piper.gif (27813 octets) Pour lire cette page avec une musique de fond, cliquez ici.

CHEVALIER

Les chevaliers

La puissance des seigneurs locaux s'appuie certes sur les châteaux, mais elle s'appuie davantage sur les chevaliers. Le chevalier est un homme avec une armure qui défend un seigneur, le roi, la reine et les faibles. Les pauvres gens ne peuvent pas être chevaliers, car ils ne sont pas nobles. Les armes des chevaliers sont : l'épée, le bouclier, la lance de 4 mètres, la hache et la masse d'armes.

Il faut de longues années pour devenir chevalier. On commence dès l'âge de huit ans à apprendre la danse, le chant, la lecture, l'écriture puis plus tard, à monter à cheval, à se servir des armes et à se battre. Ces longues années d'apprentissage sont sanctionnées, vers l'âge de 14 ans, par une cérémonie de remise des armes que l'on appelle adoubement. L'adoubement célébrait l'entrée de l'individu dans la chevalerie. À l'origine, cette cérémonie n'était un simple coup violemment asséné (la colée). Dès le 11ème siècle, l'adoubement devient un véritable sacrement, une cérémonie codée avec prières et bénédiction des armes.   Cette cérémonie fait date dans la vie du jeune homme pour qui commence alors la vie libre et indépendante avec les devoirs qu'elle entraîne. 

L'adoubement se déroule ainsi:

Être chevalier signifie la prouesse (capacité de montrer sa force physique, d'accomplir un exploit militaire), la loyauté ( le groupe est scindé par des échanges de service, des obligations, il ne faut pas trahir les autres) et la largesse (par mépris des richesses, on refuse d'en accumuler et, au contraire, on se doit de les dissiper pour le plaisir et par la fête). Des personnages devenus mythiques tels Lancelot et Arthur expriment bien ce qu'était l'idéal chevaleresque.

 COMBAT

Une autre cérémonie importante dans la vie du chevalier est celle de l'hommage et de la foi, cérémonie qui fait en sorte que le chevalier devient le vassal du seigneur qui, lui, devient le suzerain de son vassal. Elle inscrit donc le chevalier dans une relation de dépendance avec un autre chevalier ayant plus de puissance.

La cérémonie de l'hommage et de la foi se déroule ainsi:

Après cette cérémonie, les deux hommes se trouvent à être liés à vie.

Le lien vassalique est constitué d'obligations réciproques.  En effet, le seigneur établit son vassal sur une terre qu'il lui concède et lui donne protection judiciaire et militaire.  En revanche, le vassal a certaines obligations.  En effet, il doit participer à la rançon du seigneur prisonnier, participer aux fêtes de l'adoubement de son fils aîné, participer aux fêtes de mariage de sa première fille mariée et participer au coût de son départ pour la Croisade. 

Ce qui distingue le chevalier de l'homme du peuple, c'est que ce dernier ne travaille pas. Il occupe ses loisirs à des exercices qui le préparent et l'entraînent à ses fonctions militaires : chasse et tournoi. La chasse se déroule selon un rituel bien précis: dès l'aube, le maître-vendeur va repérer une horde et isoler un animal. Puis, les cavaliers, guidés par ce dernier, se lancent, à l'aide de leurs chiens, à la poursuite de l'animal. Le cavalier tue finalement l'animal du haut de son cheval avec une lance ou une épée. Les gibiers les plus courus sont le cerf, le sanglier, le renard, le loup et le chevreuil. D'autre part, le tournoi, beaucoup plus que la chasse, est un véritable simulacre de la guerre et prépare le chevalier au maniement des armes. Ces jeux violents ne sont pas sans danger et on raconte que certains de ces tournois ont fait jusqu'à 60 morts. Le but de ces jeux est de désarmer l'adversaire. Le vaincu, lors de ces tournois, doit donner son armure et ses armes au vainqueur et, s'il est suffisamment riche, donner une rançon.


Retour à la page principale