Accueil
Nous contacter
Pour nous voir

Ateliers et animations musicales |  Cahier de chants |  Quelques chansons  

 

Princes qu'en mains tenez
Dans les chantiers
Bread and Roses
Solidarité
Quand on part 
pour un long voyage

Comme un million de gens
L'étranger
Du pain et des roses

Bread and Roses

Paroles: James Oppenheim
Musique: Mimi Farina
1912

As we go marching, marching in the beauty of the day
A million darkened kitchens, a thousand Millofts gray
Are touched by all the radiance that a Sudden sun discloses
For the people hear us singing, bread and Roses, bread and roses!

As we go marching, marching, we battle too For men 
For they are women's brothers and we'll march with them again
Our lives shall not be sweated from birth Until life closes
Hearts starve as well as bodies, give us Bread but give us roses.

As we go marching, marching, unnumbered Women dead
Go crying through our singing our ancient Cry for bread 
Small art and love and beauty their drudging Spirit knew 
Yes, it is bread we fight for, but we fight For roses too. 

As we go marching, marching, we stand Together tall 
The rising of the women, means the rising Of us all 
No more the drudge and idler, ten that toil While one reposes 
But a sharing of life's glories, bread and Roses, bread and roses. 

Du pain et des roses

(traduction du S.T.T.P.) 

 

Pendant que nous marchons, marchons dans la beauté du jour 
Un million de cuisines sombres, un millier de greniers mornes 
Sont touchés par des rayons de soleil radieux et soudains 
Alors qu'on nous entend chanter, du pain et des roses, du pain et des roses!

Pendant que nous marchons, marchons, nous luttons aussi pour les hommes 
Car ils sont les frères des femmes et nous marcherons de nouveau avec eux
Nos vies ne seront pas passées à suer de la naissance à la mort 
Le coeur a faim tout comme le corps, Donnez-nous pain, mais aussi des roses 

Pendant que nous marchons, marchons, d'innombrables femmes mortes 
Pleurent pendant que nous chantons, notre cri pour du pain 
L'art, l'amour et la beauté que leurs âmes de servantes renfermaient 
Oui, nous luttons pour du pain, mais nous luttons pour des roses aussi 

Pendant que nous marchons, marchons, nous nous tenons bien droit 
La montée des femmes est notre montée à tous 
Finies les corvées et enfin on se repose 

On partage les gloires de la vie - du pain et des roses, du pain et des roses