Historique
Accueil Album photo Registre Mes livres Historique Témoignages Articles de journal Faits nouveaux Curés disparus Mariages (1942-1973) Défunts (1942-1969) Alfred Ouellet Ferme Adélard Paquet Aide à la colonisation Aide à l'établissement Le plan Vautrin Carte du territoire Documents retrouvés 75 ans ont passé... Espace F - Matane

 




Historique de Saint-Nil

1934 - 1974



Octobre 1934
Arrivée du tout premier colon sur la colonie – Il a obtenu la concession du lot 22 sur le rang XIII (Canton Tessier).
Il arrivait à ce moment-là de Saint-Ulric d’où il avait laissé sa maison pour monter sur la colonie avec ses deux enfants.

1935
Début de la construction de la route qui séparait le rang double (rang XII et XIII, canton Tessier) – On y construisit environ 2 milles de chemin durant cette année-là.

Juin 1935
Un feu ravagea une bande d’au moins 1/2 mille de largeur, du canton Langis jusqu’au canton Tessier. Le feu détruisit plusieurs maisons le long de la rivière Matane. Cependant, les gens qui étaient déjà installés à Saint-Nil furent épargnés de justesse grâce à la pluie qui arriva et qui leur permit d’éteindre ce feu.

Décembre 1935
furent les premiers à se marier à Saint-Nil. Mais pour ce faire, ils durent descendre à pied les côtes de Saint-Nil et se rendre jusqu'à la rivière Matane. Et de là, ils purent se faire reconduire à Matane où ils se marièrent à l’église Saint-Jérôme.

22 octobre 1936
Déjà plusieurs familles étaient en place. Mais depuis leur arrivée, les enfants étaient privés d’écoles. Le Ministère engagea une première institutrice et une première école fut ouverte dans la maison de Jean-Paul Bernier située sur le lot 29 du rang XII (canton Tessier).

1937
Le Ministère fit construire les trois premières écoles, une première en bas de la Moreau sur une partie du lot 13 (école no 4), une autre sur une partie du lot 24 (école no 3) et une troisième sur une partie du lot 36 (école no 2). Elles furent toutes construites sur le rang XII (canton Tessier).

1937
Première infirmière non résidente à soigner les malades garde Irène Lebel – Elle avait son dispensaire sur le rang X et XI, l’endroit ne faisant pas partie de Saint-Nil.

1er mars 1937
construit à Saint-Nil sur une partie du lot 32 sur le rang XII (canton Tessier) tout près du ruisseau – Le propriétaire était Edmond Langlois.

1er octobre 1937
La colonie obtint son  . C’est chez Joachim Caron qu’il fut installé, et ce, à même sa maison sur le lot 28 du rang XII (canton Tessier).

Décembre 1937
La toute première messe de minuit à être dite sur la colonie fut célébrée à l’école no 3 par l’abbé Jean-Baptiste Caron.

7 février 1938
Une lettre fut adressée à Mgr Courchêne par les colons résidant sur la colonie 46 du rang XII et XIII (canton Tessier) demandant la permission d’y bâtir une chapelle et de leur donner un prêtre pour la paroisse.

Automne 1938
Un chemin fut construit entre les lots 25 et 26 reliant le rang XII et XIII (canton Tessier) à celui du rang X et XI. Ce chemin avait pour but de faciliter l’accès de la garde-malade qui demeurait sur le rang X et XI.

1939
Simon Miousse fit l’acquisition du moulin d’Edmond Langlois situé sur le lot 32 du rang XII (canton Tessier).

1er septembre 1939
Début de la Deuxième Guerre mondiale.

Mai 1940
Mgr Desbiens, accompagné de l’abbé Jean-Baptiste Caron, est venu sur la colonie afin d’y choisir l’emplacement pour la construction d’une chapelle. Il est reparti sans confirmer où et quand elle serait construite.

Printemps 1942
Annonce officielle par Mgr Desbiens de la nomination d’un premier curé à Saint-Nil – Il s’agit de l'abbé Honoré St-Pierre. C’est d’ailleurs lui qui fit toutes les démarches afin que les gens de Saint-Nil puissent obtenir leur .

