ÉTUDE GÉNÉALOGIQUE

D’HONORÉ LANGLOIS DIT LACHAPELLE

JUSQU’À NOS JOURS

(1632-2002)

1. PRÉSENTATION, 2. INTRODUCTION, 3. BLASON, 4. HONORÉ LANGLOIS DIT LACHAPELLE,

PRÉSENTATION

C’est avec plaisir que je vous présente cette étude généalogique sur une famille Langlois dit Lachapelle. Plus de trois siècles se sont écoulés depuis l’arrivée d’Honoré Langlois dit Lachapelle, premier ancêtre en Nouvelle-France pour cette famille.

Dans une étude comme celle-ci, j’ai voulu faire revivre l’histoire de cette famille au Québec par des biographies de tous les descendants directs jusqu’à nos jours. Je ne suis pas généalogiste professionnelle et s’il y a des oublis ou des corrections veuillez s’il vous plaît m’avertir.

Grâce à des nouvelles données généalogiques, cette recherche reflète bien l’histoire d’une famille Lachapelle. Tous les événements et toutes les dates, à part indications contraires, ont été puisées à même les registres de l’état civil des Archives nationales du Québec à Montréal, les pièces notariales de la Nouvelle-France et les registres du fonds Drouin du Club de généalogie de Longueuil, de 1900 à 1940.

Enfin, les renseignements fournis par Pierrette Lachapelle, épouse de Jules Rannou, fille d’Émile Lachapelle et d’Yvette Turcot, descendante d’Honoré Langlois dit Lachapelle et de Marie Pontonnier, m’ont permis d’étoffer l’histoire de la famille Lachapelle. Je remercie tous ceux qui m’ont prêté des photos.

J’ose espérer que ce modeste travail saura intéresser le lecteur tout en faisent revivre l’histoire de cette famille du Québec à travers neuf générations.

Que signifie ce nom ?

Définition du mot : Chapelle, musique, ornements d’église ; mais aussi petite chape, alambic ; ou partie du métier de tisserand où se tient l’ouvrier. Et si l’on fait un tour au pays de notre ancêtre, on découvre que c’est le nom que l’on donnait aux communes des départements de Lot-et-Garonne, et de Meurthe-et-Moselle et des seigneuries en Bretagne, en Normandie et en Languedoc.

Longueuil, Québec

le 10 octobre 2002 Chantal Déragon


1. INTRODUCTION

Pendant la période du régime français, plusieurs individus venus de France ont porté sur les rives du Saint-Laurent les noms de Langlois et de Lachapelle.

1. Jean-Noël Langlois ou Langlais, né vers 1606, originaire de Saint-Léonard-des-Parcs (Orne, évêché de Sees, Normandie, France), fils de Guillaume Langlois et de Jeanne Millet. Il est un homme de métier (pilote, marin). Premier de sa lignée en Amérique. Il était charpentier et travaillait pour Robert Giffard. S’établit à Beauport en 1634. Épouse le 25 juillet 1634 à Québec, Françoise Grenier, d’origine inconnue, de cette union sont issus 10 enfants : Anne, baptisée le 2 septembre 1637, mariée le 9 novembre 1649 à Québec, avec Jean Pelletier. Marguerite, baptisée le 3 septembre 1639 à Québec, mariée le 22 octobre 1653 à Québec, avec Paul Vachon. Jean, baptisé le 24 février 1641, marié le 19 octobre 1665 à Château-Richer, avec Charlotte-Françoise Bélanger, fille de François Bélanger et de Marie Guyon. Jeanne, baptisée le 1er janvier 1643 mariée le 9 janvier 1656 à Québec, avec René Chevalier. Élisabeth, baptisée le 7 mars 1645 à Québec, mariée le 6 novembre 1662, avec Louis Côté. Marie, baptisée le 18 octobre 1646 à Québec, mariée en 1660, à François Miville. Jean dit Saint-Jean, baptisé 20 décembre 1648 à Québec, marié le 5 décembre 1675 à Québec, à Marie Cadieux, fille de Charles Cadieux et de Madeleine Macart. Noël dit Traversy, baptisé le 7 décembre 1651 à Québec, marié le 6 janvier 1677 à Beauport, en premières noces, à Aimée Caron, fille de feu Robert Caron et de Marie Crevet, et marié en deuxièmes noces, le 2 décembre 1686 à Beauport, avec Geneviève Parent, fille de Pierre Parent et de Jeanne Badeau. Noël fut le premier titulaire de la seigneurie de Port-Joli, qui lui fut concédée le 25 mai 1677, soit quatre mois après son premier mariage. La ville de Beauport a rendu hommage au pionnier en donnant son nom à un parc ; on y trouve une stèle érigée à sa mémoire en 1984 par l’Association des Langlois d’Amérique. Le décès et la sépulture de Françoise est le 1er novembre 1665 à Québec. Le contrat est le 7 juillet, par le notaire Claude Auber. Noël se remarie en deuxièmes noces le 27 juillet 1666 à Château-Richer, à Marie Crevet, baptisée en 1603, veuve de Robert Caron, fille de feu Pierre Crevet et de feue Marie Lemercier. Originaire de Beneauville, évêché de Bayeux, Normandie. Il n’ont pas eu d’enfant. Le décès de Noël est le 14 et la sépulture est le 15 juillet 1684 à Beauport à 80 ans. Le décès de Marie est le 22 et la sépulture est le 23 novembre 1695 à Baie-Saint-Paul, à l’âge de 92 ans.

