Marie-Louise CHASSÉ-MEILLEUR

Revue de Presse


World's oldest person lived in des Joachims

 Maybe it was the tranquility of Rapides des Joachims. Or perhaps it was the fresh air in Pontiac County's most western village. Whatever it was, the world's oldest living person spent the majority of her life - about 85 years - in «the Swisha».

Earlier this month, the Guinness Book of World Records declared Marie-Louise Meilleur as the world's oldest living person. Meilleur celebrated birthday number 117 last Friday at the Nipissing Manor Nursing Care Centre in Corbeil, Ont. Where she now lives.

All the media attention has put Rapides-des-Joachims on the map, says the town's mayor Jean-Paul Dupuy.

"It's something we should be proud of" he says.

Meilleur was born just east of Quebec city in Kamouraska on Aug. 29, 1880. After her first husband, Etienne Leclerc, died of pneumonia, Meilleur moved to Rapides des Joachims with her four young children to be closer to her sister.

In Rapides des Joachims, Meilleur met and later married Hector Meilleur. They had six children together.

In 1972, Marie-Louise moved to Deep River to be with daughter Rita Gutzman. At the age of 107, she moved to the nursing home.

Today, she has 75 grandchildren, 80 great-grandchildren and 55 great-great-grandchildren. Many of Marie-Louise's grandchildren and great-grandchildren still live in Rapides-des-Joachims, including grandson Leonard Leclerc. He remembers as a youngster visiting his grandmother when she lived just a few houses away in Swisha. Leclerc describes her as a hardworking woman who was strict.

"When she told you to do something, you dit it"

Gabrielle Vaughan, 89, is Meilleur's only living child by her first husband. Vaughan said she felt wonderful when she heard the news that her mother was now officially the world's oldest person.

The title was vacated earlier this mount when Jeanne Calment passed away at her home in France at the age of 122.

Vaughan describes her mother as "a good-hearted woman", who was always helping others, especially those who didn't have enough to eat.

Meilleur was often left alone to raise her family when her husband was working in the logging camps.

"She was a hard worker", says Vaughan.

Although Meilleur is blind, nearly deaf and very frail, Diane Leclerc, Leonard's wife, says Meilleur looked great for her birthday party last week.

"She was sitting up, ans she was dressed so pretty."

__________________________
By Sylvie Bakker, The Equity, no 36, sept 1997


117 ans ça se fête en grand

La doyenne de l'humanité, Marie-Louise Meilleur, a célébré hier son 117e anniversaire de naissance entourée de sa famille, de ses amis et de dignitaires, dont le premier ministre de l'Ontario, Mike Harris.

Les bras chargés de présents, des dizaines de parents sont venus d'aussi loin que de Kamouraska, lieu de sa naissance, pour souligner l'événement.

Ils lui ont notamment offert une plante poussant sur les rives du Saint-Laurent. «Nous voulions rafraîchir la mémoire de Mémère», a expliqué Nicole Bossé, dont le mari est l'un des petits-fils de la centenaire.

Marie-Louis Meilleur, née à Kamouraska le 29 août 1880, est la fille de Pierre Chassé et de Fébronie Lévesque. À 19 ans, elle a uni sa destinée à celle d'un pêcheur, Gérald Leclair, avec qui elle a eu six enfants, dont deux sont morts à la naissance.

Veuve une première fois, elle choisit le 25 octobre 1915 en deuxièmes noces M. Hector Meilleur, lui-même veuf et père de 4 enfants. Ce dernier, né le 26 décembre 1879 à Meilleur's Bay, Ontario, était le fils de Joseph-Séraphin Meilleur et d'Elmire Moore. Ils se marièrent le 25 octobre 1915 à Pte-Alexander, Ontario et eurent ensemble six autres enfants: Ernest, célibataire, Pauline mariée à Jim Carey, Olive mariée en premières noces à Gerard Bowers, Christie marié à Andrée Handlan, Alfred marié à Teresa Handlan et Rita mariée à Carl Gutzman.

La benjamine, Rita Gutzman, âgée aujourd'hui de 72 ans, s'est dit touchée par l'hommage qu'on lui a rendu. «Quand nous lui avons dit qu'elle était la doyenne du Canada, elle a répondu: «Pauvre Canada», a confié Mme Gutzman. Elle a dit qu'on s'était donné beaucoup de mal pour préparer cette fête.»

«Ça nous touche beaucoup, car, elle nous a tous inspirés. Elle a tellement travaillé fort sans jamais se plaindre», a dit Olive Therrien, une autre de ses quatre enfants encore vivants.

Mme Meilleur compte 85 petits-enfants, 80 arrière-petits-enfants, 57 arrière-arrière-arrière-petits enfants.

