LES CHEVALIERS

chevalier

La puissance seigneurs s'appuyait certes sur les châteaux, mais elle s'appuyait davantage sur les chevaliers. Il fallait de longues années pour devenir chevalier. Dès huit ans, les enfants de bonne famille étaient envoyés dans d'autres châteaux où ils étaient pages1 . Ils y étaient surveillés par un précepteur. Peu après son arrivée dans le château, le jeune page faisait l'apprentissage des bonnes manières , du chant et de la danse en plus d'apprendre à jouer aux échecs, à lire et à écrire. Il commençait également à apprendre à monter à cheval et à se mouvoir aisément sous le poids d'une lourde armure, cet entraînement était très difficile. Les jeunes hommes qui étaient bien préparés étaient faits chevaliers lors d'une cérémonie durant laquelle, après une nuit de veille et un bain rituel, le chevalier devait répondre à certaines exigences, c'était l'adoubement. Une fois chevalier, il devait respecter la devise : vaillance et largesse (courage et générosité). En effet, un chevalier ne tuait pas un ennemi désarmé et aidait son prochain lorsque ce dernier était dans l'embarras.

chevalier

À noter : La noblesse n'était pas la chevalerie : pour devenir chevalier, le noble et le roi lui-même devaient recevoir l'adoubement. Au XIVième siècle, certains grands seigneurs firent des chevaliers par dizaines et la notion de chevalerie alla en se dépréciant vers la fin du Moyen âge.

1 : Page = jeune noble qui était placé auprès du roi (d'un seigneur ou d'une grande dame) pour apprendre le métier des armes et faire le service d'honneur.

Roxanne Jetté, Caroline Jonnaert,Marija Vidovic, Mélanie Fleurant, Chantale Ste-Marie et Sonia Lapointe

chevalier

Les chevaliers protègent le roi et la seigneurie contre les invasions des ennemis. Les chevaux des chevaliers sont protégés par des mailles aux endroits les plus fragiles. Les chevaliers ont vécu pendant tout le Moyen âge. Ils se doivent d'être rapides au combat, d'être fidèles à la parole donnée, de défendre les faibles, d'être généreux et de respecter le code d'honneur.

Josianne Lapierre et Anne-Marie Hébert

chevalier


Retour à la page principale