2. Honoré Langlois dit Lachapelle et Croustille, baptisé vers 1632, fils de Jean Langlois et de Jacquette Charpentier, originaire de Paris (France) Premier de sa lignée en Amérique. S’établit à Montréal, puis à Pointe-aux-Trembles, Montréal, marié le 5 décembre 1661 à Montréal, avec Marie Pontonnier, baptisée le 22 janvier 1643, fille d’Urbain Pontonnier et de Félicité Jamin, de France, de cette union sont issus, 10 enfants : Jeanne, mariée en 1682 avec Joseph Loiselle. Marguerite, mariée en 1686 avec André Hénault. Anne-Thérèse, mariée en 1693 avec Robert Janot. Jean, marié en 1698 avec Jeanne Gauthier dite Landreville. André, marié en 1701 à Françoise Bissonnet, remarié en 1708 avec Marguerite Gauthier. Françoise, mariée en 1700 avec Louis Beaudry, et quatre garçons décédés en bas âge. Honoré fut inhumé le 12 décembre 1709 à Pointe-aux-Trembles (Montréal).

3. Thomas Langlois, baptisé en 1637. À l’âge de 20 ans au recensement 1666 à Beaupré, il est domestique engagé de Mathurin Gagnon, à 21 ans au recensement 1667 à Beaupré, chez Jacques Esart, à 26 ans au recensement 1681 à Beauport, il est domestique de Michel Filion, cité 25 mars 1698, Rivière-Ouelle, il décéda le 31 mars et sépulture le 1er avril 1712 à la Rivière-Ouelle, à l’âge de 75 ans.

4. Nicolas Langlois dit Bonhomme, baptisé vers 1644, fils de Charles Langlois dit Bonhomme et de Marie Cordier, originaire de Saint-Pierre-d’Yvetot, Seine-Maritime, Normandie, France. Il est tisserand, cultivateur et domestique de Louis Rouer Devilleray. Premier de sa lignée en Amérique. S’établit à Neuville. Le contrat est le 14 octobre, par le notaire Romain Becquet, marié le 26 octobre 1671 à Québec, Élisabeth Cretel, baptisée en 1649, fille de Guillaume Cretel et de Jeanne Godfroy, de la paroisse Saint-Maclou de Rouen. De cette union sont issus 10 enfants : Claudine, mariée en 1672, à Alexis Richard. Étienne, marié en 1698, à Élisabeth Faucher, fille de Léonard Faucher et de Marie Damois. Isabelle, mariée en 1694, à Louis Motard. Nicolas, marié en 1704, à Marie-Angélique DeSerre, fille d’Antoine DeSerre et de Mathurine Bélanger. Marie-Madeleine, mariée en 1698, à Nicolas Faucher. La sépulture de Nicolas est le 13 octobre 1721 à Neuville, à 81 ans. La sépulture d’Élisabeth est le 27 mai 1704 à Neuville, à 55 ans. En mai 1993, l’Association des Langlois d’Amérique a dévoilée une inscription en hommage du pionnier Nicolas, à Neuville, sur la terre de M. Fernand Langlois. La famille l’occupe depuis onze générations.