Avant de s'installer au centre pour personnes âgée Manoir Nipissing, en 1988, elle vivait à Deep River, en Ontario. À cette époque, elle pouvait encore se déplacer seule à l'aide d'une canne.

Aujourd'hui, elle se déplace en fauteuil roulant, ne voit presque plus et ne peut entendre que lorsqu'on lui parle fort à l'oreille.

L'anniversaire de Marie-Louise Meilleur était d'autant plus extraordinaire pour la population de Corbeil que cette petite ville du nord-est ontarien a vu naître les jumelles Dionne.

Et le hasard veut que le centre d'hébergement où habite la centenaire a été construit dans les années 30 pour les célèbres quintuplées.

Selon le livre des records Guinness, Mme Meilleur est la doyenne de l'humanité depuis le décès de la Française Jeanne Calment à l'âge de 122 ans. D'autres prétendent au titre, mais ne possèdent pas de certificats de naissance officiels.
 

______________________
La Presse, Montréal, samedi 30 août 1997
  *************************************************


 

Doyenne de l'humanité, la Québécoise Marie-Louise Meilleur meurt à 117 ans

CORBEIL, Ont. (PC) – La "doyenne de l'humanité", Marie-Louise Meilleur, née à Kamouraska, est morte paisiblement jeudi après-midi, a indiqué hier soir sa fille Olive Therrien. Mme Meilleur avait célébré son 117e anniversaire de naissance en août dernier.

La doyenne est morte paisiblement à Nipissing Manor, une maison de retraite de Corbeil, en Ontario, non loin de la frontière avec le Québec, où elle habitait depuis une dizaine d'années, a indiqué sa fille.

"Elle se portait très bien jusqu'à la semaine dernière", a expliqué Mme Therrien, âgée de 78 ans, de Peterborough, en Ontario. "Elle a souffert d'un caillot de sang à la jambe, et le caillot s'est transporté au poumon."

Mme Meilleur avait encore trois filles et un fils; la plus vieille a 89 ans. Elle a eu 10 enfants de deux mariages, mais la plupart sont maintenant morts, a rappelé Olive Therrien. "Elle prenait soin de sa famille; elle était merveilleuse."

On ne sait pas si Mme Meilleur a réalisé qu'elle était devenue la "doyenne de l'humanité" suite au décès de la Française Jeanne Calment, le 4 août 1997, à l'âge de 122 ans et 164 jours.

Lorsque le Livre Guinness des records a "homologué" son titre, elle était presque aveugle et n'entendait que d'une oreille des mots qu'on devait lui hurler.

"Lorsque nous lui avons dit qu'elle était la doyenne du Canada, elle a répondu: `pauvre Canada' ", rappelait à son anniversaire, en août dernier, sa fille Rita Gutzman, âgée de 72 ans. "Elle a dit que sa fête d'anniversaire causait vraiment trop de soucis."

Née à Kamouraska

Marie-Louise Febronie Chassé était née à Kamouraska, dans le Bas-du-Fleuve, le 29 août 1880. Elle s'est mariée à 19 ans avec un pêcheur qui est mort d'une pneumonie; elle a eu avec lui six enfants. Puis, elle est partie vivre en Ontario avec son deuxième mari, un bûcheron, qui lui a donné six autres enfants.

C'était une femme énergique qui ne craignait pas le travail et s'occupait de la maisonnée pendant que son deuxième mari travaillait au loin dans un camp de bûcherons. "C'était la patronne, se rappelle Mme Gutzman. Nous n'avons jamais eu faim. Elle faisait pousser des légumes dans le potager et nous avions des poulets, des cochons et une vache."

Un petit-fils de la doyenne, Jean Bossé, âgé de 60 ans, de Kamouraska, décrivait l'an dernier sa grand-mère comme une femme de caractère qui ne s'est jamais laissé impressionner par personne. "Elle avait toujours une cigarette aux lèvres, même en travaillant, disait-il. Elle gardait sa blague à tabac dans une poche de son tablier. Elle a fumé jusqu'à l'âge de 100 ans."

Celle que sa famille et ses amis surnommaient affectueusement "mémère" avait, lors de son dernier anniversaire, 85 petits-enfants, 80 arrière-petits-enfants, 57 arrière-arrière-petits-enfants et quatre arrière-arrière-arrière-petits-enfants.

Le secret de sa longévité? Le travail, soutenait sa fille Rita en août dernier. "Elle disait que travailler dur, ça n'avait jamais tué personne."

Les détails des funérailles n'ont pas encore été réglés, a indiqué Olive Therrien.

________________________
Journal de Montréal du vendredi 17 avril 1998.


Concepteur de cette page Paul Meilleur

Francité