10 juillet 1942
Arrivée du premier curé missionnaire à Saint-Nil, l’abbé Honoré Saint-pierre – Il demeura quelque temps chez Edmond Bernier et chez Paul-Émile Dufour en attendant que la chapelle soit construite.

13 août 1942
La première personne qui est décédée à Saint-Nil fut Léopold Bouchard (31 ans). Son service fut chanté à l’école no 3 du rang XII (canton Tessier). Il fut enterré à Saint-René.

28 août 1942
On donna officiellement le nom de « Saint-Nil » à cette paroisse. Avant cette année-là, on surnommait l’endroit soit la Coulée ou le canton Tessier.

Septembre 1942
Construction du moulin d’Edmond Bernier près du ruisseau sur le lot 28 du rang XIII (canton Tessier) – Une écluse fut également construite sur le ruisseau afin d’alimenter le moulin.

Octobre 1942
Première chapelle à être construite – Les gens auront attendu 8 ans avant la construction de celle-ci sur le lot 5 du rang XIII (canton Saint-Denis).

31 décembre 1942
Premier mariage à être célébré dans la chapelle ( ).

15 juin 1943
Le bureau de poste qui était chez Joachim Caron fut déménagé chez Paul-Émile Dufour dans sa maison sur le lot 25 du rang XIII (canton Tessier).

25 juillet 1943
Une demande est faite auprès de l’archevêché afin de faire construire un .

1944
L’abbé Honoré St-Pierre put donc occuper le nouveau presbytère tout nouvellement construit. Depuis la construction de la chapelle, c’est à même celle-ci qu’il avait ses appartements.

10 juillet 1944
Est érigée la corporation scolaire – À ce moment-là, on y comptait 6 écoles sur tout le territoire de Saint-Nil.

1945
Cyprien Bélanger acheta le moulin de Simon Miousse.

1946
Dernier arbre coupé sur le Campion – Le salaire à cette époque était de 3,50$ par jour et de 5,50$ le mille pieds pour ceux qui travaillaient à la job.

16 avril 1946
Une lettre fut adressée à Mgr Alphonse d’Amours par l’abbé Honoré St-Pierre, lui donnant un compte rendu d’une visite qu’il avait faite dans les chantiers du Campion et du Tremblay (canton Saint-Denis) et lui décrivant comment ces bûcherons en arrachaient dans ces camps.

Automne 1946
Le bureau de poste est déménagé au village chez Joachim Caron, dans leur nouvelle maison située sur le lot 6 du rang XIII (canton Saint-Denis).

13 avril 1947
Une requête fut envoyée à l’archevêché de Rimouski sollicitant la construction d’une , car la chapelle construite en 1942 était devenue beaucoup trop petite – vu la population grandissante.

1948
Un magasin fut construit juste en face de l’église. Le propriétaire était Émilien Côté de Saint-René.

1948
On y construisit le .

18 août 1948
L'emplacement du cimetière fut choisi  – Au mois d’octobre 1948, on y transféra le corps d’un bébé qui avait été enterré juste en face de l’église (Donald Lafleur) dans le cimetière situé à 1/2 mille en bas de la côte (voisin de l’église).

24 décembre 1948
La messe de minuit fut célébrée dans la nouvelle église, voisine de la première chapelle.

1949
Première infirmière résidente à occuper le dispensaire – Garde Blanche Girard.

1950
Les registres à ce moment-là indiquaient une population de 973 âmes, réparties en 147 familles, soit plus du double de la population de 1942 (411 personnes). À cette même époque, toutes les terres étaient presque toutes occupées et de nombreuses demandes de lots étaient faites.

1952
Enfin, les gens de Saint-Nil pouvaient avoir l’électricité, ce qui leur permettait d’avoir plus de commodité.

1er septembre 1952
Départ du curé fondateur l’abbé Honoré St-Pierre – C’est l’abbé Jules-Édouard Pilote qui prit la relève.

