L'ancêtre Anthoine Fillion


Voici une chronologie des principaux événements de la vie de l'ancêtre Anthoine Fillion.


Vers 1633
Naissance de Michel Fillion. Fils d’André (il était maître corroyeur baudroyeur) et de Gabrielle Senlet (Senler ou Sanlerg ou Sanlery), de Saint-Germain-l’Auxerrois, ville et archevêché de Paris.

Vers 1637
Naissance d’Antoine Fillion. Fils d’André et de Gabrielle Senlet, de Saint-Germain-l’Auxerrois, ville et archevêché de Paris.

Vers 1656
Mariage d’Antoine et d’Anne d’Anneville à Paris.

Vers 1657
Naissance de Pierre, premier enfant d’Antoine et Anne, à Paris. Il était au Canada en 1667 puis on perd sa trace.

24 septembre 1658
Première mention de Michel Fillion à Québec. (Avant le 10 avril 1654, selon Provost; il était alors huissier à Québec.)

1661
Michel est procureur fiscal de la seigneurie de Beauport.

26 septembre 1661
Michel épouse Marguerite Aubert, veuve de Martin Grouvel (charpentier et maître barque arrivé à Québec en juillet 1635; épousa Marguerite en novembre 1635; noyé dans un naufrage en Gaspésie vers 1660-1661; sans postérité). Le couple Filion-Aubert n’aura pas d’enfant.

1662
Michel est greffier de la Sénéchaussée de Québec.

23 septembre 1663
Michel devient notaire royal.

24 septembre 1664
Michel devient greffier du Conseil Souverain, poste qu’il occupa jusqu’au 6 décembre 1666.

7 avril 1665
Naissance du second enfant d’Antoine et Anne, Jeanne, dans la paroisse Saint-Jean-du-Perrot, ville de La Rochelle. On ne sait si elle vint au Canada.

27 juillet 1665
Première mention d’Antoine à Québec. Il fut maître chaudronnier.

17 juillet 1666
Naissance du troisième enfant d’Antoine et Anne, Jean-Baptiste, à Québec. Il décède le 16 octobre suivant.

Été de 1666
Le recensement relatif à Notre-Dame-de-Québec présente Michel en ces termes: «Michel Fillion, 33 ans, notaire royal; Marguerite Aubert, 45 ans, sa femme; Urbain Douismont, 23 ans, domestique engagé; Élie Voysin, 25 ans, Mathurin Lelièvre, 23 ans, et Et.-Jean Pezart, 35 ans, engagés.»

Été de 1667
D'après le recensement, Michel réside sur la Côte de Beauport: «Michel Fillon (sic!), notaire royal, 35 ans; Marguerite Aubert, sa femme, 48 ans; Urbain Dosmont, 23 ans; Hélie Voysin, 28 ans; Pierre Sicar, 22 ans; 11 bestiaux, 50 arpents en valeur.»
Le même recensement signale la présente d'Antoine à Notre-Dame-de-Québec: «Antoine Fillion, 30 ans; Anne Danneville, sa femme, 20 ans; Pierre, 10 ans.»

31 octobre 1667
Naissance du quatrième enfant d’Antoine et Anne, Jean, à Québec. Il y est baptisé le premier novembre. Maître taillandier de métier, il poursuivra la lignée des Fillion dont la principal contingent s'établira dans la région de Québec, sur la Côte-de-Beaupré puis dans Charlevoix et au Saguenay avant d’essaimer dans tout l’est du Québec.

Avant le 16 novembre 1669
Décès d’Antoine Fillion à Québec.

28 novembre 1669
Anne d’Anneville se remarie avec Jean Charron dit Laferrière à Québec. Ils auront neuf enfants, de 1671 à 1686. Charron était taillandier de métier.

1671
Le notaire Fillion ne pratique pas sa profession jusqu’en 1674 parce qu’il est «tombé en démence d’esprit».

Été de 1681
Le recensement présente Michel, qui habite Beauport, en ces mots: «Michel Filion, habitant, 44 ans; Marguerite Aubert, sa femme, 65 ans; Thomas Langlois, 26 ans; Jean Filion, 15 ans, Antoinette, 15 ans, domestiques; 1 fusil, 1 pistolet, 10 bêtes à cornes, 25 arpents en valeur.»
Jean est le neveu de Michel; il a pu être «adopté» dès le remariage de sa mère en 1669.

1688
Fin du greffe du notaire Michel Fillion.

6 juin 1689
Décès de Michel à Beauport. Il y est inhumé le lendemain.

Après le 22 avril 1693
Décès de Marguerite Aubert à Beauport.

4 avril 1695
Contrat de mariage entre Jean et Françoise Sénard devant François Genaple.

6 juin 1695
Mariage de Jean et de Françoise Sénard à Québec. Ils auront huit enfants.

29 janvier 1706
Vente d'un morceau de terre faisant partie du domaine de Saint-Joachim en la seigneurie de Beaupré par le Séminaire de Québec à Jean Fillion, taillandier, et Françoise Sénard, de la paroisse de Saint-Joachim, seigneurie de Beaupré.

15 mai 1706
Quittance de Michel Baugy, veuf d'Angélique Sénard, Jean Sénard, de la seigneurie de Beaupré, et Françoise Sénard, épouse de Jean Fillion, taillandier de la seigneurie de Beaupré, faisant également pour Louise Sénard, sa sœur mineure, à Jean Soullard, arquebusier du Roi de la ville de Québec.

31 mars 1710
Vente de René Bolduc à Jean et Françoise Sénard.

19 juillet 1710
Séparation des terres d'Ignace Poulin et de Jean Fillion.