5. Germain Langlois, baptisé en 1642, fils de Michel Langlois et de Catherine Leclerc, originaire de Saint-Germain-de-l’Auxerrois (Paris, France). Premier de sa lignée en Amérique. En 1667, les recenseurs notent qu’il est domestique du boucher, Pierre Parent. S’établit à Charlesbourg, le contrat se fait le 16 juin, par Paul Vachon, et marié le 14 juillet 1675 à Québec, Jeanne Chalifou, baptisée le 25 septembre 1659 à Québec, fille de Paul Chalifou et de Jacquette Archambault ; de cette union sont issus, 13 enfants, dont quelque uns sont décédés en bas âges : Jacques, marié en 1707 à Marie-Renée Toupin, fille de Jean Toupin et de Marie-Madeleine Mézeray. Germain, marié en 1706 avec Angélique Parent, fille de Jacques Parent et de Louise Chevalier. Martin, marié en premières noces en 1716, à Louise Pasquier, marié en deuxièmes noces en 1747, à Marie-Louise Allaire. Augustin fut engagé dans l’Ouest le 28 août 1719 et 29 juillet 1722, comme voyageur. Jeanne, mariée en 1713, à Pierre Boutin. La sépulture de Germain est le 17 février 1709 à Québec. Le décès de Jeanne Chalifou est le 17 et la sépulture est le 18 janvier 1743 à Québec, à 84 ans.

6. Jacques Langlois, né le 17 et baptisé le 19 juin 1650 à Colombelles, fils de Jacques Langlois et de Catherine Timoville, il était Normand, originaire du Calvados, la commune de Colombelles, arrondissement de Caen. Il était tailleur d’habit, marié le 8 novembre 1681 à Sainte-Anne-de-Beaupré, avec Marie-Thérèse Delessard, baptisée vers 1662, fille d’Étienne Delessard et de Marguerite Sevestre, elle était boulangère. Il ont eu 10 enfants : l’aînée et la benjamine entrèrent en religion. Marie-Thérèse, baptisée le 25 janvier 1684, elle prit le voile chez les religieuses de l’hôpital Général de Québec et fut la supérieure de sa communauté pendant deux termes, et sa sépulture est le 18 janvier 1703 à Saint-Pierre I.O. Angélique-Françoise choisit plutôt les Ursulines. Au moins deux fils fondèrent des foyers. C’est en Guadeloupe que François épousa, en 1725, Catherine Duhamel, fille de Jean Duhamel et de Marie Carhié. Les dictionnaires généalogiques ne nous donnent aucun renseignement sur la progéniture de ce couple. Quant à Pierre-Marie, il choisit pour compagne, en 1729, Marie-Catherine Boucher dite Lajoie, fille d’Élie Boucher dit Lajoie et de Thérèse Montambault. Selon Tanguay, le couple eut six enfants dont un seul fut décédé à l’âge de neuf ans. Deux filles du couple Langlois/Lessard fondèrent des familles : Michelle-Françoise, marié en 1706 par Étienne Guichon. Marie-Anne, marié en premières noces en 1724 par Philippe Peiré, originaire du diocèse de Carcassonne, dans le Languedoc, elle se remarie en 1735, avec Louis Fleury. Agnès, mariée en 1731 avec Alexandre Cavelier-Dusouchet. La sépulture de Jacques est le 10 octobre 1702 à Québec à 50 ans. La sépulture de Marie-Thérèse est le 4 juin 1749 à Québec à 94 ans.

7. Jean Langlois, fils d’Adrien Langlois et de Catherine Dumets, d’Ourville, près de Dieppe, en France, marié le 15 octobre 1668 à Québec avec Madeleine Gaumond, fille de Jean Gaumond et d’Anne Rémond de Saint-Nicolas-des-Champs, Paris. De cette union naquit : Jean, né le 9 et baptisé le 10 août 1669 à Québec, Germain, né le 20 et baptisé le 28 juillet 1670 à Québec. Ce couple n’eut que deux fils et ils sont décédés en bas âge.

