Une fleur

 

Une fleur est née sur la terre

Comme une étoile apparaît dans l’univers

Sous la chaude lumière maternelle.

S’est doucement épanouie la belle

Elle a dansé une valse sur la rosée

Un papillon émerveillé

Sur elle vint se poser

L’amour fit son entrée

Dans la vie d’une fleur comblée

 

Elle partageait avec la rose, sa cousine

Ses pétales de couleur et ses épines

Lors d’un jour dont on ne pouvait douter

La jeune fleur s’est brusquement fanée

Sur les flots de l’éternité

Ses pétales se sont éparpillées

 

Vole maintenant son fin pollen parfumé

Caressant les lilas et les orchidées

Avec nous, notre fleur sera toujours

Pour nous apporter joie et amour

 

Isabelle Roy

 

 

Merci princesse

 

Cela faisait déjà plus de trois ans

Que son charme nous avait envoûtés,

Que sa seule présence nous rafraîchissant

Embellissait nos vies par sa gaieté.

Elle était devenue une amante,

Une sœur, une fille, une amie;

Et comme elle était si rayonnante,

Notre petite Princesse chérie.

 

La vie nous a gâtés, nous la prêtant

Ne fussent que quelques courtes années.

Son passage profondément marquant,

Nous a laissé de grandes vérités.

Elle a vécu avec intensité,

Repoussant sans cesse ses limites.

Dans toutes ses sphères d’activités,

Ne collectionnant que réussite.

 

Nous retenons plus que son sourire,

Elle nous lègue un mode de vie :

Le temps seul peut ne pas nous suffire,

Meublons le présent selon nos envies.

Hier ne nous appartient déjà plus,

Ne nous attardons pas à regretter,

Demain, nous pouvons avoir tout perdu,

Délectons ce moment à satiété.

 

Merci Jacynthe, petite fleur bleue,

Nous avons vu la vraie vie, par tes yeux.

Nous te savons heureuse dans les cieux,

Et l’aimons la vie, tel que tu le veux.

 

Merci à vous tous pour votre soutien

Durant ces moments si difficiles,

Ce poids de douleur, fait par chacun sien,

Nous a soulagés en temps utile.

 

             Rémi Thériault

 

 

 

 

Au revoir Jacynthe

 

 

 

Une jolie fleur nous a quittés et son départ nous a fait verser plein de larmes.

 

Le souvenir que je garde de toi c’est celui d’une jolie jeune femme très chaleureuse et généreuse; une fille fort sympathique et dotée d’une intelligence remarquable.

 

En te revoyant pour la dernière fois, j’ai revu cette jolie petite Princesse et j’ai versé quelques larmes. Cependant, je me dis :

« voilà un petit ange qui ira rejoindre les autres là-haut ».

 

Merci pour tout la joie et l’amour que tu as su prodiguer à ton entourage, nous n’oublierons jamais cette femme exceptionnelle que tu étais devenue.

 

 

Au Revoir Petite Princesse, tu demeureras toujours présente dans nos cœurs.

 

 

Guy Bossé

 

 

Lettre à Jacynthe

 

Une journée de la fin d =octobre plus précisément le 29, ma sœur t=as donné la vie. Tu es arrivée dans ce monde pleine de joie et d =espérance, les yeux tournés vers le futur, jamais vers le passé. L=optimisme était ta force, même dans la crainte bien compréhensible. Ton intelligence et ta vivacité d =esprit étaient ta marque de commerce. Ton immense sourire et tes jolies dents après ces mois d =effort, tu étais bien heureuse de les montrer.

 

Au tout début, tu étais plus petite que ta cousine, elle t=en faisait voir de toute les couleurs, ça s =est replacé avec le temps. C=était beau de vous voir vous baigner ensemble ou jouer, je savais qu =il y avait une belle complicité en grandissant entre vous deux.

 

Le fait que tu sois acceptée à l=École Internationale était un exploit, de plus tu réussissais dans tes études, les sports ne te faisaient pas peur non plus, tu étais une fille dynamique avec toujours plein de bonnes idées à partager, des amis tu en avais beaucoup, c=était le reflet de ta vie.

 

Je pourrais en parler bien longtemps, il y a bien des pensées que j=ai repoussées, parce que ça faisait très mal, je me souviens quand tu es venue a Calgary c=était une grande joie de te voir. Les deux filles dans le jardin, vous vous amusiez sur la gazon en attendant de manger, une blague n=attendait pas l=autre, ou lorsque l=on est allée a Banff et qu=en revenant tu chantais avec Isabelle c=était très beau de vous voir et de vous entendre.

 

La dernière fois que je t =ai vu, nous revenions du chalet, tu avais conduit l=auto de ta mère, tu conduisais bien, un peu vite avec la fougue de ton age.

 

Je vais toujours penser a toi, mais tu étais ma seule nièce et tu me manqueras jusqu=à la fin des temps. On a besoin de plus de gens comme toi dans notre vie pour l=illuminer.

 

Sois heureuse dans les cieux, et veilles sur nous.

 

Grosses bises,

 

 

Diane Lamy

 

 

 

 

 

Retour à l’accueil