Marie-Louise Meilleur

La doyenne du monde est québécoise

Née à Kamouraska le 29 août 1880, Mme Marie-Louise Meilleur serait la personne la plus âgée sur terre. Voici les témoignages de deux membres de sa famille.

Depuis le décès de Jeanne Calmen qui, à 122 ans, était la doyenne de l'humanité, tous les regards se tournent vers une vieille Québécoise qui aura 117 ans le 29 août 1997: Mme Marie-Louise Meilleur. Elle a été reconnue doyenne officielle de l'humanité, après que ses descendants ont eu soumis sa candidature à l fondation qui publie Le livre Guinness des records. Originaire de Kamouraska, qu Québec, Mme Meilleur vit actuellement en Ontario,. Maintenant aveugle et sourde, elle compte plus de 200 descendants: une belle et merveilleuse lignée de cinq générations! Pour en savoir davantage sur l'histoire de cette dame hors du commun, nous avons 'abord parlé à sa fille, Rita Meilleur-Gutzman, âgée de 72 ans, qui est l'une des six enfants issus du deuxième mariage de sa mère.

Madame Gutzman, que ressentez-vous alors que votre mère vient d'être reconnu doyenne de l'humanité?

Je suis très fière pour elle, qui a vécu toute sa vie avec un grand dynamisme. Elle a été une mère de famille dévouée. Elle mérite bien cet honneur.

Parle-nous de ses origines?

Elle est née le 29 août 1880, à Kamouraska. Son père, un cordonnier, s'appelait Pierre Chassé, et sa mère Fébronie Lévesque.

Avait-elle des frères et des soeurs?

Elle est issue d'une famille de quatre enfants.

Que savez-vous de sa vie?

À 20 ans, elle s'est marié avec Étienne Leclerc, qui était pêcheur. Ils ont eu six enfants. Puis, son mari est décédé des suites d'une pneumonie.

S'est-elle remariée?

Oui, avec Hector Meilleur, mon père.

Quel métier exerçait-il?

L'été, il était garde-chasse, et l'hiver, bûcheron. C'était un travailleur acharné.

Ont-ils vécu à Kamouraska?

Non, ils sont allés s'installer en Ontario, dans un petit village appelé Wiley. C'est là, dans ce grand domaine forestier, que mon père a travaillé toute sa vie.

Combien d'enfants ont-ils eus?

Ils en ont eu six.

Votre mère a donc eu 12 enfants?

Exactement. Par la suite, la lignée s'est poursuivie. Elle a eu 75 petits-enfants, 80 arrière-petits-enfants, 55 arrière-arrière-petits enfants, quatre arrière-arrière-arrière-petits enfants, ce qui porte sa descendance à 227 personnes!

Quand et comment votre père est-il décédé?

Il est mort en 1972, des suites du diabète.

Étiez-vous proche de votre mère?

Oui, c'était une mère affectueuse mais ferme. Quand elle parlait ,on l'écoutait!

Vous disiez qu'elle était très active à la maison.

Énormément. Nous vivions dans un très grande maison, avec quatre chambres à coucher et une grande cuisine qui était le lieu de rendez-vous de toute la famille. Elle faisait tout pour conserver le noyau familial. Elle était très bonne cuisinière: elle faisait son pain elle-même, deux fois par semaine, dans un four à bois. Quand on rentrait à la maison, il y avait toujours de bons biscuits, encore chauds, qu'elle préparait spécialement pour nous!

Était-elle aussi active hors de la maison?

Oh oui! Elle avait une vie sociale très active! Elle avait complété une huitième année, ce qui était beaucoup à l'époque, et elle avait appris le latin. Elle chantait dans la chorale de l'église.

Elle chantait bien?

Elle avait une voix extraordinaire! Elle a chanté dans la chorale pendant plus de 40 ans, le dimanche et à toutes les fêtes. C'était une fervente catholique.

Comment était sa santé?

Elle n'a jamais été malade, sauf à 102 ans, quand elle a attrapé un rhume. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle est a cessé de fumer.

Fumait-elle beaucoup?

Elle a fumé des rouleuses toute sa vie. Elle avait toujours la cigarette au coin de la bouche et gardait son paquet de tabac dans son tablier.

Consommait-elle de l'alcool?

Elle n'a jamais bu. L'alcool n'a jamais fait partie de son régime.

Quel genre de caractère avait-elle?

C'était et c'est encore une femme d'une grande détermination. Elle a toujours été d'un incroyable optimisme. Elle disait toujours: «Don't worry, be happy». Je crois que c'est le secret de sa longévité.

Avez-vous des exemples de cette grande détermination?

Vous savez, elle a eu 12 enfants, et elle les a tous eus à la maison! C'est une femme très fière. Autre exemple: quand le médecin lui a dit qu'elle devait cesser de fumer, à 102 ans, elle l'a fait, comme ça. Pourtant, elle avait fumé toute sa vie!

Quelle serait , selon vous, la plus grande leçon à tirer de la vie de votre mère?

Elle disait toujours que, dans la vie, il faut s'instruire, se tenir occupé, travailler et, si l'on en chômage, aider les autres, se rendre utile. Ce qu'elle nous transmet, c'est une leçon d'amour et de partage avec les proches et le reste de l'humanité.
  ***********************************************

Le secret des "p'tits vieux" de Kamouraska

M. Bossé, petit-fils de Mme Meilleur, nous parle de sa grand-mère et nous révèle le mystérieux secret de plusieurs personnes de Kamouraska ayant atteint un âge vénérable.

Monsieur Bossé, avez-vous bien connu vote grand-mère?

Je ne peux pas dire que je l'ai bien connue. Après son second mariage, elle et son mari sont allés vivre en Ontario. Ce n'est que quand elle a fêté ses 115 ans, il y a deux ans, que je me suis rendu auprès d'elle.

Comment avez-vous trouvé votre grand-mère?

Je l'ai trouvée en très bonne santé, et étonnamment éveillée.

Comment expliquez-vous cette longévité?

La plupart des gens qui vivent vieux vous le diront: il ne faut pas s'en faire avec la vie. C'est ainsi qu'elle a vécu. Elle s'est tenue occupée, elle a chanté toute sa vie, elle se levait tôt et partageait beaucoup avec les autres. Je crois qu'il faut éviter de se refermer sur soi et s'ouvrir aux autres. Ici, à Kamouraska, il y a beaucoup de "p'tits vieux" de 80 et 90 ans qui sont en pleine forme, font de la bicyclette, de la moto, s'occupent de leur jardin et bricolent. Ils ne se cassent pas la tête, ne s'écrasent pas devant la télévison et sortent même en hiver. Mais il y a aussi une autre raison.

Quelle est-elle?

J'ai entendu parler d'une étude scientifique disant qu'à Kamouraska, il existe des forces telluriques émettant des vibrations qui maintiennent les gens en bonne santé. Il s'agit, de toutes évidence, d'un phénomène naturel ayant une incidence sur les humains. Beaucoup de personnes, ici, atteignent un âge avancé et conservent une excellente santé.

Est-ce votre cas?

C'est possible. J'ai 60 ans et je me sens très bien. Avec Nicole, ma femme, je m'occupe de notre gîte. Je fais le ménage, l'entretien, les réparations. Je suis heureux!

_______________________
par Yves Mallette, Dernière Heure, vol 4, no 53, 30 août 1997


Concepteur de cette page Paul Meilleur