Mai 1953
Un événement qui fut marquant pour les gens demeurant sur le rang XII et XIII, ce fut la mort tragique de la petite fille de Lionel Côté (Bertrande Côté) âgée de 11 ans. Elle fut frappée mortellement au mois de mai 1953, en face de chez elle. Cet accident est survenu un dimanche matin, après la grande messe. Tout le monde descendait de l’église après la messe quand cela est survenu. C’est le fils de Pierre Paquet, Jean-Paul, qui la frappa.

4 juin 1953
Pierre Paquet (lot 32, rang XII , canton Tessier) qui s’était construit un moulin n’eut pas la chance d’opérer celui-ci, car il fut rasé par les flammes. Ce fut une perte totale. Il était voisin de celui de Cyprien Bélanger.

9 juillet 1953
Bénédiction de la cloche de l’église nouvellement installée – Elle fut bénie par Mgr Charles-Eugène Parent.

Novembre 1953
Une partie de la route au village sur une distance d’environ 1 mille fut asphaltée.

1954
La télévision fait son apparition.

1954
Incendie du moulin Cyprien Bélanger anciennement le moulin de Simon Miousse sur le lot 32 du rang XII (canton Tessier) – Ce fut une perte totale

20 juin 1954
Bénédiction d’une nouvelle école au village ( ) située sur une partie du lot 5 N/O du rang XIII (canton Saint-Denis), voisine de l’église – Elle fut célébrée sous la présidence de l’abbé Jules-Édouard Pilote, curé ainsi qu’en présence de Lucien Gagnon I.E.

1955
Construction d’un autre moulin sur le lot 38 du rang XII (canton Tessier) – Le propriétaire de ce moulin était Roland Paquet.

1956
Agrandissement de l’école n1 du village – De 2 classes, elle passa à 4 classes; le coût de l’agrandissement fut de 10 800$.

1956
La compagnie « Price Brothers » met fin à ses activités sur tout le territoire de Saint-Nil.

Septembre 1956
Départ de garde Blanche Girard – Elle fut remplacée par garde Jeanne-Paule Côté. Ce fut également le départ de l’abbé Jules-Édouard Pilote, lequel fut remplacé par Florian Fraser.

1958
Départ de l’abbé Florian Fraser – C’est l’abbé Jules Côté qui prit la relève.

1959
Départ de garde Jeanne-Paule Côté – Elle fut remplacée par garde Yolande Ouellet.

4 avril 1960
Décès de , la toute première infirmière à venir soigner les malades à Saint-Nil – À son décès, elle était toujours infirmière à Saint-René.

1961
Départ de l’abbé Jules Côté – Il fut remplacé par l’abbé Lorenzo D’Auteuil.

17 août 1961
Incendie de la toute – Elle servait à ce moment-là de salle paroissiale.

1962
Départ de garde Yolande Ouellet – Elle fut remplacée par garde Bilodeau, laquelle fut la toute dernière garde-malade à Saint-Nil.

1962
Fondation officielle de l’Union catholique des femmes rurales.

Septembre 1963
Fermeture de l’école n3 du rang XII (canton Tessier) et de l’école n9 sur le Campion.

16 avril 1964
Les gens du rang X et XI (canton Saint-Denis) ont enfin le téléphone.

Septembre 1964
Réouverture de l’école no 3 du rang XII (canton Tessier) et fermeture définitive en juin 1966.

29 septembre1964
Départ de l’abbé Lorenzo D’Auteuil – Il fut remplacé par l’abbé Gérard Lahaye.

28 décembre 1964
Formation du Conseil municipal – Avant 1964, c’était le conseil de comté qui avait la charge de Saint-Nil. Le premier maire fut nommé ( ), de même qu’un secrétaire et six conseillers.

1965
Tout le territoire de Saint-Nil a maintenant le téléphone.

1965
La Municipalité fit l’achat d’un souffleur et d’une charrue afin d’ouvrir les routes sur tout le territoire de Saint-Nil. L’isolement fut donc terminé pour ces gens durant l’hiver.

4 février 1965
La toute première séance du Conseil municipal à avoir eu lieu.