8. Jérôme Langlois, il était serrurier, résidence à Champlain, marié le 8 janvier 1624 à Notre-Dame, Le Havre de Grâces, avec Marguerite Chamberlan, ils viennent de la paroisse de Notre-Dame-de-Grâce, Le Havre, Haute-Normandie, France, avec son fils, Rollin. Marguerite n’est pas venu au Canada. Jérôme à l’âge de 64 ans au recensement 1666, à Trois-Rivières, il est domestique de Jacques Ménard. À l’âge de 82 ans au recensement 1681, à Champlain, il est serrurier. Il décède le 3 et sépulture le 4 janvier 1684 à Trois-Rivières, à 84 ans. Sans Postérité.

9. Rollin Langlois, baptisé le 10 février 1637 à Notre-Dame-de-Grâce, Le Havre, fils de Jérôme Langlois et de Marguerite Chamberlan. Rollin exerçait trois métiers, ceux de maître canonnier, de serrurier et d’arquebusier au recensement 1681, marié le 25 novembre 1664 à Trois-Rivières avec Marie Chauvin, fille de Marin Chauvin et de Gilette Banne. Rollin décéda deux mois plus tard le 23 janvier 1665 à Trois-Rivières à l’âge de 25 ans. Sans Postérité.



Le blason des « Langlois d’Amérique » compte huit spirales argent (blanc)représentant les huit souches des Langlois en Amérique du Nord.

Site des Langlois d'Amérique

Les ancêtres de chacune de ces souches ont quitté divers lieux d’origine en

Europe, pour venir s’établir en Amérique, à des époques variées, d’où les

spirales de longueurs différentes.

Ce regroupement en Amérique est figuré ici par le coeur du blason ; les

ancêtres ont donné naissance à des enfants qui sont répartis dans toutes les

directions en Amérique.

Le bleu du blason figure à la fois la mer que nos ancêtres ont traversée et

le ciel différent d’où ils sont venus.

Les spirales figurent la vie et le dynamisme des Langlois.

NOTRE DEVISE

Garde Foy Langue Loys

Garder la foi, la langue, et les lois, telle est la devise des Langlois et en même temps

leur cri de ralliement.

GARDE FOY, LANGLOIS !



2.1. Honoré Langlois dit Lachapelle

Fils de Jean Langlois et de Jacquette Charpentier

Honoré Langlois, né et baptisé en 1632, Île-de-France, France, fils de Jean Langlois et de Jacquette Charpentier, de Paris. Son père Jean Langlois était aussi chapelier de métier. Il vient en Nouvelle-France le 13 octobre 1651 avec Jean de Lauzon, sur la demande de Maisonneuve. Il est un des dix hommes qui partent de Québec et remontent le fleuve pour aller au secours de Ville-Marie (Montréal) aux prises avec les Iroquois. En 1653, il fait partie de la garnison. L’année suivante, il défriche deux arpents de terre à l’ouest de la ligne qui marque aujourd’hui la rue McGill, à la limite du Vieux-Montréal. En 1659, il est cité comme chapelier ; on le retrouve d’ailleurs en première ligne sur la liste des artisans de ce métier ayant demeuré à Montréal. Honoré a adopté ou reçu deux surnoms. Il était dit « Lachapelle et Croustille ». Le contrat de mariage est fait le 16 octobre, Basset, marié le 5 décembre 1661 à Montréal, avec Marie Pontonnier, baptisée le 22 janvier 1643 à Saint-Vincent du Lude, Anjou, France, veuve de Pierre Martin, fille d’Urbain Pontonnier et de Félicité (Philiberte) Jamin. Elle a moins de 14 ans quand elle arrive au Canada à l’été de 1656. « Fille du Roi », elle est confiée à Jeanne Mance qui vient de fonder l’Hôtel-Dieu de Montréal. Marie avait été au centre d’aventures qui avaient ...croustillé dans les chaumières. Nous ne saurions les rapporter ici. Contentons nous de les citer à grands traits.

