APPEL À L' UNITÉ MONDIALE

Pacte ROERICH

 

        Lors de toute crise de son histoire, l'homme s'est arrêté pour faire l'inventaire des faits et des alternatives du moment. C'est aujourd'hui un moment opportun pour réfléchir sur l'énormité de la deuxième guerre mondiale et sa dévastation planétaire. Nous découvrons qu'il n'y a plus d'assurance nationale contre la guerre. Les pays ne peuvent plus chercher à éviter la guerre grâce à leurs barrières géographiques. Montagnes, océans et climats ne sont plus des obstacles pour la science moderne. Les guerres ne peuvent plus être prévenues par des interdits, des désarmements ou de vastes armées en alerte. À la suite de la deuxième guerre mondiale, des millions de gens sont morts, blessés ou malades, une destruction gratuite de la propriété et un vandalisme barbare. Plus d'une année après la fin de la guerre, le monde est encore un baril de poudre prêt à exploser à la moindre étincelle. L'homme de la rue sait aujourd'hui, pour la première fois, qu'il ne peut y avoir de paix sans une paix mondiale.
Comment y parvenir ? Quelle fondation donner à la paix mondiale ? La réponse se trouve dans la devise si souvent prêchée, si peu appliquée : "Connais Ton Voisin". Cet enseignement sans âge doit se pratiquer maintenant, plus que jamais auparavant, pour établir la paix mondiale pour qui tant de personnes ont donné la plus vaste mesure. Ceci pourrait s'accomplir si nous vivions parmi nos voisins du monde. Bien sûr, c'est impraticable. Cependant, en l'absence de contact personnel désiré, la connaissance nécessaire pour une compréhension mutuelle peut s'assurer par la Culture. Valoriser le génie constructif d'un peuple est la base de "Connais Ton Voisin". Estime et appréciation de cette Culture peuvent créer la compréhension mutuelle nécessaire à l'unité et à la paix permanente.
La Culture n'appartient à aucun homme, groupe, nation ou époque. C'est la propriété mutuelle de toute l'humanité et l'héritage des générations. C'est la création constructive de tout l'effort humain. Elle transcende tous les obstacles, les préjugés et les intolérances. C'est la plus haute perception de la Beauté et la Connaissance. Sans Culture, il n'y a ni vérité, ni unité, ni paix.
L'intellect créateur et ses soutiens également importants connaissent l'omnipotence de la Culture comme seul instrument pour une paix mondiale durable. D'un même souffle, la Culture doit être reconnue et soutenue par toute l'humanité et toutes les générations. Elle doit être rendue sacrée et inviolable à l'esprit et à la main de l'homme. L'humanité doit se consacrer à l'accomplissement de ce but bienveillant.
Notre passé est plein de destructions déplorables, tristes et irréparables. En temps de guerre mais aussi en temps de paix, les créations du génie humain sont détruites. Simultanément, l'élite de l'humanité comprend qu'aucune évolution n'est possible sans les acquits de la Culture. Les voies de la Culture sont inouies et difficiles. Il faut donc d'autant mieux garder les chemins qui y mènent. C'est le devoir de cette génération de créer pour les plus jeunes les traditions de la Culture, car là où il y a Culture, il y a Paix.
L'humanité doit tendre vers le Jour du Triomphe de la Culture. Il arrivera lorsque, simultanément, dans toutes les écoles et instituts éducatifs, le monde se rappellera les véritables trésors de l'humanité, de l'enthousiasme héroïque créateur, et d'une vie plus riche et mieux remplie. La conscience, anoblie par son contact avec le Royaume de la Culture, entrera naturellement sur le chemin de la construction pacifique, écartant comme ordure honteuse tout abaissement de la dignité humaine causé par l'ignorance. Dans ce but, notre héritage culturel doit être protégé par tous les moyens disponibles. Ces trésors doivent être consciemment appréciés, en se souvenant que tout contact avec eux anoblira l'esprit. Tous les hommes désirent rendre inviolables les accomplissements culturels de l'humanité et, par là, assurer l'unité permanente et la paix, à travers le monde.
Un effort matériel en ce but n'est pas nouveau. Ce but a germé en 1929 lorsque le Pacte Roerich pour la Paix a proposé un drapeau spécial pour la Paix et la protection de tous les trésors culturels. Un congrès international pour le Pacte Roerich et le Drapeau pour la Paix s'est établi avec son siège central à Bruges, en Belgique. Cette agence a diffusé les idéaux de Paix par la Culture avec les résultats les plus significatifs. Elle approuve de manière extensive combien ce but est proche des cœurs de toutes les personnes positives du monde.
La liste des adhérents à la Bannière de Paix est longue et glorieuse. Le Drapeau ou Bannière a déjà été consacré. Divers serments ont été pris pour l'introduire partout. Cet idéal doit se poursuivre jusqu'à son succès complet. Feu le président Franklin D. Roosevelt a dit en 1935 à propos du Pacte Roerich pour la Paix "Ce traité possède une signification spirituelle beaucoup plus profonde que le texte de l'instrument lui-même". Le Pacte Roerich pour la protection des trésors culturels et nécessaire non seulement comme régulation officielle mais comme loi éducative qui, dès les premiers jours d'école, imprègnera la jeune génération de la noble idée de protéger les véritables valeurs de toute l'humanité. Il condamne non seulement la destruction de la Culture pendant la guerre mais aussi tous les actes barbares par lesquels les symboles de la Culture sont mis en danger en temps de paix. Le pacte instille sans cesse l'impulsion à la création constructive, dans les esprits de nos enfants, nos petits-enfants et tous ceux qui nous entourent. Il inscrit ainsi une page essentielle de l'histoire de l'accomplissement culturel.
Le Pacte Roerich pour la Paix a été appelé avec raison la Croix Rouge de la Culture. Il se tient proche de la grande Croix-Rouge qui, les premiers temps, a été reçue avec scepticisme mais est devenue maintenant une fondation humanitaire indiscutable de la vie. Si l'humanité a reconnu la Croix-Rouge comme protection des malades et des blessés au niveau physique, elle reconnaîtra aussi la Bannière de Paix comme symbole de prospérité pacifique et de santé de l'esprit.
Tous les centres culturels du monde devraient sans cesse proclamer l'appel au Pacte Roerich et à la Bannière de Paix, éliminant ainsi les possibilités même de la guerre.  On peut créer pour des générations de nouvelles traditions sublimes de vénération pour les vrais trésors culturels. Sans relâche, partout, la Bannière de Paix se déployant, les domaines physiques de la guerre seront détruits.
Le temps presse ! Il n'y a pas une heure, pas un jour à perdre ! L'héritage culturel de l'homme doit être rendu inviolable. Les idéaux du Pacte Roerich pour la Paix doivent être connus de tous. Son texte est une alliance culturelle qui est la force cohésive nécessaire à l'unité mondiale et à la paix. Sous la Bannière de Paix, l'humanité progressera vers la Suprême Culture, en union puissante et pacifique en tant que Ligue Mondiale de la Culture !

Comité pour le Pacte Roerich 1947

 

Retour au menu principal

Mise à jour le 27 janvier 2001