Skip to main content.

Présentation

En consultant mon CV, vous constaterez que je détiens plusieurs diplômes de second cycle universitaire en plus d'une expérience d'une année en modélisation statistique et d'une expérience d'une dizaine d'années en tant que programmeur. Les langages de programmation que j'ai utilisés le plus sont FORTRAN et Application System (AS). Dans le cadre de mes études et de mon travail, j'ai aussi utilisé des progiciels de calcul statistique comme TSP, XSIM (une version du logiciel TROLL) et ESP. Par ailleurs, j'ai aussi conçu des modèles financiers et statistiques que j'ai implantés sur des chiffriers électroniques comme Lotus 1-2-3 et Excel. De plus, j'ai aussi fait de la programmation en VBA pour Excel. Dernièrement, j'ai entrepris l'apprentissage du langage Java et j'ai déjà beaucoup d'idées pour des programmes à ajouter à ce site.

Ma formation académique m'a déjà permis de développer des habiletés en économétrie et en méthodes quantitatives pour la gestion. Ces habiletés, couplées à des habiletés en algorithmique, en programmation structurée et en programmation orientée objet, m'ont permis d'écrire des programmes complexes pour faciliter la prise de décision. Mes habiletés en mathématiques m'ont permis de me classer dixième lauréat grand public au concours Cyberols 2006. Mes habiletés de rédaction, développées dans le cadre de maîtrises ès sciences exigeantes, m'ont aussi aidé à publier en 2003 une critique du livre Investment Pricing Methods: A Guide for Accounting and Financial Professionals et en 2005 une critique du livre Life-Cycle Costing: Using Activity-Based Costing and Monte Carlo Methods to Manage Future Costs and Risks dans la revue Strategic Finance Magazine. Mes habiletés de présentation m'ont permis de faire une présentation sur l'analyse concurrentielle bien reçue dans le cadre d'une conférence Infonex organisée à l'intention de responsables en finance à Montréal en 2003. Et j'ai aussi travaillé efficacement en équipe, comme en font foi les prix que des équipes dont j'ai fait partie se sont mérités, notamment le prix Spencer Stuart du Concours de plans d'affaires 2003 du programme de MBA pour cadres de l'ESG à l'UQÀM que s'est mérité l'équipe Subliconcept Inc., qui comptait 5 autres membres à part moi. Depuis, j'ai suivi quelques cours de fiscalité, qui m'ont appris à rédiger des opinions en fiscalité canadienne. Dernièrement, j'ai repris l'étude de la finance pour en apprendre un peu plus sur les options, notamment les options réelles.

Si vous êtes intéressé à participer à mes projets en cours ou à me faire participer aux vôtres, vous pouvez me contacter par courriel. Mes projets actuels visent à trouver des applications de la recherche opérationnelle à la finance corporative, notamment à la gestion des inventaires. Une citation de Mihaly Csikszentmihalyi pourrait vous guider dans votre choix de projets auxquels contribuer: "Lorsque les objectifs sont clairs, la rétroaction pertinente, les capacités et les défis équilibrés, l'attention s'ordonne et s'investit pleinement. [...] Contrôler son attention, c'est contrôler son expérience vécue, et donc la qualité de sa vie."

Projets à venir

Des programmes Java pourraient se retrouver sur ce site éventuellement. J'étudie actuellement la possibilité d'utiliser d'autres langages, comme Python, mais il faut d'abord que je travaille sur des applications plus courantes, comme des chiffriers et des bases de données. J'aimerais bien suivre le conseil de Edsger Wybe Dijkstra: "Ne faites que ce que vous seul pouvez faire."

Causes pour causer

Vous êtes invités à participer aux débats sur les enjeux qui vous concernent parmi ceux qui font la manchette et à vous engager.