Juin 1965
Fermeture de deux autres écoles – L’école no 4 à la Moreau et l’école no 5 sur le rang XIV (canton Tessier). Les élèves fréquentant ces deux écoles furent transférés à l’école no 3 pour l’année scolaire 1965-1966.

1966
Départ de l’abbé Gérard Lahaye – Il fut remplacé par l’abbé Charles-Aimé Langlois.

15 juin 1967
Fermeture du bureau de poste sur lot 6 du rang XIII (canton Saint-Denis) – À cette époque, c’est M. André Lauzier qui occupait le poste de maître de poste depuis 1952, étant devenu propriétaire après le départ de Jean-Louis Fortin qui avait occupé lui aussi le poste après le départ de Joachim Caron en 1949.

9 juillet 1967
Une fête fut organisée soulignant le 25e anniversaire de la fondation religieuse de la paroisse.

1968
Départ de garde Bilodeau – Il n’y eut plus d’autres infirmières après celle-ci.

1968
Il ne reste que l’école no 1 au village, toutes les autres étant définitivement fermées.

1969
Départ de l’abbé Charles-Aimé Langlois – Il fut remplacé par l’abbé Roland Lauzier.

15 mai 1969
Lettre adressée à Louis Larouche (O.D.E.C) par Hervé Richard (maire) – Après le départ du premier maire, cette lettre demandait d’envoyer un représentant afin qu’il puisse écouter les gens exprimés leurs besoins profonds et répondre à leurs questions concernant l’avenir de Saint-Nil.

25 octobre 1969
Le dernier à être enterré dans le cimetière de Saint-Nil fut un bébé mort né, enfant de Philippe Tremblay et de Micheline Côté.

1970
Fermeture du moulin de Roland Paquet – Après 15 ans d’opération sur le lot 38 du rang XII (canton Tessier).

1970
Un autre moulin ferma cette même année sur le lot 36 du rang XII (canton Tessier) – Ce moulin était en opération depuis quelques années. On y coupait de la latte et on y sciait du bardeau de cèdre. Il appartenait à Omer Miousse, fils de Simon Miousse, lequel avait eu un moulin également.

1971
Départ du dernier curé résidant, l’abbé Roland Lauzier – L’abbé Jean-Guy Roy, curé de Saint-Vianney, desservit la paroisse jusqu'à sa fermeture en 1974.

16 juillet 1973
Questionnaire posé auprès des derniers résidents par Réginald Charest en vue de connaître l’idée de chaque famille sur la situation actuelle de Saint-Nil – À ce moment-là, il ne restait plus que 33 familles résidentes. Sur les 33 familles, 8 disaient ne pas vouloir quitter et 25 voulaient partir.

18 juillet 1973
Bilan de la Municipalité au 31 janvier 1972 à la corporation municipale – Il ne restait plus que 642$ en caisse.

31 décembre 1973
Dernier mariage à être célébré à l’église de Saint-Nil (Simon Miousse et Corine Lavoie.)

21 juillet 1974
Dernier à être baptisé à Saint-Nil – Serge Bernier, enfant de Réginald Bernier et de Madeleine Miousse.

1er octobre 1974
Fermeture officielle de Saint-Nil – Il reste à ce moment-là dans les coffres de la Municipalité entre 12 000$ et 13 000$, cet argent provenant de la vente de la machinerie et des loisirs.

Octobre 1982
Fusion de Saint-Nil et de Saint-René – Un montant de 34 000$ fut remis à la Municipalité de Saint-René, provenant de l’argent qui fut placé le 1er octobre 1974 lors de la fermeture de Saint-Nil (entre 12 000$ et 13 000$).

Autres informations
Si vous avez des renseignements complémentaires ou d’autres dates importantes qu’il serait bon de rajouter à cet historique, faites-le-moi savoir en me faisant parvenir vos informations. C’est avec un grand plaisir que je les ajouterai à mon historique.  Et si vous avez des photos de ce coin, j’aimerais beaucoup que vous me les fassiez également parvenir. Alors, n’hésitez pas à me contacter.

Avec mes remerciements !