MONNAIE

  Le commerce au Moyen Âge

    Des paysans en rupture de ban vadrouillaient les villes, concluaient des marchés, puis s'esquivaient, leurs besaces bourrées de produits achetés à peu de frais. Ils faisaient surface un peu plus tard pour étaler par terre leurs pacotilles et les écouler à gros prix. Enrichis ainsi à force de marchander, ces premiers marchands formèrent le noyau primitif de la renaissance commerciale. Pour favoriser le commerce, les comtes de Champagne, par exemple, organisaient six foires annuelles dans quatre villes (Troyes, Provins, Bar-sur-Aube, Lagny*). Le domaine de Champagne qui attirait les marchands avec ses exemptions de taxe s'étendait au carrefour d'importantes zones commerciales: la Flandre (draperie), les ports italiens (Venise et Gênes qui rapportent des produits de l'Orient) et la hanse allemande. Une hanse était une association de marchands qui regroupaient leurs activités pour mieux protéger leurs intérêts commerciaux. La hanse la plus importante, celle dont nous venons de parler, la hanse allemande, importait surtout du bois, de la fourrure et du blé.

La fin de l'empire romain avait marqué l'arrêt des échanges commerciaux par la monnaie et la reprise progressive du troc. Or, au 13ème siècle, on frappa à nouveau de la monnaie (Florence frappait son florin d'or, Venise, son ducat d'or, Gênes, son florin génois, etc.). Pour contrôler  les échanges des diverses pièces, on fit appel à des changeurs. Ces derniers pesaient, contrôlaient, évaluaient et, parfois, prêtaient la monnaie. Les changeurs faisaient leurs opérations assis sur un banc (d'où le mot banque).

Comme la monnaie était lourde, encombrante, sujette à être perdue et, surtout, à être volée, on inventa un moyen de faire des paiements sans avoir ni à retourner au troc, ni à subir les désavantages de la monnaie. Ce moyen, c'est l'ancêtre du chèque, la lettre de change inventée par les Italiens.  Voici un exemple (11 janvier 1400) de ce qu'on y inscrivait :

" Au nom de Dieu, le 3 décembre 1399. Payez par cette lettre et dans le délai normal à Jean Gharone 550 écus, au taux de 10 sous 5 deniers par écus, montant de la somme que vous a versée Antoine Salella. Payez-la à l'échéance et portez là-bas cette somme à mon compte. Que Dieu reste avec vous "

Signé Alberti et Cie à Bruges.

(D'une autre main : ) " Reçue le 11 janvier 1400 "

C'est donc au Moyen Âge que l'on vit apparaître deux nouveaux métiers : les banquiers et les changeurs. Le mot banquier vient du mot banca qui signifie banc ou table de change. C'est lui qui prêtait l'argent. Les changeurs, eux, s'occupaient de changer la monnaie étrangère et les lettres de change en argent du pays lors des foires.

 

* : si vous vous intéressez aux foires, sans doute devriez-vous lire La dame de Champagne de Maryvonne MIQUEL.


Retour à la page principale