Environnement
La concentration d'oxygène dans l'atmosphère terrestre semble diminuer et la désertification semble s'accélérer. Paradoxalement, le risque d'inondation augmente en même temps. Selon Janos Bogardi, de l'Institut pour l'environnement et la sécurité humaine de l'Université de l'ONU, un milliard d'êtres humains sont actuellement à risque de mourir dans des inondations à travers le monde. Du 28 novembre au 9 décembre 2005 a eu lieu à Montréal la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. L'ONU a décrété, par une résolution adoptée le 22 décembre 2005, que 2006 sera l'Année internationale de lutte contre la désertification. L'ONU a aussi publié une série de documents sur la désertification. En fait, l'ONU a aussi décrété que la décennie 2005-2015 serait la décennie de l'eau.

Projet d'exploitation des glaciers des zones polaires (tous droits réservés par Jean-Victor Côté en date du 8 août 2005)

Une meilleure gestion de l'eau douce aiderait à contrer la désertification et par le fait même multiplierait les sources d'oxygène. Par exemple, si on empêchait que l'eau résultant de la fonte des glaciers n'aille directement dans la mer. C'est que plus l'eau contient de particules en suspension, moins elle s'évapore facilement et donc l'eau provenant de la fonte des glaciers s'évapore moins facilement une fois mélangée à l'eau de mer que si elle formait un lac. Et l'eau froide de la fonte des glaciers empêche l'eau de mer plus chaude de s'évaporer et change le climat. (Les glaciers ont plusieurs effets sur le climat.) En ce qui concerne les glaciers de l'océan Arctique, on pourrait peut-être remorquer des morceaux de glace qui se sont détachés des glaciers à l'aide de navires pour le flottage de bois jusqu'aux cours d'eau qui se déversent dans la baie d'Hudson, la baie James ou la baie d'Ungava. (Bien entendu, le même principe d'applique à la zone limitrophe aux glaciers de l'Antartique.) Cela aurait pour effet immédiat d'irriguer le nord du Québec et de l'Ontario et de dégager plus rapidement le passage du Nord Ouest pour l'ouvrir enfin à la navigation maritime. Le contrôle du passage du Nord-Ouest est un enjeu important pour le Canada. Et le niveau de la mer augmenterait moins vite, ce qui est un autre avantage d'un projet de ce genre. Et le transfert d'eau dans la baie James aurait pour effet d'augmenter le niveau des réservoirs des barrages hydroélectriques qui s'y trouvent déjà. Et voilà l'essentiel de mon projet pour gérer l'eau douce en provenance des glaciers des zones polaires. Pour décider si on doit exporter de l'eau de la baie James pour irriguer le Nord-Est des États Unis, il faudrait faire l'arbitrage avec notre propre approvisionnement en hydroélectricité, une utilisation concurrente de la même eau. Les américains pour leur part sont préoccupés par l'impact de la fonte des glaciers sur le climat de la côte Ouest des États Unis. Un Accord sur l'interdiction des prélèvements massifs d'eau des bassins hydrographiques a été signé en 1999 par les ministres de l'environnement du gouvernement du Canada et de ceux de huit de ses provinces et territoires en vue d'interdire les prélèvements massifs d'eau de surface et d'eau souterraine dans les portions canadiennes des principaux bassins hydrographiques. Bien entendu, cet accord n'engage pas le gouvernement américain. La crise mondiale de l'eau est un enjeu majeur pour le Canada, qui détient une proportion importante des réserves mondiales d'eau douce. Malgré cela, l'approvisionnement intérieur en eau du Canada n'est pas assuré. La gestion moderne de l'eau a fait l'objet d'un article qui a fourni matière à réflexion à bien des gens. Son éditeur a aussi publié une liste de liens pertinents. Il y a beaucoup d'approches traditionnelles à la gestion de l'eau.

