Déclin du nombre de courtiers immobiliers au Québec en 2013

(Article en cours de préparation, ne pas publier... Edith Walton)

Courtier immobilier diplômé en 2013

Durant l'année 2013, pas moins de 1000 agents ont décidé de ne pas renouveler leur licence professionnelle à l'OACIQ et le nombre de nouveaux diplômés à chuté de près de 40%, ce qui a ramené le nombre de courtiers à environ 16 990. De ce nombre, on peut estimer que près de 50% ne s'adonnent au métier que sur une base occasionnelle ou à temps partiel, ce qui ramène à environ 9.000 courtiers immobiliers de carrière pleinement actifs, un recul historique depuis 1995. Certes, la profession n'est pas considérée comme en voie d'extinction mais traduit plutôt un recul tous azimuts sur le marché de la revente immobilière au Québec, et plus particulièrement dans la grande région de Montréal et de la Rive-Sud qui représentent à elle seule près de 60% du parc immobilier résidentiel de la province.   

À noter aussi que les licences détenues par les agences elles-mêmes (Remax, LaCapitale, Sutton, Century21...) pour leurs employés sont en baisse de 7%. C'est donc dire qu'elles congédient ou renouvellent moins de contrats qu'elles n'embauchent de nouveaux candidats.

Ce phénomène s'explique par 5 raisons:

1. Le nombre de condos neufs et maisons unifamiliales neuves sur le marché : les constructeurs et promoteurs continuent d'inonder le marché avec de nouvelles constructions à des prix comparables à ceux de 2005. En clair: acheter neuf ou sur plans peut représenter un coût d'acquisition de 10% à 20% moins cher que celui d'une propriété en revente. Les propriétaires qui ont fait l'acquisition de leur demeure durant les années 2000 souhaitent en tirer un profit substantiel alors que le profit du promoteur se réalise principalement non pas sur la spéculation mais sur celui du rabais obtenu sur le volume des matériaux. Il profite aussi d'une conjoncture favorable sur le plan du salaire des ouvrier qui n'a augmenté que de 3% durant les 8 dernières années. De plus, avec un marché immobilier en recul, le prix des terrains encore disponible a même diminué dans certaines localités depuis 2008 (notamment Laprairie St-Constant Varennes St-Hyacinthe et St-Bruno). Mentionnons aussi le charme naturel exercé par le neuf présenté à travers un home staging de premier plan comparé à une maison à vendre comptant déjà l'empreinte de ses précédents/actuels occupants. Finalement, les promoteurs eux-mêmes soldent leurs unités restantes à rabais pour pouvoir entreprendre de nouveaux projets de développement résidentiel ailleurs, signifiant alors une concurrence fatale dans un quartier. En décembre 2012, on pouvait répertorier 4.000 maisons, copropriétés, lofts et condos neufs inscrits sur la SIA (système inter-agences) sur la seule Île de Montréal, une hausse de 4.5% comparativement à 2011 et 6.3% par rapport à 2008.

2. La popularité de la vente sans courtier immobilier : Les vendeurs sont davantage enclins à baisser leur prix de vente plutôt qu'à composer avec une commission. Aussi, avec tous les outils promotionnels et publicitaires à la disposition du grand public tels que des sites sans agent (ProprioDirect, ProprioMax, etc), même si statistiquement le taux de transactions conclues est beaucoup plus élevé lorsque l'on passe par les services d'un agent, beaucoup se laissent séduire par l'idée de s'occuper eux-même de leur démarchage. Ces sites web profitent d'un achalandage important pouvant atteindre les centaines de milliers de visiteurs mensuels et  représentent une concurrence féroce pour l'industrie du courtage entière. D'autres portails répertories les visites libres disponibles par secteurs et municipalités et on peut s'y inscrire pour aussi peu que 9.95$ par mois.

3. Délais de revente allongés : Il faut retourner dans les années 1980 pour retrouver un tel délai moyen entre le moment de mise en vente et vente effective. S'il était de 77 jours en 2005, il s'est allongé à 120 jours depuis 2012 et atteint même le 190 jours dans des localités comme Longueuil, Brossard, Montréal, Île des Soeurs, Verdun ou Laval. Cela a pour effet de décourager les propriétaires qui voudront mettre un terme à leur contrat de courtage et emprunter d'autres avenues mais aussi aux courtiers immobiliers eux-mêmes qui n'encaissent que des pertes en argent et en temps, se faisant entraîner dans une longue spirale qui les amènent à douter ou les placent carrément en situation financière précaire.  

4. Concurrence sur les commissions : Il n'est plus rare de voir des commissions aussi basses que 2.9% car les agences et agents immobiliers indépendants jouent du coude pour mettre la main sur les meilleurs prospects, rognant par le fait-même sur leurs profits de fin d'année.

5. Examen d'admission plus sévère : Depuis 2010, des critères de formation et un examen d'admission plus difficile a épuré les rangs parmi les aspirants au métier de courtier immobilier. Autrefois, être bon vendeur, doté d'habiletés interpersonnelles légèrement au-dessus de la moyenne, possédant de bonnes aptitudes intellectuelles pour comprendre et interpréter la loi et la motivation pour travailler de longues journées suffisait généralement pour pouvoir survivre dans cet environnement. Désormais, on exige des compréhensions et une maîtrise approfondie sur une variété de thèmes qui dépassent les formalités administratives reliées au courtage. On impose aussi des crédits de formation continue sur les fosses septiques par exemple, ou encore en arpentage ou en droit notarial. Sinon, en gestion comptable et management publicitaire. À la FCIQ, on rappelle cependant que c'est principalement chez les courtiers opérant en dilettante que les rangs se sont le plus éclaircis car le degré d'investissement personnel est devenu à ce point important qu'il est devenu très difficile d'occuper un second emploi dans un autre domaine tout en maintenant active sa licence et les frais qui y sont associés.

Maison à vendre avec courtier immobilier à Longueuil

*Note : All these listed websites were crawled by Web Data Extractor (version 7.0 - 2008).Agent immobilier / Déclin du nombre de courtiers immobiliers en 2013 / Hypothèque / Maisons à vendre Montréal / Courtier immobilier Gatineau