28 juin 1711
Décès d’Anne d’Anneville à Québec. Elle se disait alors tonnelière à la basse ville de Québec.

13 août 1711
Procuration de Jean Fillion et Françoise Sénard,  et René Bolduc et Louise Sénard, son épouse, tant en leurs noms qu'en ceux des enfants de feu Michel Baugis et Angélique Sénard, son épouse, à de la Giroflée de l'Île Jésus.

27 septembre 1711
Vente d'une terre située à la Rivière des Prairies par Pierre Droullard, économe au Séminaire de Québec, comme procureur de Jean Fillion et Françoise Sénard, tuteurs des enfants mineurs de feu Michel Beaugis et Angélique Sénard, et de René Bolduc et Louise Sénard, de Saint-Joachim, à Jean Christin, maître cordonnier de Montréal.

7 août 1713
Vente de droits successifs immobiliers par Françoise Sénard, tant en son nom que comme tuteur de Michel Beaugy, veuf d'Angélique Sénard, et René Bolduc et Louise Sénard, son épouse, aussi leur sœur, à Jean Gastin, aubergiste de la ville de Québec.

12 novembre 1714
Vente de terre par Jean Fillion et Françoise Sénard à René Bolduc, habitant, et Louise Sénard, son épouse, de Beaupré.

27 juillet 1732
Vente par Françoise Sénard, veuve de Jean Filion, à François Gagnon, d'une terre en bois debout dans la seigneurie de Saint-Vallier acquise des RR. MM. de l'Hôpital général.

2 décembre 1741
Vente de droits successifs mobiliers et immobiliers par François Gagné et Geneviève Filion, son épouse, de la Petite rivière de la Baie Saint-Paul, chargés du pouvoir de Françoise Sénard, veuve de Jean Filion, maître forgeron de Saint-Joachim.

22 février 1745
Inventaire des biens de la communauté des défunts Jean Filion et Françoise Sénard.

23 février 1745
Vente des meubles des défunts Jean Filion et Françoise Sénard.

23 février 1745
Quittance de Zacharie Bolduc de Saint-Joachim aux héritiers des défunts Jean Filion et Françoise Sénard.

24 février 1745
Partage de biens immobiliers entre Jean Filion, Antoine Filion, Marianne Filion, Paul Filion, Marie-Josèphe Filion et Michel Lavoyes, son époux, Françoise Filion (mineure), Geneviève Filion et François Gagné, son époux, Louis Filion et Louise Filion (majeure).



Chez les Filion, trois origines:
parisienne, poitevine, bretonne

Il nous est venu de Paris et de sa région davantage de pionniers qu'on ne le croirait au premier abord. Ainsi, deux frères Fillion originaires de la paroisse Saint-Germain-l'Auxerrois, Anthoine et Michel, se sont établis en Nouvelle-France vers le milieu du XVIIe siècle. Ils étaient les fils d'un maître corroyeur, un artisan spécialisé dans l'assouplissement des cuirs après tannage, André Filion, et de Gabrielle Senlet. Les dictionnaires étymologiques des noms de famille sont plus que discrets sur la signification du patronyme Filion ou Fillion. Le plus récent, celui de Marie-Thérèse Morlet, paru en 1991, avance qu'il s'agit d'une variante de Filhon, mot ancien qui, en France méridionale, était un diminutif de fils, désignant plus spécifiquement un petit enfant, un jeune garçon, généralement le dernier-né d'une famille.

[...] l'un des deux frères, Michel, n'eut pas de descendants [...] Le généalogiste Tanguay lui donne deux fils: il s'agissait en fait de neveux qu'il avait adoptés après la mort prématurée de son frère.

Celui-ci, Anthoine, était maître chaudronnier. Vers 1656, il avait épousé à Paris Anne d'Anneville, fille de Brice et de Marguerite Roy, et le couple avait eu deux enfants avant de s'embarquer pour Québec, Pierre et Jeanne. Celle-ci, qui venait de naître à La Rochelle (avril 1665), était-elle déjà décédée lors du départ de ses parents? On ne retrouve son nom ni dans les registres de la paroisse Notre-Dame de Québec, ni au recensement de 1666, alors que dans le cas de Pierre, on signale sa présence au foyer; on lui donne l'âge de dix ans et à sa mère, celui de... 20 ans! Le père, lui, a atteint la trentaine. Il y a sans doute erreur quant à l'âge de la mère, car on lui donnait 31 ans lors du recensement de 1681; elle avait donc 16 ans en 1666. Le couple Fillion/Anneville eut deux enfants après son arrivée. Jean-Baptiste, né en juillet 1666, ne vécut que trois mois. Jean, né le 31 octobre 1667, épousa, en 1695, Françoise Senard, fille de René et de Françoise Philippeau. Le couple eut huit enfants dont quatre fils. Au moins deux de ceux-ci fondèrent à leur tour des foyers: en 1728, Paul épousa Catherine Chabot (1 fille), puis en 1731, Marie-Josèphe Tremblay (4 fils et 8 filles); en 1729, Jean conduisit à l'autel Marie-Anne Bolduc (6 fils et 4 filles). La mort faucha Anthoine Fillion prématurément car, le 28 novembre 1669, Anne contractait une seconde union, avec le taillandier Jean Charron dit Laferrière, à qui elle devait donner neuf enfants. Devenue veuve, on la retrouve tonnelière à la basse-ville de Québec en 1711.

(SOURCE: Robert Prévost, Portraits de familles pionnières: Chez les Filion, trois origines: parisienne, poitevine, bretonne.)


Retour au Menu principal.



Vous en savez plus sur l'ancêtre Anthoine Fillion? N'hésitez pas à communiquer avec moi:  mario.filion@sympatico.ca