Courriel d'un extra-terrestre

p

                              J'ai bien reçu un courriel de toi mais j'ignore s'il m'était vraiment destiné. Si oui, il aurait fallu que tu spécifies: &**/^dzzbynngt le 3,675,998ième du nom, car vois-tu, ici sur Orion, lorsqu'on a un beau nom, on ne se casse pas la tête à essayer d'en trouver un autre.

                              Ceci étant dit, je te remercie pour ta délicatesse lorsque tu prends la peine de nous prévenir de ne pas aller folâtrer dans le coin de la Terre. Vois-tu, nous l'avons fait à plusieurs reprises il y a quelques uns de vos siècles mais nous n'avons pas cru bon, alors, d'entrer en contact avec vous, terriens. D'après ce que tu me racontes dans ton courriel, rien n'a véritablement changé et vous êtes toujours aussi barbares que lorsque nous avons fait nos observations.

                              D'après ce que j'ai compris de ton vocabulaire primaire et de ce que nous connaissons des terriens, vous avez adopté récemment la posture debout; mais vous passé votre temps à vous prosterner soit devant un tyran, soit devant un riche ou devant une idole. Vous sortez à peine de vos diverses mythologies que vous adorez maintenant, des dieux ou des déesses du stade, de la mode, du spectacle ou de la finance.

                              Tu dis que vous avez de multiples paliers de chicanes. Nous avions observé cela aussi et c'est pourquoi, non seulement nous n'avons pas pris contact avec vous à cause de cela, mais comme nous amenons nos enfants avec nous lors de nos voyages, nous ne retournons plus dans le voisinage de la Terre pour ne pas qu'ils voient ce spectacle désolant. Bien sûr, il n'y a pas très très longtemps qu'il y a des êtres pensants sur votre planète. Vous passez votre temps à vous préoccuper de votre évolution physique et à l'amélioration de vos techniques et vous laissez tout le côté moral et spirituel à l'abandon.

                              Il y a quelques millions d'années, nous faisions comme vous. Nous axions nos recherches sur l'univers qui nous entoure et nous ne nous préoccupions pas de comprendre nos voisins. Cela nous a amené au bord du gouffre. Toutes les découvertes et les innovations étaient brevetées. Personne ne pouvait faire pousser un légume sans avoir à payer celui qui avait fait en sorte que celui-ci soit exempt de maladie et qu'il se conserve perpétuellement. Tous les médicaments étaient également brevetés et se vendaient à prix fort. Résultat, les riches survivaient et devenaient de plus en plus riche et les pauvres mourraient, de plus en plus pauvre et de plus en plus nombreux. J'espère que vous n'êtes pas rendu là.

                              Lorsque l'on s'est rendu compte que notre planète était en danger et qu'il devenait de plus en plus difficile d'y vivre agréablement, nous avons décidé de mettre fin à nos recherches techniques et nous avons commencé à nous pencher sur le sort de nos voisins. Nous avons compris que la vie, sur Orion, était un tout et que toutes les parties qui concourent à former ce tout sont aussi importantes les unes que les autres. Nous nous sommes vite rendu compte que seul l'amitié, la compassion et la solidarité pouvaient nous sortir de ce monde matérialiste que nous avion mis tant d'ardeur à ériger, mais qui était hors de porté de la grande majorité des habitants d'Orion.

                              C'est pas pour te vanter mais le fait qu'il y ait des individus qui réfléchissent, comme toi, à ce que devrait être la vie sur terre, est un signe que vous évoluez lentement. Lorsque que vous arriverez à ne plus vous croire supérieur à ce qui vous entoure, vous aurez franchi un grand pas. Tant qu'on doit faire la preuve de sa supériorité, c'est qu'on ne l'est pas vraiment. Essayez de grandir moins physiquement et plus moralement. Répandez l'amour et la joie autour de vous plutôt que la haine et la misère. En attendant, que vous sert de visiter les astres ou de vous pencher sur l'infiniment petit si le sort de vos semblables vous laisse indifférent. Pourquoi vouloir prolonger la vie des terriens si l'avenir de votre planète est menacée par les polluants de toutes sortes.

                              Tu parles avec ostentation de la Lune, votre unique satellite, qui, selon tes dires serait peuplée par des artistes, des poètes, des créateurs, vous devriez leur faire une large place dans l'évolution de votre planète. Sans eux et elles, c'est une partie de la beauté du monde qui vous échappe. Un de vos poètes à écrit: "Ne tuons pas la beauté du monde" vous devriez y réfléchir plus souvent.

À bientôt
&**/^dzzbynngt,
le 3,675,998ième du nom.
Orion

Francité

VOTEZ S.V.P.

Retour à: La Page @ PRINCE

Cette page est conçue et réalisée par: les éditions fernand prince enr.