Tout d’abord elle se marie le 12 août 1657 à Montréal, avec Pierre Gabois, fils de Pierre Gabois et de Louise Mauger, un pionnier de Ville-Marie, l’union fut invalidée le 30 août 1660, faute d’avoir été consommée et la responsabilité en a été imputée à un amoureux éconduit qui pratiquait la sorcellerie. Marie obtient un dédommagement de son premier époux, au montant de 440 livres à verser en peaux de castor, en blé ou en argent, contrat de mariage le 8 octobre, puis elle contracta un deuxième mariage, le 3 novembre 1660, avec Pierre Martin dit Larivière, fils de Jacques Martin dit Larivière et de Simone Closteau, il était soldat lui aussi, il fut tuer par les Iroquois quatre mois plus tard, le 24 mars et sépulture le 22 juin 1661 à Montréal. Veuve à 18 ans, elle donne naissance à une fille, Marie, baptisée le 9 novembre 1661 à Montréal. C’est avec Honoré Langlois qu’elle allait enfin connaître une existence normale, et celui-ci adopta sa fille née après le décès tragique du père. Honoré n’hésita pas, plus tard, à l’associer à ses propres héritiers.

C’est à Montréal que le couple s’établit. Lors du recensement de 1666, Honoré a déjà défriché vingt arpents de sa terre, et il possède deux têtes de bétail. En 1669, Honoré obtient une concession à la Pointe-aux-Trembles et il deviendra ainsi l’un des pionniers de cette paroisse, dont l’église sera construite à partir de 1705. Il a vendu sa terre de Montréal à Robert Lecavalier moyennant 360 minots de grain. En 1681, les recenseurs notent qu’Honoré Langlois met dix arpents en valeur et possède douze bêtes à cornes. Le couple a maintenant sept enfants, l’un étant décédé en bas âge. Deux autres naîtront par la suite.

Le couple Langlois/Pontonnier eut dix enfants, et ceux qui contractèrent mariages, s’établirent à Montréal et à Pointe-aux-Trembles. Honoré décéda le 11 et sépulture le 12 décembre 1709 à Pointe-aux-Trembles, il était âgé de 77 ans. Son épouse décéda le 7 et sépulture le 11 janvier 1718 et fut inhumée à Pointe-aux-Trembles aussi, à l’âge de 74 ans, elle laissait quarante-huit petits-enfants et quatorze arrières-petits-enfants.

Contrat de vente d’une terre : 02 octobre 1700, (Antoine Adhémar)

1. Honoré Langlois dit Lachapelle, habitant et Marie Pontenier, son épouse de l’île Ste-Marie.

2. à André Langlois, leur fils, de Ste-Thérèse.

Contrat de constitution de rente annuelle : 24 mars 1679, (Claude Maugue) Mtl.

1. Honoré Langlois et Marie Pontonnier, son épouse, de l’île de Montréal, côte St-Jean.

2. à Jean Aubuchon dit Lesperance.

L’enfant de Pierre Martin dit Larivière et de Marie Pontonnier

1. Marie, baptisée le 9 novembre 1661 à Notre-Dame à Montréal, mariée le 28 février 1685 à Pointe-aux-Trembles, avec Antoine Viledieu, fils de Jean Viledieu et de Nicole Barbe.

Les enfants d’Honoré Langlois et de Marie Pontonnier

1. Jeanne, baptisée le 16 janvier 1664 à la paroisse de Notre-Dame à Montréal, contrat de mariage fait le 7 avril 1682, par le notaire Claude Mauque, mariée le même jour à Pointe-aux-Trembles, avec Joseph Loiselle, né et baptisé le 25 novembre 1654 à Montréal, fils de Louis Loiselle et de M.-Marguerite Charlotte. Joseph est maître serrurier. Elle décède le 23 février 1719 à Pointe-aux-Trembles. Il décède le 9 et la sépulture le 10 juin 1724 à Pointe-aux-Trembles, Mtl.

2. Honoré, baptisé le 30 décembre 1665 à la paroisse de Notre-Dame à Montréal, sépulture le 18 février 1666 à Montréal, à l’âge de 7 semaines.

