
Déc. 98 @ Nov. 99

11 décembre 1999


Le spectacle qui m'a le plus plu

Monique Giroux, qui est tombée dans un bain de chansons française quand elle était petite, et qui anime, de façon magistrale l'émission "Les refrains d'abord", les dimanches soirs à Radio-Canada, a lancé un concours. Il s'agit de lui faire part du spectacle qui nous a le plus plu.

Dimanche dernier, le 5 décembre, je lui ai fait parvenir par télécopieur, le texte suivant:

 
Le spectacle qui m'a le plus plu
Je plonge dans ma mémoire, oui, j'ai bien aimé le dernier récital de Jacques Brel à Montréal; puis, celui de Léo Ferré, que j'ai vu le soir de l'assassinat de John F. Kennedy et qui, après une minute de silence, avait débuté son récital avec la chanson " Franco la muerte " sous un éclairage rouge sang.

J'ai également goûté au plus haut point les spectacles de Georges Brassens, de Pauline Julien, de Félix Leclerc; mais celui qui les transcende tous remonte à la fin des années 50.

J'amène ma conjointe, ma fiancée du temps, au Bellevue Casino, un chic cabaret de la rue Ontario ouest. Le spectacle de variété débute dans le brouhaha des spectateurs qui achèvent leur repas. Le ton de la conversation monte au rythme des verres de vin qui descendent.

Le jongleur se morfond dans l'indifférence totale, les danseuses, qui en dévoilent plus qu'ils n'en cachent attirent quelques regards en se balançant au-dessus des tables dans des balançoires serties de fleurs.

La seconde partie du spectacle débute, Le tumulte est à son comble. Tout à coup, une petite femme, blouse blanche et jupe noir, se tient en avant de l'immense rideau rouge avec un verre et un linge à vaisselle à la main, et elle entonne : " Moi j'essuie des verres au fond d'un café. . . " Du coup, un grand frisson survole la salle et les spectateurs se taisent, médusés par cet oiseau, par cette Piaf qui en impose par la chaleur de son interprétation et par sa stature qui suffit à remplir toute la scène.

Ce spectacle d'Édith Piaf, je ne l'oublierai jamais, Il est vraiment dans une classe à part.

Fernand Prince

J'ignore si je vais remporter quelques prix que ce soit, car ils seront attribués par tirage aux sort, et que ma chance n'est pas matérielle par les temps qui courent; mais le seul fait que ce concours m'ait permis de revivre de grands moments, c'est déjà une récompense en soi.

Merci Monique.

Vos commentaires
sont les bienvenus

Lire les réactions des lecteurs-trices.

Francité
VOTEZ S.V.P.

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.