Energie nucléaire
Le problème avec l'énergie nucléaire, c'est la pollution émise par les centrales nucléaires, surtout les déchets radioactifs. On pourrait prendre exemple sur l'industrie chimique, qui utilise une série de réactions chimiques pour transformer ses déchets en produits inoffensifs. En fait, il existe déjà un programme de recherche sur la transmutation des déchets nucléaires au Los Alamos National Laboratory. Le gouvernement américain a lancé en février 2006 un nouveau programme, The Global Nuclear Energy Partnership (GNEP), qui vise notamment à recycler les déchets nucléaires tout en limitant la prolifération d'armes atomiques. Il existe un réacteur expérimental qui utilise des déchets nucléaires comme combustible.

Le thorium constitue un carburant plus propre pour les réacteurs nucléaires que l'uranium enrichi, selon un article sur les réacteurs nucléaires au thorium qui commence par la phrase suivante: "Fueling nuclear reactors with the element thorium instead of uranium could produce half as much radioactive waste and reduce the availability of weapons-grade plutonium by as much as 80 percent." Ainsi, le thorium pourrait être le carburant nucléaire de l'avenir, en Inde notamment. L'Agence internationale de l'énergie atomique a publié un document sur le thorium. Et la Russie est déjà activement impliquée dans le développement de réacteurs nucléaires au thorium en Inde: "India is also developing new areas of civilian nuclear energy, aimed at the introduction of sophisticated and safe technology without the use of plutonium. Major efforts here are directed at constructing modernised heavy water reactors, which will use thorium (Th-232) together with uranium 233 as nuclear fuel. This project and other activities concentrated on the creation of new generations of nuclear reactors could become a mutually beneficial field of joint research and practical collaboration between Russian and Indian scientific and industrial groups." Il y a beaucoup de sites sur le nucléaire.

Espace
On parle de "terraforming" en ce qui concerne les autres planètes. Il faudrait peut-être penser à un "terraforming" de la Terre. Et les satellites peuvent contribuer au développement durable. L'étude Report of the Commission on the Scientific Case for Human Space Exploration commanditée par la Société Royale d'Astronomie de Grande Bretagne a conclu que l'exploration spatiale par des êtres humains valait le coup. Mais l'exploration spatiale coûte très cher. Un groupe interdisciplinaire de scientifiques du Caltech a récemment proposé un concept prometteur d'exploration spatiale robotisée. Selon moi, on devrait privilégier l'exploration robotisée des autres planètes par rapport à leur exploration par des vols habités. Cela économiserait des ressources rares et éviterait ainsi que des expéditions spatiales soient organisées au détriment des besoins essentiels de millions d'êtres humains.
Nanotechnologie

L'exploration robotisée de l'espace aurait notamment des retombées technologiques importantes en nanotechnologie, dont on a bien besoin sur Terre. Selon ce que j'en sais, les nanotubes nous réservent bien des surprises... Il est possible de réaliser une diode parfaite avec un nanotube. On peut aussi greffer des nanotubes à des électrodes pour construire un interrupteur électromécanique qui pourrait remplacer tous les interrupteurs électroniques dans certaines applications. Une version en feuille des nanotubes, le graphène, pourrait servir à fabriquer des transistors ballistiques, des transistors qui atteignent la limite théorique de vitesse. De l'ère du silicium, on passe progressivement à l'ère du carbone, un des atomes les plus importants en biologie, avec l'oxygène, l'azote et l'hydrogène.