3. Marguerite, baptisée le 25 février 1667 à la paroisse de Notre-Dame à Montréal, contrat le 8 novembre 1686, par le notaire Basset dit Lauriers, mariée le 11 novembre 1686 à Pointe-aux-Trembles, avec André Hénault (Hunault), né et baptisé le 3 août 1657 à Montréal, fils de Toussaint Hunault et de Marie Lorgueil. Il décède le 6 et sépulture le 7 juillet 1707 à Varennes à 50 ans. Elle décède le 25 décembre 1721 à Sainte-Anne-de-Varennes, comté de Verchères.

4. Anne-Thérèse, baptisée le 19 septembre 1669 à la paroisse de Notre-Dame à Montréal, contrat le 25 janvier, par le notaire Antoine Adhémar dit Saint-Mathieu, mariée le 26 janvier 1693 à Pointe-aux-Trembles, avec Robert Janot dit Lachapelle, baptisé le 29 mai 1662 à Montréal, fils de Marin Janot dit Lachapelle et de Françoise Bénar. Robert a été engagé dans l’Ouest le 8 mai 1685 au 13 juin 1695. La sépulture de Robert est le 14 octobre 1723 à Pointe-aux-Trembles. La sépulture d’Anne est le 5 mai 1745 à Pointe-aux-Trembles, à l’âge de 75 ans.

5. Jean, né et baptisé le 26 juin 1672 à la paroisse de Notre-Dame à Montréal, marié le 4 novembre 1698 à la paroisse de Sainte-Anne-de-Varennes, avec Jeanne Gaultier (Gauthier), dite Landreville baptisée le 14 octobre 1680 à Pointe-aux-Trembles, fille de Mathurin Gaultier et de Nicole Philippeau (ils viennent de l’Île Sainte-Thérèse de Varennes). Ils ont eu 11 enfants. Il décède le 8 mai 1703 à Varennes et elle décède le 8 mai 1723 à Varennes.

6. André Langlois, baptisé le 15 juillet 1675 à la paroisse de Notre-Dame à Montréal, marié en premières noces le 7 novembre 1701 à Sainte-Anne-de-Varennes, avec Françoise Bissonet, née le 3 et baptisée le 10 février 1680 à Boucherville, fille de Jacques Bissonet et de Marguerite Colin. Françoise décède à Hôtel-Dieu et la sépulture est le 10 mars 1707 à Montréal. Le contrat de mariage, est fait le 11 janvier, par le notaire Michel Lepailleur de La Ferté, marié en deuxièmes noces le 23 janvier 1708 à Varennes, avec Marguerite Gaultier dite Landreville, baptisée le 13 mai 1686 à Pointe-aux-Trembles, fille de Mathurin Gauthier dit Landreville et de Nicole Philippeau. Il décède le 26 et sépulture le 27 février 1751 à Pointe-aux-Trembles. La sépulture de Marguerite est le 9 décembre 1767 à Repentigny.

7. Françoise, née le 20 à Côte Saint-Jean et baptisée le 27 novembre 1678 à la paroisse de L’Enfant-Jésus-de la-Pointe-aux-Trembles, le contrat de mariage est le 7 janvier par le notaire Antoine Adhémar, mariée le 12 janvier 1700 à Varennes, avec Louis Beaudry, baptisé le 8 mai 1674 à Montréal, fils de Toussaint Beaudry et de Barbe Barbier. La sépulture de Françoise est le 24 février 1713 à Pointe-aux-Trembles.

8. Antoine, baptisé le 25 septembre 1681 à Pointe-aux-Trembles, et la sépulture le 30 octobre 1684 à Pointe-aux-Trembles, à l’âge de 4 ans.

9. Joseph, baptisé le 22 avril 1684 à Pointe-aux-Trembles, et la sépulture le 30 avril 1684 à Pointe-aux-Trembles, à l’âge de 15 jours.?

10. Antoine, baptisé le 13 juin 1685 à Pointe-aux-Trembles, et la sépulture le 1er décembre 1688 à Pointe-aux-Trembles, à l’âge de 3 ans.

Retour à la page d'accueil

Créer le 15 octobre 2001, mise à jour le 7 octobre 2011