Piles à combustible
Et l'hydrogène peut contribuer à fournir de l'énergie renouvelable et propre, à la condition que l'électricité servant à l'électrolyse de l'eau, qui peut être utilisée pour produire des molécules d'hydrogène à partir des molécules d'eau, soit elle même produite à partir d'une source d'énergie renouvelable et propre. Des réacteurs nucléaires au thorium pourraient fournir assez proprement de l'énergie électrique, bien que non renouvelable, pour l'électrolyse de l'eau. On peut aussi obtenir l'hydrogène à partir du gaz naturel (CH4). On sait déjà quoi faire avec les atomes de carbone résultant de cette décomposition: des nanotubes! Et l'hydrogène servirait à alimenter des piles à combustible, en développement, qui produisent de l'énergie et de l'eau à partir de l'oxygène de l'air et de l'hydrogène, la réaction inverse de l'électrolyse. Cela éliminerait à la source les gaz à effet de serre produits actuellement par les moteurs à combustion. Il existe d'autres piles à combustible, qui peuvent utiliser directement du gaz naturel, entre autres combustibles.
Idéaux
Tout ce qui peut aider à aller à l'essentiel, au delà des apparences et des conjectures. Les idéologies ont à leur origine des idéaux. Et la fin ne justifie pas les moyens, parce que les conséquences des moyens utilisés vont souvent à l'encontre des fins annoncées. Parce qu'au lieu d'engendrer des démocraties, les révolutions engendrent des kakistocraties. Selon Emmanuel Kant: «Agis de façon telle que tu traites l'humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme fin, jamais simplement comme moyen.» Mais Machiavel a plus de lecteurs. Frédéric le Grand a rédigé une critique du livre "Le Prince".

Sophie Scholl, du groupe "La rose blanche", a écrit: "Il y a très peu de monstres. Le véritable dommage est produit par les millions qui veulent simplement survivre. Les gens honnêtes qui veulent être laissés en paix. Ceux qui ne veulent pas que leurs petites vies soient dérangées par quoi que ce soit de plus grand qu’eux. Ceux qui sont sans parti et sans cause. Ceux qui ne prendront pas la mesure de leur propre force par peur de s’aliéner leur propre faiblesse. Ceux qui ne veulent pas faire de vagues, ou d’ennemis. Ceux pour qui la passion, la vérité, la liberté, l’honneur, les principes sont tout juste bons pour la littérature. Ceux qui vivent petit, marient petit, meurent petit. C’est l’approche réductionniste de la vie : si vous la gardez petite, vous la garderez sous contrôle. Si vous ne faites aucun bruit, le bonhomme sept heures ne vous trouvera pas. Mais ce n’est qu’une illusion, parce qu’ils meurent aussi, ces gens qui ont roulé leurs esprits en de toutes petites balles pour être à l'abri. À l'abri ? De quoi ? La vie est toujours au bord de la mort ; les rues étroites mènent au même endroit que les larges avenues, et la petite chandelle se consume tout comme le flambeau ardent. [...] Comment peut-on s’attendre à ce que le destin laisse prévaloir une cause juste quand il n’y a presque personne pour se consacrer entièrement à une cause juste ? [...] Ayez le courage de croire seulement en ce qui est bon. Par cela je ne veux pas dire que vous devriez croire aux illusions. Je veux dire que vous ne devriez faire que ce qui est vrai et bon et prendre pour acquis que les autres feront de même."

Thou Fou, poète chinois de l'époque des Tang, fait écho à ceci:

"Les sentiments du siècle sont de fuir et de haïr tout ce qui tombe,

Se croire assuré de quelque chose, c'est compter sur la flamme d'une lampe qu'on promène au vent."

"On peut excuser facilement un enfant qui a peur de l'obscurité. La véritable tragédie dans la vie, c'est lorsque des hommes et des femmes mûrs ont peur de la lumière.” (Platon)

Selon André Glucksmann, philosophe français, "le crime d'indifférence, le pire de tous parce qu'il autorise tous les autres, est porté par le double aveuglement de ceux qui trouvent que le monde tourne définitivement rond et de ceux qui le décrètent incurable." Selon Mohandas K. Gandhi, on doit être le changement que l'on veut voir dans le monde. Pas de monde plus humain sans cela.

Associations dont je suis actuellement membre

Ordre des CMA du Québec

Copyright © 2005, Jean-Victor Côté
Départ | Plan du site | Contactez nous | Arrangez-vous | Énoncé de confidentialité